Explosions de Beyrouth : des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Covid-19 : prolongement du confinement partiel à El-Kala dans la wilaya d'El-Tarf    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éternelle obsession des candidats
LE SPECTRE DE L'ABSTENTION
Publié dans L'Expression le 17 - 05 - 2007

Certains redoutent l'effet des appels au boycott, mais surtout le désintéressement affiché par les citoyens.
C'est parti pour une nouvelle Assemblée. Il est question, en premier lieu, de redonner à l'institution législative ses repères. Le taux de participation au scrutin, qu'on le veuille ou non, est le premier gage de crédibilité. C'est un enjeu crucial.
D'ailleurs, les partis en lice et les candidats à la députation ont scandé, le long de la campagne, tous les slogans anti-abstention. Tout le monde est jeté dans la balance. C'est l'heure de vérité. Ou bien ce sont les candidats qui feront pencher la balance de leur côté, ou alors le spectre de l'abstention, conforté par les appels au boycott lancés ça et là, prendra le dessus. Nul n'est sûr surtout de sa destination finale, même si les partis ont annoncé, dès les premiers jours de campagne, leurs grosses «mises». Le RND a misé sur la deuxième position, autrement dit une soixantaine de sièges, tandis que le MSP a compté obtenir les 30%, soit une centaine de sièges à l'Assemblée.
Le FLN, quant à lui, est allé jusqu'à réclamer la majorité des sièges. Les autres partis, pris, comme à l'accoutumée, par un brusque intérêt politique, risquent carrément de perdre la bataille. Tout dépend de la participation ou non des 18 millions d'électeurs, selon les statistiques officielles. Le Front des forces socialistes, premier parti à avoir opté pour un «boycott actif», avait annoncé un taux d'abstention de 80%. Ce serait un tir à blanc, mais surtout une grosse perte si ce taux venait à être confirmé.
Le plus ancien parti d'opposition n'est pas le seul à avoir appelé au boycott. Il existe aussi derrière la scène, un Abdellah Djaballah déchu et un Ahmed Meliani qui dirige la deuxième aile radicale du Mouvement démocratique et social du défunt Hachemi Chérif ainsi que certains anciens dirigeants du FIS dissous. Ces derniers, pour des raisons connues et d'autres inexpliquées, n'ont cessé, avant même le début de la campagne électorale, de multiplier les appels au boycott. Ce n'est pas le seul risque pour les candidats. Car l'équation mettra sur la balance leur produit pendant les vingt jours de la campagne. Chez les partis et les candidats, certains redoutent l'effet des appels au boycott, mais surtout le désintéressement affiché par les citoyens. La campagne électorale qui n'a jamais été aussi fade et morne, n'a pas, faut-il le reconnaître, attiré beaucoup de monde.
Certains partis donnaient l'impression de jouer leur destin au loto. «Si on veut approfondir la pratique démocratique, il faut élargir la participation», annonce, à chaque coin de rue, Abdelaziz Belkhadem, chef du gouvernement en campagne pour son parti, le Front de libération nationale. Tout le monde est atteint par l'hystérie abstentionniste. Mêmes les formations qualifiées de grosses cylindrées politiques.
De son côté, Ahmed Ouyahia, patron du RND, a indiqué qu'il y aurait «un seuil de participation honorable». La déclaration suscite moult questionnements. Les candidats et les chefs de partis n'ont pas encore compris que les guerres ne se gagnent pas seulement sur les terrains de bataille. La preuve, les beaux vieux slogans n'ont pas fait remplir le panier. C'est le fruit amer de tout le parcours de la campagne. Et c'est le risque majeur du jour J.
Le plus fort taux d'abstention a été toujours enregistré en Kabylie et à Alger. Y aura-t-il un remake, cette fois encore, des précédentes expériences électorales?
Les deux régions sont, en tout cas, connues, en raison d'une opposition ancestrale et/ou absence de culture électorale, par un détachement de tout intérêt politique. En clair, le spectre de l'abstention risque de devenir une réalité. Car, dans les faits, plusieurs candidats ont bel et bien raté leurs sorties. Seule la volonté d'en finir avec une APN «dénaturée» est en mesure de sauver les meubles. Cela dépend aussi de ce que sera la future Assemblée.
La balance des comptes demeure encore intacte. Entre l'abstention et la participation, seul le peuple décidera.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.