Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conflit frontalier avec Rabat ressurgit
DES FAMILLES ALGERIENNES DEPOSSEDEES DE LEURS TERRES PAR LES MAROCAINS
Publié dans L'Expression le 03 - 02 - 2002

Des familles algériennes habitant le long des frontières algéro-marocaines se plaignent de l'invasion de leurs terres par les Marocains.
Les dernières informations à Alger sur une agitation marocaine aux frontières ouest et qui consiste en une avancée de certains paysans marocains au-delà des frontières officielles, se sont confirmées cette semaine lorsque quinze familles algériennes ont tenté de reprendre possession de leurs terres abandonnées, en 1982, dans la localité de Dar El-Mahala, dans la wilaya de Tlemcen. Les familles issues de Ouled Sidi El-Hadj, auxquelles appartiennent ces terres, se sont vu refouler le 25 janvier dernier par des gardes-frontières marocains. Ces familles ont découvert que non seulement elles ne pouvaient pas prendre possession de leurs terres ancestrales, où est même enterré Sidi Aïssi, le premier de la lignée, mais que les Marocains ont, depuis, installé une petite station de pompage des eaux et des canalisations pour détourner les nappes souterraines de cette portion de Tlemcen.
Les quinze familles algériennes des communes d'El-Bouihi et de Sidi Djillali n'ont pas réussi à s'approcher du périmètre où elles étaient installées vingt années auparavant. Ces terres algériennes sont devenues depuis marocaines suite à «un accord verbal» entre quelques membres des autorités locales de part et d'autre des frontières. Les Ouled Sidi El Hadj se disent profondément choqués par l'attitude des Marocains qui ont installé une sorte d'exploitation agricole à l'intérieur même du territoire algérien et sont prêts à fournir toutes les pièces administratives et les actes de propriété concernant ces terrains. Les agriculteurs marocains installés depuis ont planté des centaines d'arbres pour délimiter les anciens territoires algériens «squattés», et ont refoulé de fait les familles algériennes dans un silence inquiétant des autorités locales.
Or, cette affaire, que certains milieux locaux tentent de camoufler du fait de leur connivence avec la mafia de la contrebande et de la drogue qui utilise cette partie des frontières ouest comme point de passage, ressurgit après que les familles algériennes se sont vu éjecter de leurs terres. Les familles de Ouled Sidi El-Hadj sont déterminées à récupérer leur bien même si cette affaire risque de compliquer davantage les relations algéro-marocaines déjà extrêmement tendues.
D'ailleurs, des voix marocaines se sont élevées pour remettre en cause, dans cette conjoncture, les frontières constitutionnelles entre l'Algérie et le Maroc. Des sources marocaines ont indiqué que «la Constitution marocaine stipule que la souveraineté du royaume s'étend sur l'ensemble de ses frontières historiques». Cette déclaration contredit l'esprit et la lettre des accords sur les frontières légales entre Alger et Rabat, signés à la fin des années 70, et son prolongement l'accord signé au Maroc entre l'ancien président Chadli Bendjedid et le défunt roi Hassan II en février 1989 à Ifrane. Elle permet, toutefois, de voir à quel point, au niveau officiel marocain, on demeure attaché à l'idée d'un «grand Maroc» qui a servi de base à la colonisation du Sahara occidental et à la pénétration des Marocains en territoire algérien.
Cette attitude s'est exprimée deux fois cette semaine à travers des positions d'une extrême virulence de l'Usfp, le parti du Premier ministre marocain, Abderahmane Youssoufi, qui s'en est pris aux positions algériennes considérées comme «inamovibles» sur le Sahara occidental en référence au refus réitéré d'Alger, via les déclarations d'Ahmed Ouyahia à Nouakchott, de la «troisième voie» marocaine.
Les observateurs craignent que le bellicisme marocain prenne de l'ampleur à mesure que la date de la remise des conclusions de James Baker, lors de sa tournée d'adieu au Maghreb, approche. Ils redoutent davantage que des provocations, comme celles de l'envahissement progressif de territoires sous souveraineté algérienne comme c'est le cas d'El-Bouihi à Tlemcen, se poursuivent ces prochains jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.