Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le flou demeure entier sur l'Africom
UNE TELECONFERENCE A ETE ANNULEE À L'AMBASSADE US À ALGER
Publié dans L'Expression le 16 - 01 - 2008

Un extincteur mal réglé a créé la panique et laisse les invités sur leur faim.
La téléconférence sur l'Africom programmée hier, dans le nouveau siège de l'ambassade américaine à Alger, a été interrompue suite à un incident technique. Le siège de l'ambassade a été évacué et la téléconférence a été écourtée laissant ainsi sur leur faim les journalistes, les diplomates et les attachés militaires présents à ce rendez-vous pour avoir plus d'éclaircissements sur ce qui ce trame à travers la nouvelle trouvaille américaine dénommée: Africom. Un extincteur mal réglé a provoqué la panique et le flou demeure ainsi entier sur l'Africom.
Cependant, le commandant adjoint de l'Africom, chargée des activités civiles et militaires (Dcma), Mme Mary Carlin Yates, a apporté quelques bribes de réponses avant ce «fâcheux incident»: «Nous voulons construire une coopération militaire soutenue avec les pays africains, car de la sécurité vient le développement», a déclaré Mme Yates qui s'exprimait depuis Paris. Devant les journalistes, les députés et attachés militaires africains accrédités à Alger qui suivaient la conférence à partir d'Alger, elle a rappelé qu'«il n'y aura pas de nouvelles bases ni un déploiement de troupes américaines sur le continent africain. Avec le développement de nos activités, dans le futur, nous comptons ouvrir des représentations dans quelques pays africains, là où nous serons invités».
C'est pour la énième fois qu'un responsable américain s'exprime de la même façon sur cet Africom. «Aucune décision» n'a, cependant, encore été prise quant à la localisation de ces «représentations», a-t-elle assuré. Le gouvernement américain «offre son expérience et son aide aux pays africains pour qu'ils assument eux-mêmes leur propre sécurité», a affirmé Mme Yates. De septembre 2005 à septembre 2007, l'ambassadrice Mme Yates a servi en tant que conseillère en politique étrangère (Polad) au sein du Commandement européen des Etats-Unis (Eucom).
La responsabilité du commandement européen inclut 92 pays en Europe, en Eurasie, en Afrique et au Moyen-Orient. Elle a servi également en tant qu'ambassadrice des Etats-Unis en République du Ghana de 2002 à 2005.
Le quartier général (QG) du nouveau Commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom) demeurera à Stuttgart, en Allemagne, pour «quelques années» encore, a ajouté la responsable américaine précisant que cette structure comprendra à terme un effectif de 1300 hommes.
Le commandement militaire américain comprend six commandements régionaux, avec l'Africom et l'Eucom (Europe), Centcom (Moyen-Orient et Asie centrale), Pacom (région de l'Océan pacifique), Northcom (Amérique du Nord) et Southcom (Amérique du Sud).
Une grande polémique a accompagné l'annonce de sa création au sein des pays africains. Théoriquement, cette structure a été créée pour protéger et promouvoir ce que le président Bush appelle «les exigences non négociables de la dignité humaine». Mais dans la pratique, les pays africains y voient autre chose dans cette structure que celle «d'apporter une valeur ajoutée à la politique américaine dans le continent africain», autre chose que «la coopération sécuritaire en Afrique», autre chose que «le renforcement de la stabilité»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.