La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Kasbadjis en fête
CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DE LA CASBAH
Publié dans L'Expression le 27 - 02 - 2008

Mettre en lumière sa dimension historique ainsi que sa valeur architecturale, outre l'étude des dispositions légales de mise en application du plan permanent pour sa sauvegarde et sa restauration.
Chaque année, depuis 1998, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la Casbah, correspondant au 23 février, les autorités, en collaboration avec des associations, tracent un programme dans ce sens, et ce, pour contribuer à la sauvegarde du patrimoine national et la réhabilitation de la Casbah.
Cette date du 23 février est une journée nationale destinée à célébrer la Casbah d'Alger, classée en 1991 patrimoine national et en 1992 patrimoine universel par l'Unesco.
Une exposition de peintures et de produits artisanaux a été organisée, dimanche, à Alger, dans le cadre des festivités programmées pour ce rendez-vous, qui s'étalera jusqu'au 27 de ce mois. Initiée par la direction de la culture de la wilaya d'Alger en collaboration avec la chambre locale de l'artisanat, la manifestation organisée à la Place des Martyrs regroupe des artistes et des artisans qui ont tenu à fêter leur antique quartier à leur manière.
Parmi eux, le jeune amateur Samir Mestour a présenté une collection de peintures évoquant le quotidien des habitants de la Casbah, à travers les différentes époques de l'histoire de cette cité antique.
Les oeuvres de l'artiste ont parcouru les différentes ruelles et maisons de la vieille Casbah, notamment à l'ère ottomane et durant l'époque coloniale, mettant en valeur les habits portés, jadis, par les hommes, les femmes et les enfants pour célébrer les fêtes religieuses et traditionnelles.
L'artisanat a été à l'honneur lors de cette manifestation marquée par l'exposition de métiers artisanaux spécifiques à la Casbah antique, dont la poterie, la dinanderie, la maroquinerie, les tenues traditionnelles, notamment celles portées spécifiquement pour les mariages.
La manifestation a été l'occasion, également, pour les centres de formation spécialisés dans les métiers de l'artisanat spécifiques à la Casbah, d'exposer leurs produits, à l'instar de la peinture sur soie, la confection des burnous et autres djellabas. «La Casbah, contrairement à ce que pensent certains, conserve toujours ses caractéristiques particulières, ses locaux de couture, de broderie et de dinanderie éparpillés à travers les recoins de la cité en sont témoins», a affirmé l'exposante S.Souhila, enseignante en broderie et couture.
Pour sa part, M.Ramdane El Hadi a déploré les prix excessifs de la matière première nécessaire au métier de la dinanderie, au grand dam des jeunes désirant l'apprendre, appelant, à cette occasion, à «la nécessité d'accorder un intérêt particulier à l'artisanat pour éviter sa disparition.»
L'art des Bouqalate s'est également frayé un espace au milieu de cette exposition, d'autant qu'il s'agit d'un art spécifique à la capitale en général et de la vieille Casbah, en particulier. «Cet art (patrimoine immatériel) consiste, en fait, à transmettre dans un style poétique des pensées que les femmes s'échangeaient, jadis, lors de longues veillées, en l'absence de leurs époux pris par les métiers de la mer», explique Hadja Zehira qui disaient des bouqalate aux filles présentes à cette rencontre conviviale.
Toujours à la même occasion, plusieurs activités sont prévues, notamment des conférences, des expositions sur la valeur historique de la Casbah à travers les différents ksour de la ville, tels le Bastion 23, le Palais du Dey et Dar Essouf.
Célébrer sa medina, c'est bien, mais mettre en lumière sa dimension historique ainsi que sa valeur architecturale, outre l'étude des dispositions légales de mise en application du plan permanent de sa préservation et restauration, c'est mieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.