Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



18 Migrants massacrés à Melilla
Le rapprochement entre le Maroc et l'Espagne donne ses premiers «résultats»
Publié dans L'Expression le 26 - 06 - 2022

Nouveau drame aux portes de l'Europe! La collusion maroco- espagnole a coûté la vie à 18 migrants d'origine africaine. Près d'une centaine d'autres sont gravement blessés. Ce tragique scénario écrit par Mohammed VI et Pedro Sánchez fait suite à une tentative massive d'entrée à Melilla de près de 2000 migrants subsahariens. «Les victimes ont trouvé la mort dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer qui sépare l'enclave espagnole du territoire marocain», ont tenté de justifier les autorités marocaines. Pris de panique, le Premier ministre espagnol a tenté de justifier ce «massacre» par un «complot» fomenté par des «mafias qui font du trafic d'êtres humains». Des explications qui n'ont absolument pas convaincu la communauté internationale qui a réclamé une «enquête indépendante pour mettre la lumière sur ce drame humanitaire». Les associations de protection des droits de l'homme ont, elles, dénoncé une «ratonnade marocaine». Elles affirment que les forces de l'ordre du Royaume chérifien ont utilisé des «méthodes nazies» pour empêcher que ces migrants ne franchissent la frontière. Omar Naji, de l'Association marocaine des droits de l'homme (Amdh), a confirmé que des «affrontements» avaient eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre migrants et agents marocains.
Des médias espagnols avaient déjà fait état de violences, ces derniers jours, entre clandestins et policiers dans la zone frontalière de Melilla. La section de l'Amdh à Nador a réclamé l'ouverture d'une enquête sérieuse. «Cela afin de déterminer les circonstances de ce bilan très lourd qui montre que les politiques migratoires suivies sont mortelles avec des frontières et des barrières qui tuent», précise cette association marocaine. Ce constat dénote que le Makhzen et le gouvernement espagnol sont responsables de la mort de ces jeunes qui espéraient rejoindre l'Europe pour une vie meilleure. Car, cette répression marocaine est le résultat de l'accord «scellé» entre les deux pays après une année de «chantage migratoire».
Après l'accueil en Espagne du président du Sahara occidental, Brahim Ghali, en avril 2021, pour y être soigné du Covid-19, le Maroc a ouvert les frontières pour laisser passer les migrants vers l'Espagne. On se souvient qu'en mai 2021, au pire moment de la crise, plus de 10000 migrants sont arrivés en 24 heures à Ceuta, à la faveur d'un relâchement des contrôles côté marocain. Madrid avait alors dénoncé une «agression» de la part de Rabat, qui avait rappelé son ambassadrice en Espagne. Au mois de mars dernier, Melilla avait été le théâtre de plusieurs tentatives de passage en force dont la plus importante jamais enregistrée dans cette enclave, avec quelque 2500 migrants. Près de 500 y étaient parvenus ce jour-là. Après des mois de pression, Pedro Sanchez a donc fini par céder en «vendant» la cause sahraouie. Le Maroc était censé empêcher les migrants de pénétrer dans les territoires espagnols. Mais «l'assaut» de vendredi dernier a démasqué le Maroc en montrant qu'il n'avait presque aucun contrôle sur cette migration clandestine vers les territoires Ibériques. Quand ils ont voulu passer vers l'Espagne, les migrants l'ont fait. Pour tenter de sauver la face, les forces marocaines sont allées jusqu'à tuer ces migrants. 500 d'entre eux ont réussi à échapper à l'enfer des forces royales en pénétrant en Espagne. Une vingtaine l'ont payé de leur vie. Il s'agit là d'un massacre à ciel ouvert sous l'oeil bienveillant de Madrid. C'est du jamais-vu! Même lors de toute la crise migratoire à la suite de la guerre en Syrie, on n'a pas enregistré autant de morts. À ce rythme, il faudra s'attendre à un véritable génocide lors de la prochaine tentative massive d'entrée à Melilla. Car, les autorités marocaines ont montré, encore une fois, leurs limites dans la gestion du flux migratoire. Pour sauvegarder le «pacte des loups», le Makhzen est prêt à massacrer des milliers d'autres personnes. Terrible drame maroco-espagnol!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.