Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu
Le conflit ukrainien bouleverse l'échiquier géostratégique
Publié dans L'Expression le 24 - 05 - 2022


Le conflit en Ukraine est porteur d'un lent mais inexorable bouleversement de la géostratégie mondiale aussi bien sur le plan militaire qu'économique et social. La pluie des sanctions occidentales, censées punir la Russie pour son opération spéciale dans le pays voisin, s'est clairement tarie sans les résultats escomptés. Et pour cause, l'empire russe, tel qu'on l'observe depuis des siècles, n'est pas le premier venu et son action a été mûrement réfléchie. C'est pourquoi ni la frappe Swift qui l'exclut des circuits financiers occidentaux, ni celle des hydrocarbures qui prétendait l'asphyxier en devises américaines (le dollar étalon de l'économie mondiale, depuis les accords de Bretton Woods), ni celle de l'élargissement de l'Otan par qui le scandale semble être arrivé alors que les vrais motifs du bras de fer sont à chercher ailleurs, tous ces soubresauts ont failli, face à la détermination du président russe Vladimir Poutine et de son gouvernement. La nouvelle donne d'une Suède et d'une Ukraine qui se pressent aux portes de l'Alliance ne change strictement rien aux dimensions actuelles du bras de fer occidentalo-russe. Qui plus est, la Turquie, à cheval entre les deux océans géostratégiques, a ses propres intérêts à défendre et, pour cela, Ankara n'est pas disposée à laisser se répéter «le coup de la Grèce». Bref, un monde est en train de s'éteindre, bon gré mal gré, et un autre commence à naître dont l'humanité espère, de tout coeur, qu'il sera plus juste, plus paisible et, surtout, moins tributaire d'une domination hypocrite et d'une exploitation cynique des ressources des peuples opprimés. La grande prédiction de Ronald Reagan qui disait qu'après une Première et une Seconde guerre mondiale en Europe, rien n'empêche d'en engager une troisième sur le Vieux Continent aurait pu se révéler effective mais la technologie a tout changé. Les «armes invincibles» dont Poutine a, plusieurs fois, évoqué l'existence sont capables d'atteindre n'importe quel coin du globe et elles signifient un terrible changement des rapports de force. Les Etats-Unis savent, désormais, que la troisième guerre mondiale ne sera pas «seulement» européenne. La porte-parole du MAE russe, Maria Zakharova, avait dit, récemment, que la riposte russe sera «surprenante». Du coup, les ministres de la Défense américain et russe ont repris langue, voici deux jours à peine, pour cerner les différents enjeux. Dans l'échiquier, seule l'Union européenne va devoir payer le prix de son engagement contraint et forcé. Le rouble, supposé brisé, est plus fort que jamais et le gaz russe hante, désormais, les nuits de certaines capitales. La crise, on le sait, va profiter largement à la Russie, ainsi qu'à la Chine, et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis. L'UE sera le dindon de la farce. Les 12 millions de réfugiés ukrainiens qui se sont jetés dans les bras enthousiastes de la Pologne, de l'Allemagne et de la France, notamment savent, comme l'a déclaré samedi un ministre du nouveau gouvernement français, que l'Ukraine n'entrera pas dans l'UE «avant 20 ou 30 ans»! Quant aux 40 milliards de dollars déversés par Washington et aux centaines de millions d'euros de l'UE, ils vont juste enrichir les mécènes des cartels de l'armement, principalement américains. Dans toute cette reconfiguration des rapports de force entre grandes puissances, les efforts désespérés du président français Emmanuel Macron pour tenter de sauver les meubles européens resteront vains...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.