Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La responsabilité est interne
CRISE DU MONDE MUSULMAN
Publié dans L'Expression le 26 - 12 - 2007

Il est urgent de discerner et d'assumer nos responsabilités.
Compte tenu de l'intérêt des auditeurs et lecteurs apporté aux entretiens que j'accorde, en tant que chercheur, à nos médias nationaux et étrangers, au sujet de la question du devenir du monde musulman soumis à rude épreuve, comme celle de la propagande fumeuse du choc des civilisations, il est important de revenir sur un point capital, celui de la responsabilité. Il y a évidemment des causes internes et externes.
La crise que traverse le monde musulman est d'abord celle de sa responsabilité, avant d'être celle de ses «ennemis», étrangers et autres mouvements hostiles, connus sous le label, trop facilement avancé, de l'impérialisme, du néocolonialisme, du sionisme et du retour des croisades sous d'autres formes.
Même si l'adversité et le bellicisme sournois, insidieux ou directs, de forces anciennes et nouvelles opposées à l'Islam, ne ratent aucune occasion pour déformer l'image des musulmans, les agresser, et pire les réduire aujourd'hui à un «axe du mal» pour les combattre et les maintenir dans un état de dépendance; la responsabilité des retards, de la condition de sous-développement, de la condition de «colonisabilité», des contradictions de nos sociétés est avant tout celle des inauthentiques musulmans. Les systèmes archaïques, les fuites en avant, les réactions irrationnelles face aux changements du monde, la marginalisation des élites, la religion-refuge et les pratiques obscurantistes ou superficielles, la pauvreté en matière de production et création d'idées et la faiblesse des pratiques démocratiques relèvent en premier lieu, d'une responsabilité collective interne.
Certes, ces dérives et insuffisances sont alimentées et instrumentalisées par tous ceux qui ne veulent pas le bien à nos pays, se servent de ces errements internes pour aggraver la situation, défendre leurs intérêts étroits, et faire diversion aux problèmes politiques du monde: l'injustice, les occupations, la loi du plus fort et les inégalités et les dominations, produits d'un système mondial inique.
Reste donc à ne pas apporter de l'eau au moulin des néoconservateurs, aux tenants de l'hégémonie occidentale, aux nostalgiques des guerres coloniales et aux croisades. La stratégie à mener pour faire face à ces défis qui concernent tous les peuples doit se baser sur la formation d'un citoyen conscient, cultivé et concerné par l'avenir. Dans ce sens, il est impératif de redonner confiance aux citoyens, à commencer par leurs élites. Cette confiance qui est un trésor inestimable, dépend des actes et paroles des politiques. Les peuples musulmans sont comme livrés à eux-mêmes, il y a lieu de revenir à eux pour bâtir l'avenir.
Cela ne peut se faire que sur la base d'une ouverture démocratique conséquente, d'une révolution en matière d'éducation et de formation qui sache allier modernité et authenticité, et d'un programme de réformes économiques adaptées aux réalités de nos pays. De plus, le monde musulman n'a pas que des ennemis, il a des amis, au sein même du monde occidental qui sont attachés aux principes de justice et de respect du droit à la différence.
En conséquence, il est urgent de discerner et d'assumer nos responsabilités, pour apprendre à défendre et expliquer notre juste cause, notre droit à critiquer les dérives de la modernité et du désordre mondial, mais pour être crédible on doit aussi pratiquer l'autocritique.
Sans le dialogue et un savoir élaboré et objectif, on ne pourra pas relever tous ces défis. Il est encore possible, malgré tous les handicaps, les atouts existent.
* professeur des Universités


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.