Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éternelle obsession des candidats
LE SPECTRE DE L'ABSTENTION
Publié dans L'Expression le 17 - 05 - 2007

Certains redoutent l'effet des appels au boycott, mais surtout le désintéressement affiché par les citoyens.
C'est parti pour une nouvelle Assemblée. Il est question, en premier lieu, de redonner à l'institution législative ses repères. Le taux de participation au scrutin, qu'on le veuille ou non, est le premier gage de crédibilité. C'est un enjeu crucial.
D'ailleurs, les partis en lice et les candidats à la députation ont scandé, le long de la campagne, tous les slogans anti-abstention. Tout le monde est jeté dans la balance. C'est l'heure de vérité. Ou bien ce sont les candidats qui feront pencher la balance de leur côté, ou alors le spectre de l'abstention, conforté par les appels au boycott lancés ça et là, prendra le dessus. Nul n'est sûr surtout de sa destination finale, même si les partis ont annoncé, dès les premiers jours de campagne, leurs grosses «mises». Le RND a misé sur la deuxième position, autrement dit une soixantaine de sièges, tandis que le MSP a compté obtenir les 30%, soit une centaine de sièges à l'Assemblée.
Le FLN, quant à lui, est allé jusqu'à réclamer la majorité des sièges. Les autres partis, pris, comme à l'accoutumée, par un brusque intérêt politique, risquent carrément de perdre la bataille. Tout dépend de la participation ou non des 18 millions d'électeurs, selon les statistiques officielles. Le Front des forces socialistes, premier parti à avoir opté pour un «boycott actif», avait annoncé un taux d'abstention de 80%. Ce serait un tir à blanc, mais surtout une grosse perte si ce taux venait à être confirmé.
Le plus ancien parti d'opposition n'est pas le seul à avoir appelé au boycott. Il existe aussi derrière la scène, un Abdellah Djaballah déchu et un Ahmed Meliani qui dirige la deuxième aile radicale du Mouvement démocratique et social du défunt Hachemi Chérif ainsi que certains anciens dirigeants du FIS dissous. Ces derniers, pour des raisons connues et d'autres inexpliquées, n'ont cessé, avant même le début de la campagne électorale, de multiplier les appels au boycott. Ce n'est pas le seul risque pour les candidats. Car l'équation mettra sur la balance leur produit pendant les vingt jours de la campagne. Chez les partis et les candidats, certains redoutent l'effet des appels au boycott, mais surtout le désintéressement affiché par les citoyens. La campagne électorale qui n'a jamais été aussi fade et morne, n'a pas, faut-il le reconnaître, attiré beaucoup de monde.
Certains partis donnaient l'impression de jouer leur destin au loto. «Si on veut approfondir la pratique démocratique, il faut élargir la participation», annonce, à chaque coin de rue, Abdelaziz Belkhadem, chef du gouvernement en campagne pour son parti, le Front de libération nationale. Tout le monde est atteint par l'hystérie abstentionniste. Mêmes les formations qualifiées de grosses cylindrées politiques.
De son côté, Ahmed Ouyahia, patron du RND, a indiqué qu'il y aurait «un seuil de participation honorable». La déclaration suscite moult questionnements. Les candidats et les chefs de partis n'ont pas encore compris que les guerres ne se gagnent pas seulement sur les terrains de bataille. La preuve, les beaux vieux slogans n'ont pas fait remplir le panier. C'est le fruit amer de tout le parcours de la campagne. Et c'est le risque majeur du jour J.
Le plus fort taux d'abstention a été toujours enregistré en Kabylie et à Alger. Y aura-t-il un remake, cette fois encore, des précédentes expériences électorales?
Les deux régions sont, en tout cas, connues, en raison d'une opposition ancestrale et/ou absence de culture électorale, par un détachement de tout intérêt politique. En clair, le spectre de l'abstention risque de devenir une réalité. Car, dans les faits, plusieurs candidats ont bel et bien raté leurs sorties. Seule la volonté d'en finir avec une APN «dénaturée» est en mesure de sauver les meubles. Cela dépend aussi de ce que sera la future Assemblée.
La balance des comptes demeure encore intacte. Entre l'abstention et la participation, seul le peuple décidera.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.