Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger règle son «différend» avec Washington
LE PENTAGONE «NEGOCIE» LA BASE DE L'AFRICOM AVEC DES PAYS DU SAHEL
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2007

Le président Bush a entériné, récemment, un plan du Pentagone sur la création de l'Africom chargé de coordonner et surveiller les opérations militaires des Etats-Unis en Afrique.
Après la fausse polémique générée par l'établissement d'une base militaire américaine en Algérie dans le but de contrecarrer l'activité des groupes affiliés à Al Qaîda, et «qui pourraient prendre le Maghreb et le Sahel comme rampe de lancement pour attaquer les Etats-Unis, ses intérêts ou ses ressortissants dans la région», le Pentagone négocie, ces jours-ci, avec plusieurs pays africains en vue de déplacer le commandement militaire qui se trouve en Allemagne vers un pays africain.
Le Djibouti, pays de la Corne africaine, avait bel et bien proposé aux Etats-Unis de prendre pied dans ses terres, mais ceux-ci, pour des raisons évidentes, ont rejeté l'offre. Toutefois, et depuis plusieurs jours, le sous-secrétaire adjoint du Pentagone aux Affaires politiques, Ryan Henry, est en visite dans plusieurs pays africains intéressés par la «demande» américaine.
Il a rencontré, en fin de semaine, des dirigeants sud-africains pour discuter d'un plan américain visant à créer un nouveau commandement régional de l'armée américaine pour l'Afrique (Africom). La visite de Henry s'inscrit dans la tournée d'une délégation américaine dans six pays (Afrique du Sud, Ethiopie, Ghana, Kenya, Nigeria, Sénégal) pour faire du lobby auprès des pays africains à propos de la création de l'Africom, un sujet qui agite le Pentagone au plus haut degré. Les Etats-Unis devront envoyer de nouvelles délégations au plus tard cette année pour poursuivre les consultations à ce sujet. Le président George W.Bush a entériné, en février dernier, un plan du Pentagone sur la création de l'Africom chargé de coordonner et surveiller les opérations militaires des Etats-Unis en Afrique.
Selon Henry, l'Africom sera opérationnel à la fin de 2008, et un «général à quatre étoiles» devrait être nommé avant septembre pour diriger ce nouveau commandement, dont le siège n'a pas encore été déterminé.
En mars, l'Algérie a déjà refusé d'abriter le siège du nouveau commandement des Etats-Unis, alors que les Etats-Unis avaient dit n'avoir jamais formulé pareille demande. Mohamed Bedjaoui, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, qui a effectué, récemment, à Washington, une visite de travail et de contacts politiques et diplomatiques, a pu lisser les aspérités générées par le m alentendu.
Une visite ponctuée, d'ailleurs, d'un tête-à-tête avec la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, avant qu'elle ne quitte Washington pour une tournée au Proche et Moyen-Orient. Malgré le refus de l'Algérie d'accueillir une base militaire américaine sur son sol, tout indique qu'Alger continuera à coopérer avec les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et que les choses sont définitivement entrées dans l'ordre, même si au fond, persistera pendant un certain temps, cette amère sensation partagée des deux côtés. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, avait lui-même apporté un démenti aux informations concernant l'établissement de bases militaires américaines dans le Sahara, pour contrôler la vaste bande du Sahel, espace qui pourrait constituer une «rampe de lancement pour les groupes armés affiliés à Al Qaîda». Il avait dit: «Que les Etats- Unis cherchent à établir une base militaire en Afrique, c'est un souci qui les concerne». L'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, Robert Ford, qui avait évoqué lui aussi la question de l'établissement d'une base militaire américaine en Algérie, relancée par les déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, qui a opposé un refus catégorique à cette demande si elle venait à être formulée, avait déclaré: «Il n'existe pas de base militaire américaine en Algérie. A aucun moment nous n'avons demandé d'établir une base militaire en Algérie, et nous ne demandons pas. Moi-même, je n'ai pas entendu que des officiels américains avaient formulé pareille demande.»
En fait, les Etats-Unis font face à un souci de taille, et qui est le commandement militaire américain pour l'Afrique, lequel se trouve loin du Sahel, en zone-grise, qui alimente les tensions chez les responsables de la Maison-Blanche. Washington voudrait bien que ce commandement soit déplacé vers l'Afrique.
Le Sahara algérien semble avoir été une option, mais les Etats-Unis savent à quoi s'en tenir aujourd'hui. Djibouti qui s'est proposé pour ce genre de rôle, ne présente que peu d'atouts, et aujourd'hui, tout porte à croire que le Sénégal ou l'Afrique du Sud sont en pole position pour jouer ce genre de rôle...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.