Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dribble historique
Les joueurs ont déserté leurs clubs pour s'enrôler dans les rangs de la Glorieuse équipe du FLN
Publié dans L'Expression le 05 - 07 - 2022

Dans la longue histoire de la décolonisation, la guerre d'Algérie occupe une place prépondérante. Une guerre singulière en raison du rôle qu'a joué le football. Le sport ne peut et ne pourra jamais être dissocié de l'histoire de l'Algérie. Ils sont intimement liés. Cette année, la célébration du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie coïncide avec la tenue de la 19e édition des Jeux méditerranéens qu'abrite la ville d'Oran. Une occasion idoine pour promouvoir l'image du pays à l'échelle internationale. Une promotion entamée, via le sport, durant la guerre de Libération nationale avec la création de la Glorieuse équipe de football du Front de Libération national, un certain 14 avril 1958. Une manière pour le FLN d'accroître sa légitimité internationale. L'idée était de l'ancien milieu de terrain et militant bordelais Mohamed Boumezrag. Les footballeurs devaient devenir les ambassadeurs de la cause algérienne. Alors que le monde avait les yeux braqués sur la Coupe du monde Jules Remy de 1958, en Suède, à laquelle devait prendre part Rachid Mekhloufi sous les couleurs de la France, le FLN exhorta les joueurs algériens évoluant à l'étranger de rejoindre la lutte armée. Et ils étaient nombreux.
Le défenseur de charme de l'AS Monaco, feu Mustapha Zitouni, et l'attaquant «qui avait les yeux derrière la tête», Rachid Mekhloufi pensionnaire de l'AS Saint-Etienne. Deux éléments ayant porté les couleurs de l'Equipe de France et ayant contribué grandement à sa qualification pour ladite édition du Mondial. Convaincu que le sport peut être un vecteur de propagande, le Front de Libération national décida de contre-attaquer. C'est ainsi que, de retour des Jeux de l'amitié organisés à Moscou (Urss), Mohamed Boumezrag, latéral droit des Girondins de Bordeaux et directeur de la sous-division régionale algérienne de la Fédération française de football, a eu la géniale idée de mettre en place une équipe de football en rassemblant les joueurs algériens évoluant en France, dans le seul objectif de faire connaître la cause algérienne et le dur combat mené par les moudjahidine. L'enfant de Chlef n'a informé que ses deux lieutenants, Mokhtar Aribi et Abdelaziz Bentifour. Dans la discrétion totale, ils ont pris attache avec les joueurs algériens évoluant dans le championnat français, en les enjoignant de « déserter» leurs clubs et de se rendre à Tunis pour s'«enrôler» dans les rangs de l'Equipe du FLN. Le choix de Tunis s'expliquait par l'attitude du président tunisien Habib Bourguiba, qui vantait la fraternité panarabe. Dans son livre intitulé Droit d'évocation et de souvenance sur le 17 octobre 1961 à Paris, en page 530, le moudjahid Mohamed Ghafir, dit Moh Clichy, a rappelé plusieurs faits marquants, notamment le premier match de cette équipe. Cela avait eu lieu au stade Zouiten avec un tournoi baptisé au nom d'une icône de la guerre de libération algérienne, Djamila Bouhired. Même le choix de la date n'est pas fortuit, puisqu'il a été organisé le 8 mai 1958. Une date qui coïncide avec la célébration du 13e anniversaire des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata. Dans le premier match, l'Algérie a battu le Maroc (2-1) avant d'étriller la Tunisie (6-1). Un fait historique a marqué cette équipe volontaire. L'entraîneur du Real Madrid, Alfredo Di Stéfano, avait approché Mustapha Zitouni pour le recruter et le convaincre de jouer pour «la meilleure équipe du monde». Zitouni répliquera ainsi: «Ne vous en faites pas, je vais jouer bientôt dans la meilleure équipe au monde, celle du FLN», lit-on dans le même livre. Dans cet ouvrage, l'on a rappelé que 30 joueurs de 14 clubs français ont rejoint Tunis par groupes entre 1958 et 1961. «Un seul joueur de Annaba, Ali Doudou, a rejoint l'équipe du FLN à Tunis», lit-on encore. Cette équipe servira de porte-voix au Gouvernement provisoire de la République algérienne, devenant un outil de propagande, avec l'occasion de populariser l'insurrection algérienne partout dans le monde. Les tentatives des Français de l'en dissuader se sont avérées vaines, et même sa non-reconnaissance au niveau de la toute puissante FIFA, sous la pression des Français, n'a pas diminué la volonté des joueurs. Au total, cette équipe a disputé 58 matchs, avec un bilan de 44 victoires, 10 matchs nuls et 4 défaites, avec des déplacements dans différentes capitales du monde. De Tunis à Pékin, en passant par Belgrade, Hanoï, Tripoli, Rabat, Prague, Damas...etc.
Les «Ambassadeurs» algériens ont été accueillis en grande pompe aussi bien par Zhou Enlai, que Ho Chi Minh et le général Giap, qui avait vaincu les Français à Dien Bien Phu. Une manière de lancer une offensive diplomatique contre l'occupant français. Estimer l'impact que la tournée de l'équipe du FLN a eu sur la guerre d'Algérie est une tâche difficile. En effet, c'est sur un terrain de football que l'Hymne national retentit pour la première fois. C'est sur un terrain de football que le drapeau algérien est devenu familier. C'est sur un terrain de football que les membres du FLN rencontraient les représentants des pays avec lesquels ils allaient s'allier après l'indépendance et c'est sur un terrain de football que le style offensif et courageux garantissait ces victoires qui symbolisaient le succès inéluctable de la révolution.
En somme, le FLN s'est inspiré du baron von Clausewitz qui soulignait que «la guerre n'est rien que la continuation de la politique par d'autres moyens». L'Equipe du FLN a prouvé que « le football l'est aussi».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.