Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La petite histoire de l'Union des écrivains algériens
Poèmes extraits du livre «Oui Algérie»
Publié dans L'Expression le 05 - 07 - 2022

Kaddour M'Hamsadji a été membre du groupe fondateur de la première Union des écrivains algériens (U.E.A) (28 octobre 1963) dont Mouloud Mammeri a été le président, Jean Sénac, le secrétaire général et lui-même le secrétaire général-adjoint. Mourad Bourboune et Ahmed Sefta en ont été les assesseurs.
Si Kaddour est un écrivain au long souffle. Dans son itinéraire flamboyant il a côtoyé de nombreux écrivains, avec lesquels il a lié de belles amitiés. On cite par exemple, les regrettés Moufdi Zakaria, Tewfik El Madani, Kateb Yacine, Malek Haddad, Laadi Flici, Ahmed Azeggagh, Salah Kherfi, Djouneïdi Khelifa, Cheïkh Mohamed Laïd Al-Khalifa, auquel, avec Mouloud Mammeri, à Batna, le dimanche 30 avril 1967, il a remis le Prix de l'Union des écrivains algériens qui lui a été décerné en partage avec Mohammed Dib.
Ourrir l'espoir des miens
Je vais nourrir l'espoir des miens Je vais courir par nos chers serpents de la Casbah J'irai sur les places des martyrs Devant Ketchaoua souillé Devant Bab-El-Oued torturé Jusque devant les quartiers orgueilleux Jusque devant leurs festins césariens Jusque devant toi Ténare pluriel Jusque devant toi Cauchemar permanent Jusque devant toi Statue colossale Te braver te maudire te détruire Planter entre tes yeux les couleurs de mon peuple.
Mokhtar Maziani
tombé glorieusement, face à l'ennemi,après un siège au douar Ouled Ferha,le 13 janvier 1962 A LakhdarQuand le soleil pâmé se coucheau bord du cielEchevelé frissonnant dégoûtant de sangUn oeil immenseClôt ses paupièresEcrase ses larmes...ô souvenir du dernier reflet de rougeur!Je vois courir des vies dansma mémoireJ'écoute résonner l'écho des voix briséesEt ce sont des aciers qui transpercent mon corps! Ces cendres profanées recueillies par le vent Ces parfums forts des sanctuaires Ces silences bourdonnant d'horreurs Je peux les saisir dans mes mains Je peux les respirer jusqu'au fond de mes poumons Je peux les écouter dans ma tête Et j'écrase mes larmes de feu dans mes cils!
Qui jamais n'a quitté son berceau Qui jamais n'a vomi le lait de la sorcière Qui jamais n'a aimé le sein de sa mère N'a pleuré d'amour devant une source tarie?
Gémissez forêts mutilées Un corps calciné est tombé de vos bras coupés Hurlez herbes piétinées buissons souillés Un corps calciné frissonne aux confins de vos angoisses Fanez-vous lauriers roses beaux et amers Un corps calciné s'effrite au soleil épanoui Et toi témoin sublime et fier Parle sage Dirah ton fils comme tant d'autres A fait le jour des nuits froides de nos cavernes Parle sage Dirah aux fleurs au ciel aux hommes Ce corps informe et noir C'est Mokhtar Mazani
Morts sans epitaphe
A Omar OussedikSur les places publiques le public n'est plus Dans les ruelles chaudes les regards sont froids Dans les artères tristes la haine sourit Dans les maisons en ruines la mort a un nom La mort a l'oeil unique La mort a cent bras La mort sème les corps en fait sa moisson La mort refuse l'aube fixe le destin C'est toi colonialisme c'est toi à nos pieds. Dans les champs de bataille naissent d'autres fleurs Dans le ciel une étoile Luit à chaque appel Mort souffrant mort lucide et mort inconnu Nos morts sans épitaphe morts pour la Patrie.
Sur les places publiques Le public n'est plus La mort sème les corpsNos morts sons épitaph Place des martyrs
Les fleurs de novembre
«Une insurrection armée, déclenchée la veille par une poignée de hors-la-loi (La presse) Façonnée dans les forges du courage, cette poignée devint, en quelques semaines, vigoureuse, l'expression magique d'une conscience éveillée, le poing prodigieux d'une Révolution organisée et efficiente. Sur tout le territoire, une seule citation montait à l'horizon avec le soleil: A.L.N-F.L.N et un seul silence, le soir, remuait les cendres vivantes des premiers martyrs de la Libération nationale...
Novembre éclos Dans le coin du coeur De la vérité Enfant unique D'une saison multipliée Dans le ventre vertueux des amants légitimes Te voici dans la parole des justes 1954 fois premier Aux appels de l'Algérie.
Les bourreaux veillent leur tête folle Se casquent se chaussent Doublent et redoublent leurs effectifs Leurs mercenaires avec leurs valets Leurs chars avec leurs prisonsLeurs slogans leurs cancansTrempés dans le sang.
Ma Patrie vibre Ma Patrie libreDans les maquis secrets Dans les gourbis dans les taudis Dans les bidonvilles fiers Même sans lumièresDans les villes.
Partout Novembre éclaire les solstices Abat les privilèges d'une saison Croise ses rayons sur les lunes tendresVerse ses eaux de fleurs d'orangers Dans les gorges sèches des nuits mûres.
Le soleil n'est plus juillet exclusif Sur une mer basse Où Sidi Fredj jeta L'ancre de ses babouches. Changement de cap et d'espérance
Novembre incrusté d'or vif Palpite sans orgueil Dans la main tendue Dans la musique du cireur
Tant qu'il y aura des Algériens
Tant qu'il y aura des Algériens Il y aura des hommes dans mon pays Et nous regarderons le soleil. La jeune mère triste et morneLa pauvre loqueteuse la veuve sans yeux Hier encore sous l'épreuve Chacun dira: oui le soleil se lèvera demain.
Pour le vieillard rabougri entouré de pâle chardon Pour l'enfant sans parole et sans bras Pour la grand-mère blanchie au regard ténébreux Pour l'homme bafoué jeté dans les fosses Pour la fleur blanche maculée de sang Sur les parterres durs de glace ou de braise Pour les tombes profanées sous les cieux en flammes Pour ces plaines fatales pour ces monts sublimes Où poussent. des fleurs nouvelles où poussent des étoiles C'est le soleil du soir qui promet demain...
Les moissons sont rentrées Par myriades nous avons des armes: Les diamants tombés des yeux aveugles de larmes Les grâces de l'aurore sur le front des purs Nos morts au soleil nos morts à la lune Croissants vermeils croissant lumineux Sous le rayon de foudre ou sous l'étoile de rêve Tans qu'il y aura des Algériens Il y aura des braves dans ma patrie Par myriade nous avons des armes: Le vert radiant de l'espérance le sang de nos martyrs le blanc de l'innocence Et nous avons la LIBERTE
les portraits de mars
Quand la guerre est finie On regarde autour de soi Des visages Enfarinés Clowns incroyables Sortent de l'ombre Disciplinés Légion nouvelle Pour vous regarder... Ali de la Casbah De la Pointe!
Amirouche Quel souvenir? Abbane est mort Chahid! Hassiba Benbouali Abdelkader aussi Mahmoud aussiMokhtar aussi Et continue Plus d'un million.
Mère, tu pleures? Père, tu pleures? Soeur, tu pleures? Frère, tu pleures? Epouse seule, tu pleures? Vous regardez ces visages nouveaux Ce visage-ci Ce visage-là Ces portraits d'après-guerre? Dessinés rapidement Croqués Vitriolés Les Pantins de Midi, 19 Mars Les Martiens En Algérie
En nouvelles vagues Meurent Sur la Plage Des séquelles.
Caricaturistes algériens Prêtez-moi votre crayon magique Peintres algériens Prêtez-moi votre palette fidèle Issiakhem, Benanteur Baya, Benaboura, Khadda, Racim, Bouzid, Samsom Zérarti, Martinez Mesli, Yellès Guermaz, Aksouh Bensemane, Houamel Et toi artiste célèbre Artiste inconnu Tous aidez-moi Je voudrais faire Les Portraits de Mars in «Oui Algérie» poèmes Editions SUBERVIE (1965)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.