Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Désordre sur la voie publique
DARGUINA
Publié dans L'Expression le 30 - 08 - 2006

Décidément, il règne un désordre à couper le souffle sur le tronçon de la RN9 traversant la ville de Darguina. En effet, cette cité qui était jadis havre de paix très enviée pour son environnement sain est aujourd'hui plongée dans une pollution engendrée par des milliers de véhicules formant d'interminables bouchons. Désormais, pour traverser la chaussée, il va falloir s'adonner à de nombreux calculs sinon le moindre faux pas peut s'avérer fatal. L'exiguïté du tronçon, l'absence totale de signalisation et d'aménagement de la chaussée mettent en exergue un service d'ordre complétement dépassé.
«La question qui se pose, est que se passera-t-il dans une dizaine d'années? Et au train où vont les choses, je suis plutôt pessimiste» précisera un habitant de Darguina. Au risque de nous répéter cette artère principale de la cité a été réalisée pendant l'occupation française et les choses n'ont pas évolué d'un iota depuis. «Avec l'approche de la rentrée scolaire et en l'absence de passages cloutés, il faut s'attendre au pire», enchaînera une autre personne. C'est dire qu'il ne fait plus bon vivre à Darguina. Aussi, il faut reconnaître que la seule solution a cet énième problème est de dévier la route par l'oued Agrioun afin qu'elle rejoigne le tunnel, mais ceci risque de durer, eu égard à l'importance du projet.
Pour l'heure, ce sont les habitants de la cité qui se morfondent dans une atmosphère contenant du gaz carbonique dégagé par les «camions mastodontes», qui y circulent. Il est vrai, aussi, qu'il est de plus en plus difficile de trouver un peu d'oxygène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.