Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment ne plus avoir soif
Publié dans L'Expression le 20 - 03 - 2008

La grande question est, aujourd'hui, la maîtrise de la gestion de l'eau pour pouvoir projeter une vision sur l'avenir.
Le problème de l'eau n'est pas spécifique à l'Algérie, mais la configuration hydraulique du pays (aride et semi-aride dans les 2/3 de sa superficie) rend ce problème plus sensible qu'il ne l'est ailleurs dans le monde. Avec 600m3 par habitant et par an, le pays est même largement en dessous du seuil des 1000m3 dont disposent les pays en manque d'eau, sans parler de ceux qui ne souffrent pas d'insuffisance en la matière.
Or, le pire serait encore à craindre si l'on excipe du fait que selon les experts en hydraulique - si la situation n'est pas renversée entre-temps - nous aurons moins de 500m3 dans les cinq ans à venir.
L'université Johns Hopkins (Etats-Unis) affirmait, dans une récente étude sur l'hydraulique dans les pays d'Afrique, que la quantité annuelle d'eau par personne y sera inférieure à 1000m3 en 2025. L'Algérie est l'un de ces pays africains. Aussi, avec 600m3 par personne l'Algérie est déjà loin du compte. Or, une étude de la Banque mondiale estime qu'il y a «rareté» avec moins de 1000m3 par habitant et problématique dès lors que ce seuil tombe en dessous de 1700m3 par personne, qui est actuellement la norme. C'est tenant compte de ces paramètres que les autorités politiques du pays se sont attelées au problème dont le ministère des Ressources en eau qui est chargé de lui trouver les solutions appropriées. De fait, c'est seulement lors des quinze dernières années qu'il y eut réellement prise de conscience des problèmes de l'eau qui risquaient de mettre en stand-by l'ensemble des programmes de développement du pays. Ce qui a été le cas au regard des retards accumulés dans les projets de développement des Hauts-Plateaux où la question de la disponibilité de l'eau se posait avec acuité. C'est aussi à cette époque qu'une nouvelle politique de l'eau commençait à prendre forme sous l'impulsion du ministère en charge des Ressources en eau. Cette prise de conscience s'est accompagnée du postulat que l'eau est un bien économique, qu'elle est rare et vulnérable, que sa gestion doit être assurée de façon intégrée et surtout que c'est l'affaire de tous. Cela ne sert à rien en effet de rationaliser l'usage de l'eau, de construire des barrages si dans le même temps la population ne suit pas, car pas informée, ou pire, mal informée. Si effectivement la situation globale de la disponibilité de l'eau s'est améliorée, ces deux dernières années, il n'en reste pas moins que le problème demeure. Mais, d'ores et déjà, des avancées appréciables sont constatées, notamment par la construction ou la remise en état de barrages. Selon Abdelmalek Sellal, il existe actuellement 59 barrages et 13 autres seront opérationnels en 2009. A cette époque, l'Algérie exploitera donc 72 barrages et s'appuiera sur six grands transferts (Mostaganem-Oran, Taksebt-Alger, Tichy-Béjaïa, Beni Haroun vers 6 wilayas de l'Est, In Salah-Tamanrasset, Koudiet/Bouira vers 5 wilayas des Hauts-Plateaux) pour une capacité de 7,2 milliards de mètres cubes. Mais la bataille de l'eau est loin d'être gagnée même si les capacités de stockage se sont nettement améliorées. C'est dans cette perspective de maîtrise de la gestion de l'eau qu'une vaste réflexion a été engagée au ministère des Ressources en eau autour de l'économie de l'eau, du traitement des eaux usées, du dessalement de l'eau de mer (13 unités de dessalement de l'eau de mer sont prévues tout au long de la côte algérienne) qui sont autant de principes qui devront permettre à l'Algérie d'aborder les 20 prochaines années dans la sérénité. Ce véritable Plan national de l'eau devrait à long terme permettre à l'Algérie de rétablir, un tant soit peu, l'équilibre et lui donner de faire face à ses nombreux engagements pour le développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.