Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des yeux comme des étoiles
HADARA L'ENFANT AUTRUCHE DE MONICA ZAK
Publié dans L'Expression le 11 - 07 - 2007

Les avez-vous regardés luire? Ils vous parlent en silence et on les croit.
Histoire extraordinaire? Sans aucun doute. Et pourtant, l'histoire, affirme-t-on avec force, a été vécue, puisque le fils même de Hadara l'a racontée à l'auteur! Il faut croire à ce bonheur de légende que nous raconte merveilleusement la journaliste suédoise Monica Zak dans son livre Hadara, l'Enfant Autruche(*), traduit du suédois vers le français par la grande spécialiste Cecilia Monteux, encore que, à mon sens, on puisse relever aisément quelques maladresses.
Mais, avant d'aller plus loin, rappelons qu'une aventure de ce genre n'est pas exceptionnelle. Le roman, les contes et récits, le cinéma, et tant d'autres formes d'expression artistique, se sont saisis des sujets semblables, vrais ou imaginaires.
À certains, sans doute, vient-il à l'esprit le fameux personnage des Voyages Très-Extraordinaires de Saturnin Farandoul, écrit, en 1879, par le dessinateur Albert Robida (1848-1926). Ce personnage a éclipsé tous les héros de Jules Verne, car son aventure - à la suite d'un naufrage, Saturnin, âgé de 4 mois et 7 jours, est récupéré dans son berceau sur une île peuplée de singes - le conduira, plus tard, à quitter sa tribu, à prendre la mer, à combattre les pirates; il ira même sur Saturne! Il vient à l'esprit, également, la très célèbre histoire de Mowgli du Livre de la jungle de Rudyard Kipling, ouvrage publié en 1894, toujours recommandé à faire lire aux jeunes. Nous connaissons, évidemment, «Tarzan, l'homme singe», le personnage créé par Edgar Rice Burroughs en 1912 dans le roman Tarzan chez les singes -selon l'auteur, Tarzan signifie «peau blanche» dans une forme primitive du langage dit «mangani» de la tribu des grands singes de la famille des pongidés. Plus près de nous, il faudrait citer un des contes des bédouins nomades du Sahara, L'Enfant de la Gazelle de l'écrivain marocain Maâmar Derkaoui, paru en 1967.
Hadara, l'Enfant Autruche de Monica Zak, me semble s'inscrire dans la même lignée d'aventures que celles des héros que je viens de rappeler, mais cette fois, le décor et les personnages sont sahariens et l'action se déroule en Algérie. Dans la Postface de ce livre, l'auteur précise les circonstances qui l'ont amenée à écrire cette incroyable histoire, liée à un passé récent, et toute jalonnée d'événements autant invraisemblables qu'indescriptibles. «En 1993, écrit la journaliste, j'ai visité le Sahara en compagnie du photographe Kim Taylor. Nous allions entre autre écrire quelques articles sur l'hospitalité pour le magazine Globen. [...] Quand nous sortions de la jeep, on nous entraînait tout de suite dans la plus belle tente, et on nous offrait trois verres de thé. Ensuite quelqu'un, le plus souvent l'homme le plus âgé, nous racontait une histoire. Une histoire bien racontée, c'est le premier cadeau qu'ils font aux invités. Deux fois j'ai entendu raconter la même histoire. Elle parlait d'un garçon perdu dans le désert et qui avait grandi avec les autruches. Les deux fois, les histoires finissaient par: Son nom était Hadara, et ceci est une histoire vraie.» Plus tard, le hasard a voulu que la journaliste, qui tient «à découvrir s'il y avait un brin de vérité dans l'histoire du garçon qui vivait avec les autruches», rencontre le fils de Hadara, en personne «dans un des grands camps de réfugiés du Polisario en Algérie». Ahmedu Hadara lui fait le récit détaillé de la vie passionnante, singulière et instructive de son père Hadara. Le livre est construit autour des étapes de l'aventure où évoluent les inoubliables personnages: le chamelier Daula, la jeune mère Fatma «assise sur son chameau qui tanguait, son fils de deux ans dans les bras». Ici l'histoire commence...Il faut l'écouter jusqu'à la fin. Trente-huit chapitres révèleront, progressivement au lecteur, ce qu'a été, pour l'enfant-autruche, le bonheur de vivre parmi les autruches et ce que pourrait lui apporter un désir qu'il n'avait jamais éprouvé auparavant, «le désir d'un être humain, d'une jeune fille. La jeune fille avec des yeux comme des étoiles»...
(*) HADARA, L'ENFANT
AUTRUCHE de Monica Zak
Casbah Editions, Alger, 2007, 256 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.