L'Algérie, "un carrefour pour les investisseurs" à la faveur de la nouvelle loi sur l'investissement    Echange d'expériences entre l'Algérie et le Danemark en matière de développement de projets des énergies renouvelables    Sétif : les 3/4 des médicaments présents sur le marché algérien sont de fabrication nationale    Drame de Melilla : la ministre espagnole du Travail exige des "clarifications"    Le Président Tebboune reçoit le recteur de la Mosquée de Paris    JM/ Boxe : Khelif et Bouloudinats en demi-finale, Mordjane et Benlaribi passent en quarts    Pourquoi le modèle autoritaire algérien, au contraire du modèle autoritaire chinois, n'a pas conduit au développement ?    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Ecole militaire polytechnique de Bordj El-Bahri : Sortie de la 49e promotion d'officiers ingénieurs    Séisme d'Oran: une commission technique inspecte les habitations touchées    Ports de pêche: lancement d'une opération nationale pour le dégagement de 351 épaves de bateaux    JM/ Tennis: l'Algérienne Benaissa qualifiée au second tour    Conseil de Sécurité: consultations sur la situation en Libye    JM: les Algériens de la lutte gréco-romaine visent le métal suprême    JM: coup d'envoi du festival national de la chanson raï    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Amélie Oudéa-Castéra, ministre française des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques au «Le Quotidien d'Oran»: «Bâtir de véritables traits d'union avec l'Algérie»    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    Bureaucratie, administrateurs et administrés    Les derniers bénéficiaires de la formule «à points»: Relogement de 2.137 familles à Ain El Beida et El Barki le 05 juillet    Douanes: Des quantités considérables de drogues et de psychotropes saisies    Consommation des eaux des citernes mobiles: Les mises en grade des médecins et des bureaux d'hygiène    Un nouvel ordre mondial plus juste    Tlemcen: Des contractuels titularisés revendiquent leurs salaires et leurs rappels    Parée de couleurs méditerranéennes: Oran a placé la barre très haut    Le Président Tebboune reçoit le jeune Mathieu Hill, un ami de l'Algérie    Confirmée, Elisabeth Borne doit former un gouvernement    Nouvelles attaques contre l'occupant marocain à Farsia et Houza    Les exportations en hausse    Derouaz et Tizzano donnent le ''la''    Les lauréats connus    Faut-il croire Benbahmed?    Le 5 Juillet se prépare activement    Algérie, terre des grands défis    Les algériens entrent en lice    La «stabilité régionale» au coeur de l'entretien    La bataille d'Iamorène    Ghardaïa accueillera l'événement    De l'art dans les rues d'oran    ANP: sortie de trois promotions à l'Ecole supérieure navale de Tamanfoust    Melilla: 18 migrants meurent après l'usage de la force par la police marocaine    Des députés et des sénateurs exclus du parti    Rachad dans de sales draps!    Le plaidoyer de Soufiane Djilali    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Combien au premier trimestre 2022?
Exportations hors hydrocarbures
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2022


Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations souhaite que les exportations hors hydrocarbures atteignent les 7 milliards de dollars. Kamel Rezig espère voir le pays atteindre l'objectif de sept milliards de dollars d'exportations hors hydrocarbures, «après avoir réalisé, l'année dernière, 5,03 milliards de dollars de recettes dans ce domaine» a-t-il déclaré, le 21 mai, en marge d'une visite de travail à Blida. Les exportations hors hydrocarbures ont donc dépassé les 5 milliards de dollars l'an dernier. Le gouvernement a ainsi atteint l'objectif fixé par le président de la République. Il est impératif d'augmenter les «exportations hors hydrocarbures à 5 milliards de dollars, d'ici fin 2021», contre les 2 milliards de dollars actuels, avait déclaré Abdelmadjid Tebboune à l'ouverture de la Conférence nationale sur le plan de relance pour une économie nouvelle qui s'est tenue en août 2020, au Palais des nations, en présence des membres du gouvernement, des partenaires sociaux et de personnalités indépendantes. Près de six mois sont donc passés sans que l'on sache si cette dynamique a été maintenue. Et l'on a comme la vague impression que l'on n'a pas rompu avec les pratiques du passé: la communication de statistiques approximatives, en décalage avec la réalité du moment. Ce qui ne peut refléter l'état réel de l'économie nationale, de ses performances ou de ses contre-performances afin d'évaluer, de diagnostiquer ses points forts et ses points faibles. Des indicateurs qui ont pour fonction de poursuivre les feuilles de routes tracées, de rectifier le cap le cas échéant. Il faut souligner que l'absence de statistiques fiables, a donné une image pitoyable de la gestion des affaires du pays, de son coeur névralgique: son économie. Cela a ouvert la voie à tous les errements, fait la part belle à la spéculation, à l'élaboration de scénarios du chaos qu'on n'a eu de cesse de lui prédire. Des correctifs s'imposaient, d'autant plus qu'une ère nouvelle doit s'ouvrir pour instaurer un nouveau modèle de croissance, rompre avec les pratiques du passé, lever l'«omerta» sur les chiffres réels qui doivent renseigner sur l'état véritable de la situation économique du pays. Un contexte dénoncé par le président de la République. Le chef de l'Etat avait appelé à généraliser le numérique dans tous les secteurs pour en finir avec les statistiques approximatives qui n'aident nullement à asseoir une économie forte, lors d'une réunion du Conseil des ministres qu'il avait présidé le 3 mai 2020. «Le numérique et la prospective sont deux facteurs essentiels pour sortir de la sphère des statistiques approximatives qui n'aident nullement à asseoir une économie forte et moderne ni à assurer la transparence des transactions économiques», avait souligné Abdelmadjid Tebboune, précisant que les statistiques approximatives constituaient plutôt un véritable obstacle au développement économique qui consume les efforts et les ressources. «La modernisation est impérative pour la relance d'une économie nationale efficace, telle que nous l'ambitionnons...Il s'agit là d'un choix stratégique pour l'Etat qu'il importe de mettre en oeuvre sans délai», avait signifié le président de la République. On y est encore apparemment.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.