Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les prix seront revus à la hausse
EAU POTABLE
Publié dans L'Expression le 31 - 01 - 2007

Le pouvoir d'achat des citoyens est loin de supporter des frais supplémentaires.
Si la Sonelgaz procèderait à une augmentation sensible des tarifs de l'électricité, les prix de l'eau potable augmenteront par voie de conséquence. C'est ce qu'a déclaré, hier, le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, en marge des travaux du 2e Colloque international sur l'eau et l'environnement qui se tient à l'hôtel Riad d'Alger, en expliquant que les prix de l'eau sont liés, étroitement, à ceux de l'électricité. Plus explicite, le ministre a indiqué que le pompage des eaux nécessite une forte consommation d'énergie qui revient très coûteuse à l'Algérienne des eaux (ADE). Le représentant du gouvernement a cité, dans ce sens, la station de pompage de Beni Haroun qui consomme quelque 400 mégawatts d'énergie électrique, soit autant qu'une ville de taille moyenne. Ainsi, et en tenant compte de la volonté affichée par la Sonelgaz de revoir ses tarifs à la hausse, les prix du mètre cube du liquide précieux ne peuvent, suivant la logique des coûts, que prendre la même trajectoire. La Sonelgaz avait justifié sa requête par le nombre important de projets inscrits pour le développement de ses prestations de service.
Il faut dire que le gouvernement doit, de toute manière, supporter les charges de cette entreprise, pour remédier à une augmentation qui entraînera automatiquement, la hausse des prix de l'eau. A observer ce jeu aux allures de chantage entre le ministère de l'Energie et celui des Ressources en eau, il en ressort clairement que le simple citoyen jouera le rôle du bouc émissaire. Les deux augmentations auront, certainement, des retombées désastreuses sur le niveau de vie de la majorité des citoyens dont le pouvoir d'achat, tout faible qu'il est actuellement, est loin de supporter des frais supplémentaires. Dans le même ordre d'idée, Abdelmalek Sellal a révélé, lors de ce colloque organisé par l'Ecole nationale supérieure de l'hydraulique, les créances contractées par les différentes agences dépendant de son département auprès de la Sonelgaz. En outre, il a souligné que les habitants de 830 communes, sur plus de 1500 que compte le pays, ne payent pas correctement les factures de l'eau. Un fait, précise le ministre, qui constitue un motif additionnel pour revoir à la hausse, les prix de ce liquide vital.
Par ailleurs, et en passant en revue les grands projets lancés un peu partout dans le pays (barrages, stations de dessalement d'eau de mer, stations d'épuration...), le ministre a estimé que l'Algérie devra, à l'horizon 2025, disposer d'une forte infrastructure hydraulique et d'un approvisionnement correct en eau. De son côté, le président du Conseil mondial de l'eau, M.Loïc Fauchon, a beaucoup apprécié les «efforts financiers» de l'Algérie dans ce secteur en déclarant que «l'Algérie figure parmi les pays qui déploient des moyens financiers importants pour le développement et la gestion de leurs ressources en eau». En revanche, Sellal n'a pas voulu cacher le soleil avec un tamis en lançant: «Il ne sert à rien de réaliser des projets grandioses si nous ne sommes pas en mesure de les gérer et de les entretenir». Notre priorité maintenant, ajoute-t-il, est d'investir dans le développement des ressources humaines en signalant que l'Algérie accuse des retards énormes en matière de gestion et de management des ressources en eau. M.Sellal a annoncé la création, très prochainement, d'une grande école professionnelle des métiers de l'eau qui se chargera du perfectionnement des ingénieurs et autres diplômés en hydraulique. Abordant la question de la préservation de l'environnement, le ministre a indiqué que le recours massif des pays méditerranéens au dessalement de l'eau de mer pose un sérieux problème vu les quantités de sel engendrées par cette opération qui menace l'équilibre écologique de la région. Cependant, ajoute-t-il, c'est un choix irréversible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.