Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Algérien il est, Algérien il le demeure»
JEAN DANIEL À PROPOS DE CAMUS
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2007

Albert Camus est forgé par la misère: «Comment voulez-vous qu'un type pareil défende le colonialisme?»
Comment réussir, aujourd'hui, à rectifier le tir commis par Albert Camus qui, entre la justice et sa mère, a choisi sa mère? La force de frappe de cette fameuse phrase, prononcée par Camus en 1957 à Stockholm, en recevant le prix Nobel, est telle que la douleur qu'elle a créée est restée vivace dans la mémoire des Algériens.
Cinquante ans après que cette phrase eut été prononcée, quarante sept ans après le décès de Camus, l'écrivain et journaliste français, Jean Daniel, tente de justifier les propos du Nobel de littérature. Camus a toujours été contre la violence. Il est évident, de ce fait, entre une justice qui se fait à coup de bombes qui tueront sa mère, qu'il choisisse sa mère. Il faut aussi se rappeler ce que Camus disait: «je suis contre le terrorisme armé qui attaque le train dans lequel se trouve ma mère», estime le directeur de rédaction du magazine français Le Nouvel Observateur, avant hier, lors d'une conférence animée à la Bibliothèque nationale. Jean Daniel, qui est venu faire la promotion de son dernier livre Avec Camus: comment résister à l'air du temps, n'est pas à un point près d'ignorer le contexte historique dans lequel Camus a fait son choix. Rappelons que, lors de l'attribution du prix Nobel à l'auteur de L'Etranger, l'Algérie était en pleine guerre pour le recouvrement de son indépendance. La lutte était sanglante. Les Algériens n'appliquaient que l'adage selon lequel «ce qui est arraché par la force n'est repris que par la force». Loin sont les temps où, dans la série de reportages faits en Kabylie, Camus dénonçait la misère qui frappait, de plein fouet la population kabyle. «Albert Camus est forgé par la misère. Sa mère, veuve de guerre, travaillait durement pour subvenir à ses besoins. Il a de ce fait, vécu une enfance malheureuse, faite de privations et de besoins. Il ne changeait pas de vêtements, parce qu'il n'en avait pas. Comment voulez vous qu'un type pareil défende le colonialisme? D'autant plus que, quand il part en Kabylie, il découvre des gens plus pauvres que lui. Il faut lire les débuts d'Albert Camus dans le journalisme pour comprendre ses positions» fait remarquer Jean Daniel. Celui-ci n'a pas omis de revenir sur le lien qui lie Camus à l'Algérie. «Pour lui (Albert Camus, Ndlr), ce n'est pas la date d'arrivée dans un pays qui détermine l'appartenance à une patrie». Toutefois, à considérer le revirement fait par Camus, on se demande si ce n'était pas le concept de l'identité chez cet écrivain qui était en pleine gestation. Par ailleurs, faisant le parallèle entre Albert Camus et Assia Djebar, qui est membre de l'Académie française, M.Daniel a estimé que «ces deux écrivains se ressemblent, dans le fait que les personnages des romans de Djebbar ne sont pas français et que, ceux de Camus ne sont pas musulmans, à une seule, exception, où le seul personnage de Camus, a brillé par sa disparition». Jean Daniel, de son vrai nom Jean Daniel Bensaïd, est né à Blida le 21 juillet 1920. Elève au collège colonial de sa ville natale, il devient dès l'âge de quinze ans, un lecteur assidu de l'hebdomadaire Vendredi. Les reportages qu'il a réalisés sur la guerre d'Algérie, et dans lesquels il dénonce la torture, l'ont vite porté au zénith. Favorable à la cause algérienne, il défend les négociations avec le FLN. Cela ne va pas sans entraîner la rupture avec Albert Camus. Cela ne va pas également empêcher Jean Daniel de lui consacrer un livre dans lequel il invite le lecteur à découvrir les plus belles oeuvres du XXe siècle français. Mais pourquoi revenir aujourd'hui à la lecture de l'oeuvre de Camus? «Si Camus resurgit, c'est en fonction de l'actualité qui lui est propre, mais surtout parce qu'il est porteur, en ce temps de difficultés à vivre avec le présent et de crainte pour l'avenir, d'un message, d'un héritage dont nous devons faire précéder notre testament».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.