Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel débat entre les deux rives?
Publié dans L'Expression le 01 - 03 - 2007

Dans le monde entier, les peuples ont de moins en moins d'existence politique.
En tant qu'intellectuels de la rive Sud, et même simplement en tant qu'êtres humains, on devrait être inquiet de constater, d'une part, que le monde développé, puissant, moderne et moteur de l'histoire contemporaine, niveau auquel, par ailleurs, nous devons aspirer, refuse le débat, dicte sa loi et semble marqué par un certain nombre de dérives, et d'autre part, que nos sociétés sont pauvres en espaces de débats. Comment amener les uns et les autres à débattre, à négocier et à dialoguer, notamment sur les questions de fond? Pour gagner en crédibilité, on doit reconnaître, de notre côté, nos retards, et nos impasses, par-delà l'hétérogénéité des pays, nos richesses et les progrès enregistrés ici et là, reconnaître qu'il existe en rive Sud des résistances aux changements, des refus à payer des factures, des dérives sous d'autres formes, ceux de la fermeture, qu'elles soient politiques, sociales ou culturelles. Il s'agit parfois de combats d'arrière-garde. Il faut que nous assumions l'évolution en tenant compte de l'expérience de l'autre, mais les peuples du Sud ont le droit de s'opposer à l'hégémonisme d'un modèle qui est ambivalent, efficace sur nombre de plans et injuste sur d'autres. Globalement, il n'y a pas le choix, la modernité est incontournable, mais il ne faut pas renoncer au devoir d'autocritique, de critiquer et de tenter de corriger, de rectifier et d'adapter ce qui peut paraître contraire aux intérêts et aux valeurs propres. Assumer les exigences de l'universel, sans toutefois perdre ses repères est légitime. L'enjeu est essentiel. «Comment être moderne sans perdre ses racines?» Comment assumer en conséquence le développement sous le modèle universel mondial et être vigilant vis-à-vis d'un certain nombre de dérives de la logique marchande, découlant, de ce qu'on appelle, pour l'économique, le néolibéralisme ou la domination du profit pour le profit qui nuisent au principe de la justice et puis, sur le plan du sens, opère la sortie de la religion de la vie, ou à tout le moins, la fin de la morale telle que léguée par le monothéisme, situation qui nuit à l'équilibre de la vie, à l'éthique et l'identité?
L'Occident moderne, source de progrès et aussi de problèmes
La modernité occidentale généralise théoriquement la primauté de la raison, source de progrès décisif, se fonde sur la sécularité et libère des énergies: c'est plus que positif. Alors que l'exigence de toute civilisation est de rechercher des articulations, des cohérences et des équilibres, sans confondre les différents niveaux et les sphères de la vie, trois, au moins, de ces dérives nécessitent des réponses, des correctifs et des alternatives, car marquées par des déséquilibres, des oppositions de niveaux, mortelles pour l'équilibre humain. Sur le plan du sens, le point inquiétant est moral. Il y a de moins en moins de liens entre la conception du citoyen moderne et le sens auquel les peuples monothéistes en général, et les musulmans en particulier, sont attachés. Ce n'est pas la fin du monde, mais la fin d'un monde. Comment inventer un autre qui échappe à toute fermeture et idolâtrie, tout en en articulant l'efficacité et l'éthique, le temporel et le spirituel? Car, aujourd'hui, apparemment, la modernité ce n'est pas simplement la sécularisation et la production de richesses que, à juste titre, les modernes recommandent, mais la déshumanisation, la déspiritualisation, la désignification. Sur le plan politique, le corps social, sous le joug du capitalisme, est chargé du seul niveau d'exécution. C'est une dépolitisation, sans précédent: elle remet en cause la possibilité de faire l'histoire, d'être un peuple responsable. Dans le monde développé, en dépit des débats, de la légitimité des institutions, de la prédominance des droits de l'homme, la possibilité d'exister en tant que citoyens responsables, participant à la recherche collective et publique du juste, du beau et du vrai, semble de plus en plus problématique. En rive Sud, les retards en la matière et ce paradoxe nous mettent en face d'une situation complexe. Dans le monde entier, les peuples ont de moins en moins d'existence politique, ni au sens moderne, ni au sens abrahamique. Situation aggravée par les actes belliqueux de puissants et la réaction suicidaire de faibles. Sur le plan du savoir, nous assistons à la remise en cause du droit à la différence, que certains réduisent à l'idéologie du multicultularisme ou au protectionnisme désuet. Situation injuste du refus de la possibilité de penser, et penser autrement. La mondialisation vise à maîtriser toute chose par l'exploitation des sciences exactes, appréhendées comme les seules pertinentes pour le développement, c'est une forme de scientisme et de positivisme. La réduction de l'aptitude à assumer la différence, la diversité, l'interculturel et l'interdisciplinarité et les dérives en matière de manipulations de la nature en sont les reflets. En conséquence, on doit interroger nos amis de la rive Nord sur leur modèle qu'ils cherchent à nous imposer par des voies multiples: il peut se résumer à travers une formule lapidaire: le triptyque «laïcisme, scientisme, capitalisme». Cette figure de l'Occident moderne, source de progrès, semble aussi être source de déséquilibres, d'injustices et de problèmes profonds, comment y faire face?
Non point l'anarchie, la fiction, le mythe, la science est la condition du développement et du progrès. La techno-science est le miracle de la raison, belle aventure humaine. Cependant, le scientisme, qui réduit la vie à un instrument coupé du sens, ce n'est pas la science. Les savants, les hommes de science, la pratique scientifique qui garde en vue que cela doit servir l'homme et non le réduire, est le chemin vrai. Le scientisme c'est l'allégation positiviste du pouvoir scientifique comme solution sans conditions à tous les problèmes, sans tenir compte des repères moraux et éthiques, cela, ce n'est pas le savoir et la science. Depuis longtemps, l'on sait que science sans conscience n'est que ruine de l'âme. La raison instrumentale, la pensée calculante, l'oubli des valeurs humaines pour tout ramener à l'exploitation infinie du monde et l'assouvissement de toutes ses ambitions sur la seule base du culte des instruments matériels et la société de consommation, conduit à des formes de déshumanisation. Le laïcisme, de son côté, est une dérive de la nécessaire sécularité, de la non-confusion. Ce concept vital de sécularité, barrage à toutes les formes de totalitarismes, appelle aujourd'hui sa redéfinition, sa propre transformation, comme le pensent les philosophes objectifs comme Derrida qui affirme que «la démocratie à venir, suppose l'affranchissement du politique par rapport au théocratique et au théologique, donc, une certaine sécularité du politique et en même temps, naturellement, de façon tout à fait consistante, conséquente, la liberté du culte, la liberté religieuse, absolue, le respect de la religion, garantie par l'Etat». Le monde moderne a tendance à résister à l'idée du vivre en commun, obnubilé par l'autonomie de l'individu, percevant toute idée de communauté comme un communautarisme sectaire, c'est-à-dire à une forme de communauté fermée, qui opprime l'individu, qui l'empêche d'agir en citoyen libre. Pourtant on peut être, par exemple, religieux, attaché au vivre-ensemble et, d'autre part, agir en citoyen libre et moderne. Des articulations entre les deux niveaux, individu et communauté, sont nécessaires, c'est la problématique dans laquelle se trouve engagée l'humanité aujourd'hui. Le problème d'une articulation, aussi pacifique que possible entre la liberté de l'individu ou du citoyen et son appartenance à une communauté, à un peuple, à un groupe, sans que l'appartenance soit oppressive, envahissante ou répressive, se pose pour tous.
Le droit à la différence, pour protéger une souveraineté, une identité, des racines, ou des richesses nationales est remis en cause par le libéralisme sauvage. L'Etat, la société civile et politique ont pour tâche de s'allier face à ce défi. L'Etat est le régulateur de ces liens. Il est celui qui doit être le garant de la non-confusion entre les dimensions de la vie individuelle et sociale, garant du respect de l'individu et de la vie de la communauté, garant des intérêts suprêmes d'une nation. D'où l'importance de soutenir l'Etat, notamment lorsque les signes de la déliquescence, ou, à tout le moins, de sa faiblesse, apparaissent. Les contre-pouvoirs, les espaces de débats, les mécanismes de transmission de l'information, à mettre en place, ont pour tâche de tenter d'alerter en cas d'affaiblissement des prérogatives de l'Etat ou de dérives de toutes natures.
L'Etat peut et doit s'opposer aux abus et injustices, comme il doit s'opposer à des forces politiques et économiques qui monopolisent les richesses, s'opposer à des concentrations de pouvoir économiques abusives, doit s'opposer à des forces internationales de pouvoirs économiques qui s'ingèrent et nuisent aux intérêts nationaux.
Le protectionnisme ne signifie pas la fermeture
Donc, ce que des discours dominants au Nord préconisent, c'est-à-dire, le laisser passer, le laisser faire, pour soi-disant servir les individus, peut être nuisible. L'Etat a pour devoir de négocier et protéger le marché national, la communauté nationale.
Le protectionnisme est un devoir. Cela ne signifie pas la fermeture, au contraire, mais l'ouverture cohérente qui privilégie l'équilibre des intérêts. Le débat avec nos partenaires du Nord ne peut éviter cette question.
Ces questions et ces défis, perte de sens moral et éthique, rupture des liens sociaux, difficulté d'articulation entre l'individu et la société, déréglementation économique et faible protection des richesses nationales, recul du droit, loi du plus fort, qui agitent tous les peuples, doivent dominer les débats entre l'Occident et l'Orient. Ce qui est la condition du dialogue, absent ou refusé aujourd'hui, questions adressées à l'autre, sans violence, c'est l'acceptation commune d'une démocratie internationale qui fait défaut.
Cela suppose, à la fois, de nous allier à ce qui, dans le monde occidental, essaye de faire progresser l'idée d'un ordre mondial multilatéral et juste, et, à notre niveau interne, de pratiquer l'autocritique pour corriger nos contradictions, en vue de faire face aux immenses défis de notre époque.
Des deux côtés, Nord, Sud, on a à gagner à un vrai débat, continu et franc, à de vraies négociations, d'autant qu'il y a de moins en moins de Nord et de Sud face aux grandes questions de l'heure. Tout en sachant que jamais le monde n'a été aussi inégalitaire, violent et inhumain. Cela suppose une transformation des concepts du politique, de la souveraineté, de l'universel, et en particulier une interrogation sur quel type d'être humain et de société on veut forger? Débat entre les deux rives et débat du dedans, à l'intérieur de chaque monde et société. Ces débats ne peuvent se tenir l'un sans l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.