JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ONU entame sa visite au Xinjiang
Droits de l'homme
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2022


La cheffe de l'ONU pour les droits de l'homme, Michelle Bachelet, a entamé, hier, une visite extrêmement attendue dans la région chinoise du Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une «répression féroce» contre les musulmans ouïghours. Ce déplacement se déroule alors que la délégation onusienne est tenue d'intégrer, au nom de la situation épidémique en Chine, une bulle sanitaire qui la tient à l'écart de la presse étrangère. Aucun détail sur les lieux précis que visitera Michelle Bachelet n'a été rendu public, ce qui soulève des interrogations sur la latitude réelle dont elle dispose sur le terrain. Des Ouïghours de la diaspora et des associations de défense des droits de l'homme exhortent l'ex-présidente chilienne de 70 ans à «ne pas se laisser entraîner dans une opération de propagande». Le Xinjiang (nord-ouest), longtemps frappé par des attentats attribués à des séparatistes et des islamistes ouïghours, fait l'objet depuis quelques années d'une politique menée au nom de l'antiterrorisme. Des études occidentales accusent la Chine d'y avoir interné au moins un million de Ouïghours et de membres d'autres minorités musulmanes dans des camps de rééducation, voire d'imposer du «travail forcé» et des «stérilisations forcées». Washington et les pays occidentaux accusent même Pékin de commettre un «génocide». La Chine, quant à elle, dénonce le «mensonge du siècle» et présente les camps comme des «centres de formation professionnelle», destinés à combattre l'extrémisme religieux. Pékin dit par ailleurs n'imposer aucune stérilisation, mais uniquement appliquer la politique de limitation des naissances à l'oeuvre dans l'ensemble du pays, auparavant peu mise en pratique dans la région. Présente mardi et mercredi au Xinjiang, peuplé de 26 millions d'habitants dont près de la moitié de Ouïghours, Michelle Bachelet se rendra notamment dans la capitale régionale Urumqi. Des émeutes inter-ethniques en 2009 y avaient fait près de 200 morts, en grande majorité des Hans (Chinois de souche) battus ou poignardés par des Ouïghours. Mme Bachelet ira également à Kashgar, dans le sud du Xinjiang, où la population ouïghoure est très importante et où la campagne sécuritaire est réputée être particulièrement dure. La Chine a déjà affiché clairement ses objectifs. Lors d'un tête-à-tête lundi avec Michelle Bachelet à Canton (sud), le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a émis l'espoir que son séjour aiderait «à clarifier la désinformation» sur son pays, selon son ministère. «Nous espérons que cette visite vous permettra d'aller au fond des choses, de parler des faits et de la réalité, afin de faire taire rumeurs et mensonges», a souligné Wang. Michelle Bachelet est la première responsable onusienne des droits de l'homme à se rendre en Chine depuis 2005, après des années de négociations avec Pékin sur les termes de sa visite au Xinjiang. Lors d'une visioconférence lundi avec des représentants d'ambassades étrangères, elle a assuré qu'elle se rendrait dans des centres de détention et s'entretiendrait avec des militants des droits de l'homme, selon des sources diplomatiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.