Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les lobbies, parlons-en!
ILS FONT L'ACTUALITE
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2007

Mais pourquoi donc alors le dinar algérien continue-t-il d'être géré comme une monnaie de singe?
Avec l'entrée de M.Ahmed Ouyahia dans l'arène politique et dans le feu de la polémique, on peut dire: ça va déménager. L'homme s'était imposé un silence et une réserve des plus pesants pour lui, et voilà qu'il estime le moment venu d'en découdre. Les déboires de M.Belkhadem, attaqué de toutes parts, sont-ils pour quelque chose dans cette soudaine sortie de son alter ego du RND? Sans doute, même si le principal concerné affirme que M.Belkhadem n'est pas au centre des discussions au RND. Une manière comme une autre de botter en touche.
Qui est Ahmed Ouyahia, sinon le responsable du deuxième parti de l'Alliance présidentielle et de la coalition gouvernementale? Et quand une personnalité de cette envergure tire sur un Exécutif dont le parti est membre en y détenant plusieurs portefeuilles ministériels, c'est qu'on est entré dans une nouvelle phase, celle d'une empoignade électorale. Non, il ne s'agit pas des locales, celles-ci ne sont qu'une répétition pour des batailles électorales plus décisives. La proximité de l'une et de l'autre fait que le mélange des genres peut servir de prétexte à garder une botte secrète pour les moments décisifs.
Primo: Ahmed Ouyahia a choisi son angle d'attaque: les questions économiques, et là il trouve qu'il y a eu trop de reniements de la part du gouvernement.
Deusio: les remontrances de Ahmed Ouyahia sont plombées par ses différents passages aux commandes de l'Etat, avec cet air de dire: «Avec moi, ça ne se serait pas passé comme ça!» On ne peut pas évoquer un dossier quelconque sans remarquer la patte du patron du RND, tant il a marqué de son empreinte la vie politique nationale de ces 15 dernières années.
On dit souvent que le journalisme mène à tout, à condition de s'en sortir. Il semble que la politique ouvre encore plus de portes. Si M.Ouyahia se permet aujourd'hui d'ouvrir un débat sur les lobbies, c'est bien, mais se souvient-il que toute son action a consisté à favoriser les lobbies!
En disant que les lobbies mettent le feu au pays, il oublie de dire qui leur a donné les allumettes, et le carburant, et qu'il ne restait plus qu'à allumer la mèche. La disposition de la loi de finances obligeant les importateurs à avoir un capital de 20 millions de dinars, et qui a été instituée par son gouvernement, a eu pour effet de rétablir les monopoles et de tuer la concurrence. La pénurie de pomme de terre et les produits périmés, c'est tout de même une résultante de ce retour aux monopoles.
Oublie-t-il que les mesures les plus impopulaires, de nature économique ou sociale, ont été signées de sa main?
Les électeurs ont la mémoire courte, telle est la devise de Ahmed Ouyahia.
Par ailleurs, en disant que les banques étrangères ne financent pas l'investissement, Ahmed Ouyahia joue les naïfs. Il feint d'ignorer (alors qu'il est bien placé pour le savoir) qu'on n'a rien sans rien. Les affaires, cela se fait dans l'intérêt des deux parties. Comment peut-on demander à une banque étrangère de financer l'investissement alors que d'un autre côté on leur dit: «Vous n'avez pas le droit de recevoir l'argent des entreprises publiques». Sachant que les banques publiques algériennes brassent les 95% des finances disponibles en Algérie, dès lors on a coupé l'herbe sous les pieds des banques étrangères.
Les affaires, ça se fait dans l'intérêt mutuel, et ça ne marche jamais à sens unique. Car l'économie, c'est toujours gagnant-gagnant. C'est justement dans l'esprit du monopole de vouloir être seul à gagner. Comme si les banques étaient là pour faire dans la philanthropie. C'est une notion qui n'existe pas dans le monde de la finance. La charité, c'est dans les hôpitaux. Et encore! En faisant mine de ne pas le savoir, l'ex-chef de gouvernement ne fait qu'étaler un cynisme de bon aloi.
On peut dire la même chose à propos de la non-convertibilité du dinar, qu'il a toujours défendue mordicus. Pourquoi les monnaies marocaine, tunisienne, égyptienne, et la plupart des monnaies du monde sont convertibles et ont leur place dans l'économie mondiale, alors que le dinar algérien continue d'être géré comme une monnaie de singe? M.Ouyahia, n'est-il pas justement la personnalité qui a le plus dévalué le dinar, mettant sur le carreau des milliers d'entreprises? Les instances monétaires algériennes sont-elles plus intelligentes et mieux éclairées que leurs homologues du monde entier?
Lorsqu'on voit que notre pays ne peut exhiber qu'une seule exportation (les hydrocarbures), on ne voit pas en quoi nous sommes plus malins.
La non-convertibilité du dinar est une attitude d'une époque révolue, et qui nous renvoie aux années de plomb de la décennie 70.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.