Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Juan Carlos attendu sur divers fronts
LE ROI D'ESPAGNE DEMAIN EN ALGERIE
Publié dans L'Expression le 12 - 03 - 2007

Nul ne peut avancer que l'escale du roi d'Espagne à Alger est en mesure de constituer le contrepoids des initiatives ibériques au profit du Maroc.
Invité par le président Bouteflika, le roi d'Espagne, Juan Carlos 1er, sera en visite en Algérie à partir de demain. La dernière visite d'Etat du roi d'Espagne en Algérie remonte à 1983.
Le président de la République a, quant à lui, effectué une escale au Royaume ibérique en 2002, date marquée surtout par la signature d'un traité d'amitié entre l'Algérie et l'Espagne.
Sur le plan économique, la locomotive ne connaît pas encore son rythme de croisière. Par ailleurs, le climat politique entre Alger et Madrid s'était quelque peu assombri, effet direct de la position de José Luis Zapatero, chef du gouvernement espagnol, concernant le conflit du Sahara occidental.
Ce vent froid ne peut être aisément évité dans les discussions, notamment après la signature, par Zapatero, d'un contrat de réarmement avec le Maroc.
Un épisode qui vient annoncer une nouvelle grisaille à l'horizon.
Et c'est sous la même casquette que José Luis Zapatero a annoncé son appui, depuis Rabat, au projet marocain dit «d'autonomie pour le Sahara».
Toutefois, nul ne s'amuse à dire que l'escale du roi d'Espagne à Alger est en mesure de constituer le contrepoids des initiatives ibériques au profit du Maroc. D'emblée, Juan Carlos 1er, en réponse à Bouteflika, s'est dit «très honoré» de l'invitation et a déclaré l'accepter «avec grand honneur». Une invitation qui, pour rappel, date du 16 janvier dernier.
L'escale du roi d'Espagne en Algérie a été annoncée officiellement par le président de la République lors de la dernière visite de José Luis Zapatero à Alger. «Nous nous préparons également à accueillir prochainement, en visite d'Etat, Sa Majesté le roi Juan Carlos 1er et Sa Majesté la reine Sofia», avait annoncé Abdelaziz Bouteflika. Il avait estimé, à l'occasion, que cette visite aura un impact particulièrement fort sur les relations algéro-espagnoles. Selon toute vraisemblance, plusieurs autres problématiques, d'une importance avérée, seront également débattues. Il s'agit, sans doute, des rapports bilatéraux entre l'Algérie et l'Espagne, le phénomène de l'immigration clandestine et la lutte antiterroriste. Dans sa réponse au président de la République, le roi d'Espagne reconnaît que «durant les derniers mois, les réunions de haut niveau se sont intensifiées de façon considérable entre nos respectifs gouvernements». Une preuve de bon partenariat, à en croire Juan Carlos 1er. Le va-et-vient continu des responsables espagnols a été sanctionné par plusieurs décisions importantes à l'instar de l'accord conclu avec l'Algérie sur la conversion de la dette.
Les deux pays, liés depuis 2002 par un traité d'amitié, ont également paraphé, durant la même période, un protocole financier de 100 millions d'euros destiné à accompagner les projets des PME-PMI. Demeurent, par ailleurs, plusieurs projets communs en suspens à l'instar de certains accords d'extradition et l'intérêt accordé, puis gelé, par les entreprises espagnoles aux privatisations.
Le Royaume de Juan Carlos demeure, néanmoins, complètement dépendant de l'Algérie en matière d'énergie.
L'on a annoncé dans la foulée la finalisation, dans les mois à venir, du projet de gazoduc Medgaz.
Le roi, accompagné du président Bouteflika, se déplacera dans l'ouest de l'Algérie, à Oran et Béni-Saf, et devra inaugurer le projet Medga et Fertial à Arzew, avec la construction de la plus grande usine d'ammoniaque.
Le roi Juan Carlos se dit «convaincu» que son voyage présente une «nouvelle occasion de resserrer les liens d'amitié et de coopération». Juan Carlos devra assister également, en compagnie du président Bouteflika, au forum d'affaires algéro-espagnol, prévu à Alger les 14 et 15 mars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.