Présidentielle: Feu vert pour le retrait des formulaires de souscription    Essais nucléaires français en Algérie: Quand la raison d'Etat consacre l'impunité    Les souscripteurs aux logements AADL2 protestent    Constantine - Déclaration des travailleurs étrangers aux assurances sociales: Les Subsahariens coincés entre le séjour au noir et le travail au noir    Un Forum national sur le phénomène: A la recherche d'un remède contre la «harga»    Le faux vrai désengagement américain    Droit d'asile: L'Allemagne ferme son territoire aux Algériens    Ligue 1: Belle affaire pour la JSK    Ligue 2: La course au titre relancée    JS Saoura: Nabil Neghiz limogé    Blida: Les projets en cours d'exécution à Béni Mered et Ouled Yaiche    Les syndicats autonomes boycottent une rencontre avec Benghabrit    Des mesures coercitives contre les contrevenants: Une cinquantaine d'autorisations aux commerçants pour les soldes d'hiver    Tiaret: Le musée communal inauguré    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    Que décidera Bouteflika ?    Poutine accueilli par une marée humaine    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Trois casemates pour terroristes détruites    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Les supporters réclament le départ de Hamar    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabah Ameur Zaïmèche à l'honneur
L'ETE CINEMA EN FRANCE
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2006

C'est le cinéaste qui a composé le programme des films qui l'ont marqué depuis son enfance...
Du 25 au 28 juillet, Digne-les-Bains a accueilli et abrité un événement baptisé: l'Eté cinéma juillet 2006. Une manifestation estivale qui a été consacrée cette année, au cinéaste algérien Rabah Ameur Zaïmèche avec lequel un programme de films a été composé, films qu'il aime particulièrement et qui l'ont marqué depuis son enfance. Ainsi, lors de ces projections, Jim Jarmusch a côtoyé Howard Hawks et la quête de Pasolini dans l'Evangile selon Saint Matthieu qui reflète la réflexion de Kiarostami.
Les spectateurs ont pu découvrir aussi, en avant-première le film de Claire Simon, «ça brûle» en présence de la cinéaste.«De film en film se dessine le désir de cinéma de Rabah, désir de dire en images et en son une forme de vérité humaine hors des clichés culturels du discours normalisé et du formatage esthétique». «Le cinéma de Rabah Ameur Zaïmèche est une originalité et une pertinence dans l'approche du réel», a affirmé Jean-Pierre Castagna, président des rencontres cinématographiques de Digne-les-Bains.
Ayant été projeté le 25 juillet dernier, au centre culturel René Char, la grande découverte de Cannes 2006, le second film de Rabah Ameur-Zaïmèche, après Wesh Wesh, laisse une empreinte profonde et troublante dans l'esprit du spectateur. Prix de la jeunesse de la 59ème édition du Festival de Cannes, par ailleurs, Bled Number one, raconte l'histoire de Kamel qui, à peine sorti de prison, est expulsé vers son pays d'origine, l'Algérie. Cet exil forcé le contraint à observer avec lucidité un pays en pleine effervescence, tiraillé entre un désir de modernité et le poids des traditions ancestrales. Bled number one doit son titre au fait que Rabah Ameur- Zaïmèche traite dans son film de la diaspora algérienne et fait référence au bled d'origine les «Wesh, Wesh, qu'est-ce qui se passe?» Bled number one, qui reprend le personnage de Karim, est une suite de Wesh Wesh, qu'est-ce qui se passe? Cependant, le réalisateur et interprète du héros des deux films, Rabah Ameur-Zaïmèche a précisé que Bled Number one pouvait être tout aussi bien considéré comme l'«après» que comme l'«avant» Wesh Wesh, qu'est-ce qui se passe? Celui-ci a été projeté le 27 juillet, au soir. Ce film met en scène la vie d'un groupe de jeunes adultes confrontés à la décomposition sociale du quartier dans la cité des Bosquets. Une dégradation qui se déroule à travers le regard de Kamel, de retour dans cette cité, après en avoir été expulsé...Né en 1966 en Algérie, Rabah Ameur Zaïmèche est arrivé en France en 1968.Il a grandi dans la cité des Bosquets à Monfermeil, en Seine Saint-Denis. Après des études en sciences humaines, il fonde en 1999 la société Sarrazink production et réalise son premeir long métrage en 2002, Wesh Wesh, qu'est-ce qui se passe? (Prix Louis Delluc). En 2005,il écrit, produit et réalise Bled Number One, ce film qui gagna l'estime du public français cette année, depuis sa sortie dans les salles, au mois de juin. Meriem Serbah, l'interprète de Louisa dans Bled Number one, a aussi reçu une formation de chanteuse. Passionnée par le jazz et la soul, elle est chanteuse, auteur et compositeur du groupe de jazz Jefferson. Elle a d'ailleurs su mêler ses deux passions en jouant dans la comédie musicale «Les enfants gâtés» de Jean-Claude Penchenat. Après l'avoir suivi dans Wesh Wesh, qu'est-ce qui se passe?, on retrouve le personnage de Karim dans Bled number one, le deuxième film de Rabah Ameur-Zaïmèche qui en est aussi l'interprète. Un film qu'on espère, pourquoi pas, retrouver à l'affiche dans nos salles de cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.