Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand des mots racontent l´histoire
«ALBERT CAMUS ET L´ALGERIE» DE C.C-ACHOUR
Publié dans L'Expression le 06 - 09 - 2004

Un ouvrage de référence qui propose une relecture pertinente de l´oeuvre camusienne placée au coeur de sa création...
"Je crois à la justice mais je défendrai ma mère avant la justice". On connaît le sort de cette célèbre phrase dite par Albert Camus, une fois tiré de son contexte et le bruit qu´elle a provoqué quant à l´engagement de cet écrivain et journaliste autour de la question "algérienne" à l´époque de la colonisation. Beaucoup a été dit par la suite et des études ont été menées pour expliquer, conforter, récuser ou simplement analyser l´écriture camusienne.
Christine Chaulet-Achour est de ces spécialistes de littérature qui n´a pas cessé depuis longtemps de "converser" avec l´oeuvre de Camus en publiant une série d´articles et d´essais à son propos. Dans sa dernière livraison, Albert Camus et l´Algérie, sortie récemment aux éditions Barzakh, l´universitaire qui a été professeur au département de français de l´université d´Alger dès 1967, puis aujourd´hui enseignante en France à l´université de Cergy-Pantoine, veut "cerner la dimension algérienne de l´écriture camusienne et comprendre l´ambivalence de sa réception, faite de séduction et de rejet. Comprendre aussi comment l´Algérie joue sa partition profonde dans la création de l´écrivain...". Christine Achour donne une nouvelle lecture de l´écriture camusienne loin des commentaires académiques, mais en la replaçant dans son contexte originel, c´est-à-dire historique, social et linguistique. Son oeuvre est, selon elle, liée à "l´ancrage spatial" où il a vécu, où il a baigné, fait de fraction colonisation/décolonisation.
L´écriture camusienne est ainsi décryptée, analysée, synthétisée. De Noces, poème lyrique traitant de Tipaza, au roman Premier homme, il nous est révélé que l´écriture camusienne est fortement marquée par la nature. Celle-ci posséderait des forces agissantes sur les individus. Soleil, mer sont animés d´une violence surnaturelle "meurtrière". La réalité algérienne est faite d´un peuple effacé, réduit au néant, "mythifié". Loin de glorifier la présence coloniale, il en ressort d´après l´analyse de Mme Achour, que l´écriture de Camus est le reflet de la situation socio-historique de l´époque, rompant avec le type de "littérature coloniale". Elle est poétique et symbolique laissant transparaître la réalité en des tragédies grecques. Le livre par excellence où il parle de l´Algérie, nous apprend-on, est l´inspiration autobiographique : le Premier homme.
Camus, écrivain mais aussi journaliste, passera non pas un regard "touristique" sur la Kabylie dans Alger Républicain mais celui d´une Promenade à travers la souffrance et la faim d´un peuple. Il nous est ainsi révélé l´engagement de l´écrivain qui a toujours pris position pour contrer la misère et pour une meilleure égalité de scolarisation, des Algériens notamment.
Dans Albert Camus et l´Algérie sont également notifiés plusieurs citations tirées de lettres ouvertes et propos d´écrivains sur Albert Camus, des critiques acerbes des fois et parfois pas tendres à son adresse.
On y trouve Mouloud Feraoun le sympathisant, Jean Sénac, Kateb Yacine le sceptique, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Mustapha Lacheraf...Dans ce travail pertinent, où l´analyste ne cesse d´étoffer sa thèse et d´étayer sa problématique, il va de soi que dans "l´univers littéraire (d´Albert Camus) l´Algérie respire et transpire de toutes parts". Cependant, il est regrettable d´apprendre via sa biographie faite par Alain Vircondelet - à partir de l´album de photos de famille -, note Christine Achour que "Camus était dans l´incapacité de concevoir le projet d´indépendance de l´Algérie. Il opta pour le dialogue", et d´ajouter: "Pour Camus, l´Algérie ne peut être qu´un pays fédéral où chaque communauté est représentée, où personne n´est lésé". Une attitude quelque peu ambiguë de ce fils de Belcourt, la même qui peut s´apparenter à du silence. "Un retrait" qui a dû ainsi coûter cher à Camus. C´est cette neutralité de l´écrivain qu´on a dû lui reprocher. Plutôt à Camus le citoyen...
A la fois didactique et pédagogique, ce livre servira également aux curieux pour savoir ainsi qui était Albert Camus, "l´Algérien".
Enrichissant à plus d´un titre, ce livre mérite d´être lu avec attention.
Albert Camus et l´Algérie
Christine Chaulet-Achour
Editions Barzakh - 2004 188 p.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.