«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger aurait revu sa position
POLITIQUE EUROPEENNE DE VOISINAGE
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2008

Selon la porte-parole de la commissaire européenne aux Relations extérieures, l'Algérie aurait exprimé sa volonté «d'adhérer» à la PEV.
L'Algérie aurait manifesté un regain d'intérêt à la Politique européenne de voisinage (PEV). Après lui avoir tourné le dos pendant trois ans, Alger, selon les milieux politiques bruxellois, aurait assoupli sa position par rapport à ce qu'elle a été initialement.
Qu'y a-t-il eu de changé depuis 2004? «Il y a une volonté politique pour l'implication dans la politique de voisinage», a ainsi affirmé Christiane Hohmann, porte-parole de la commissaire européenne aux Relations extérieures, Bénita Ferrero-Waldner.
Cette déclaration a été faite lors d'une rencontre avec le groupe de presse composé de 14 journalistes algériens, tenue au siège de la Commission européenne à Bruxelles. Pour Mme Hohmann, cette volonté est un signe fort de la part de l'Algérie de s'engager dans la politique de voisinage.
Toutefois, en l'absence de réaction, ou de confirmation algérienne, il faut prendre ces déclarations avec précaution. Pourquoi ce changement et pourquoi maintenant? L'Algérie a-t-elle cédé ou est-ce l'Union européenne qui a mis de l'eau dans son vin? La porte-parole était catégorique dans sa réponse: «Il n'y a pas eu de marchandage».
En d'autres termes, l'Europe demeure ferme sur ses propositions antérieures. «Il n'y avait aucune pression exercée par l'UE et même l'offre n'a pas changé», réitère Mme Hohmann.
Très sûre d'elle et même confiante, Mme Hohmann précise que la Commission européenne n'a introduit aucune modification quant à sa stratégie de politique européenne de voisinage.
Autrement dit, la feuille de route proposée en 2004 reste de mise. Sans le dire clairement, la responsable européenne a laissé entendre que c'est le gouvernement algérien qui a dû revoir sa position. «Le gouvernement algérien a fait des efforts énormes», a-t-elle indiqué.
Selon Mme Hohmann, aucune date butoir n'a été fixée pour la signature de l'accord de politique européenne de voisinage.
L'essentiel, affirme-t-elle, est que la volonté politique existe pour «intégrer» l'Algérie dans le club européen. Certes! Il reste le fait que du côté algérien, aucune confirmation n'avalise ces «révélations» Cela d'autant plus que la représentation algérienne à Bruxelles indique que l'Algérie campe toujours sur sa position de rejet des conditions posées par l'UE. Il y a lieu de rappeler que jusqu'à fin 2007, l'Algérie a encore réitéré sa non-intégration à la PEV (Politique européenne de voisinage).
L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, Halim Benattallah, avait réaffirmé -lors d'une conférence internationale organisée en septembre dernier dans la capitale belge par la Commission européenne- que «l'Algérie préfère laisser le temps à l'application de l'Accord d'association signé avec l'UE, ratifié et entré en vigueur en 2005, et ne souhaite pas qu'il soit supplanté par d'autres mécanismes de partenariat du type PEV». «Cet accord (d'association avec l'UE), avait-il expliqué, conserve tout le potentiel de rapprochement et de coopération avec l'UE. Il répond au principe de différenciation et cristallise toutes les priorités nationales liées à l'économie, aux droits de l'homme...». Loin s'en faut! Les propos de la porte-parole de la commissaire européenne Benita Ferrero-Waldner, semblent être une interprétation des discussions tenues récemment entre les deux parties lors de la visite de la commissaire européenne à Alger, en février dernier.
D'une durée de quarante-huit heures, cette visite a pu effectivement déboucher sur un accord de principe pour le lancement des pourparlers sur la démarche à suivre pour l'adhésion de l'Algérie à la PEV.
«L'UE souhaite un renforcement et un approfondissement du partenariat bilatéral avec l'Algérie et un programme d'actions concrètes dans des domaines prioritaires d'intérêt mutuel», avait affirmé à Alger la commissaire européenne. Mme Ferrero-Waldner avait même assuré que «l'UE est prête, si l'Algérie le veut, à servir de point d'ancrage aux réformes et à la transition économique du pays». Comme elle avait estimé que l'Algérie «peut tirer des avantages du partenariat avec l'Union européenne qui est prête à discuter les actions concrètes qu'elle pourrait entreprendre dans sa coopération avec l'Algérie».
Ces garanties avancées par la Commission européenne auront permis de convaincre le gouvernement algérien de la nécessité de suivre le chemin suivi par plusieurs pays, à l'instar de la Tunisie et du Maroc. «Nous sommes en train d'élaborer un accord de principe pour mettre en place un accord sur le plan d‘action», a précisé Mme Hohmann. La responsable constate que, selon elle, une étape importante a été franchie.
Développant le contenu de cette coopération, la conférencière cite, à cet égard, le programme arrêté avec l'Algérie pour la période 2007-2011. Ces programmes sont centrés sur les réformes économiques, la réforme de la justice et le renforcement des services publics de base. «Ce programme, a-t-elle précisé, est doté d'une allocation financière globale de 220 millions d'euros (21,5 milliards de dinars), dont 57 millions d'euros (5,5 milliards de dinars) pour l'année 2007.»
La porte-parole de la commissaire européenne a précisé, par ailleurs, que le programme d'assistance à l'Algérie n'est pas similaire à celui des pays voisins.
«Le programme, indique-t-elle, est flexible et des changements seront introduits en fonction des besoins de l'Algérie.» Reste à connaître le point de vue d'Alger sur une question qui engage l'Algérie sur le long terme.
En effet, si les responsables européens semblent éprouver quelque soulagement au fait qu'Alger adhère à la PEV, cela ne peut, et ne doit se faire au détriment des intérêts de l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.