Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger et Tripoli font du forcing pour dissuader Washington
LES ETATS-UNIS DETERMINES À ETABLIR DES BASES EN AFRIQUE
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2007

Les deux capitales estiment que ces bases militaires «ne seront bénéfiques ni pour l'Afrique, ni pour Washington, ni encore moins pour la lutte contre le terrorisme».
Des pays africains, dont l'Algérie et la Libye, mènent d'âpres négociations avec les Etats-Unis afin d'empêcher que ceux-ci n'établissent des bases militaires en plein coeur du continent africain. Le journal émirati qui fait état de ces pourparlers, et qui est généralement bien informé concernant les affaires diplomatiques «de sous-sol», cite des sources diplomatiques et précise que c'est bien Alger et Tripoli qui mènent les conciliabules, arguant aux Américains que ces bases militaires plantées dans le coeur du continent «ne seront bénéfiques ni pour l'Afrique, ni pour Washington, ni encore moins pour la lutte contre le terrorisme».
Le journal émirati cite, aussi, l'allocution faite par le secrétaire du Comité populaire libyen, Abdessalam Triki, lundi dernier, que «Tripoli et Alger sont d'accord pour opposer un refus total à Washington d'établir un commandement militaire pour l'Afrique».
Après la polémique générée par l'établissement d'une base militaire américaine en Algérie dans le but de contrecarrer l'activité des groupes affiliés à Al Qaîda, le Pentagone a entrepris de négocier avec plusieurs pays africains en vue de déplacer le commandement militaire qui se trouve en Allemagne vers un pays africain. C'est le gros souci américain du moment.
L'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, Robert Ford, avait expliqué, récemment, la situation de la sorte: «Il existe un commandement militaire américain pour l'Afrique. Le grand commandement se trouve à Bruxelles, et il y a une filiale qui s'occupe de la région du Maghreb et de tout le continent africain, et qui se trouve à Stuttgart, en Allemagne. Ce commandement est dirigé par le général Ward. La question qui se pose est la suivante: va-t-on rester en Allemagne? Va-t-on déplacer le siège? C'est possible...Le Congrès n'a pas encore donné le financement nécessaire pour l'opération. Les Etats-Unis ont des intérêts stratégiques dans le Maghreb, le Sahel et l'Afrique de l'Est. Nous sommes souvent présents pour donner un coup de main aux soldats africains, comme nous le faisons actuellement avec la fourniture du transport aérien pour Mogadiscio, chose que nous faisons d'ailleurs conjointement avec Alger, ou pour une aide humanitaire, comme nous l'avons fait au Libéria et en Côte d'Ivoire. Par conséquent, nous avons beaucoup de travail dans la région, ce qui nous pousse à vouloir canaliser nos ressources, et donc à réfléchir sur la question de séparer les commandements...» Mais il était déjà entendu que le commandement militaire pour la zone Afrique devait prendre forme dans les zones mêmes à risque, ou à proximité, c'est-à-dire dans le continent africain et pas ailleurs.
Le sous-secrétaire adjoint du Pentagone aux Affaires politiques, Ryan Henry, était en visite dans plusieurs pays africains intéressés par la «demande» américaine.Il a rencontré des dirigeants sud-africains pour discuter d'un plan américain visant à créer un nouveau commandement régional de l'armée américaine pour l'Afrique (Africom). La visite de Henry était inscrite dans la tournée d'une délégation américaine dans six pays (Afrique du Sud, Ethiopie, Ghana, Kenya, Nigeria, Sénégal) pour faire du lobbying auprès des pays africains à propos de la création de l'Africom, un sujet qui agite le Pentagone au plus haut degré.
Les Etats-Unis devront envoyer de nouvelles délégations, au plus tard, cette année, pour poursuivre les consultations à ce sujet. Le président George W.Bush a entériné, en février dernier, un plan du Pentagone sur la création de l'Africom chargé de coordonner et surveiller les opérations militaires des Etats-Unis en Afrique. Selon Henry, l'Africom sera opérationnel à la fin de 2008, et un «général à quatre étoiles» devrait être nommé avant septembre pour diriger ce nouveau commandement, dont le siège n'a pas encore été déterminé. En mars, l'Algérie a déjà refusé d'abriter le siège du nouveau commandement des Etats-Unis, alors que les Etats-Unis avaient dit n'avoir jamais formulé pareille demande. Mohamed Bedjaoui, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, qui a effectué, récemment, à Washington, une visite de travail et de contacts politiques et diplomatiques, a pu lisser les aspérités générées par le malentendu. Cependant, il semble que des «zones d'agitation» persistent...
En fait, les Etats-Unis font face à un souci de taille, et qui est le commandement militaire américain pour l'Afrique, lequel se trouve loin du Sahel, en zone-grise, qui alimente les tensions chez les responsables de la Maison-Blanche. Washington voudrait bien que ce commandement soit déplacé vers l'Afrique.
Le Sahara algérien semble avoir été une option, mais les Etats-Unis savent à quoi s'en tenir aujourd'hui. Djibouti qui s'est proposé pour ce genre de rôle, ne présente que peu d'atouts, et aujourd'hui, tout porte à croire que le Sénégal ou l'Afrique du Sud sont en pôle position pour jouer ce genre de rôle...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.