Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une valeur sûre
RACHID KHALI
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2008

Ses oeuvres transposent souvent celles de son maître de toujours. Porteur de l'idée de réincarnation et de renaissance.
Si vous voulez retrouver l'esprit de Hadj Hachemi Guerrouabi, venez découvrir sur scène l'époustouflant Rachid Khali. Cet artiste est aussi le plus modeste et le plus ambitieux.
Car il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Surtout après la sortie de son premier album intitulé Chabka, un succès qui l'a agréablement surpris auprès du public.
D'ailleurs, il a occupé la première place durant des semaines au hit parade de la radio El Bahdja, ainsi que pendant les tournées qui entrent dans le cadre de «Alger, capitale de la culture arabe», et autres qu'il a effectuées à travers le territoire national. C'est très encourageant dans la mesure où cela va l'aider à l'avenir. Rachid Khali, de son vrai nom Rachid Kraïmèche, est né en 1966 à la Casbah. Un quartier d'Alger. Il a débuté sa carrière artistique en 1971 à l'école de musique andalouse, qu'il a quittée en 1986.
Rachid appartient à la génération de l'Indépendance désireuse, à la fois de promouvoir la musique chaâbie et de suivre les traces de ses aînés, après une solide formation classique de base.
En se frottant aux grands noms du milieu artistique, influencé par les chansons des deux maîtres, Hadj El Hachemi Guerrouabi et Hadj M'hamed El Anka, il a réussi à peaufiner ses différents talents grâce à ses capacités d'assimilation et à ses dons multiples. Il a participé à de nombreux concerts à l'échelle nationale et internationale. Sa première prestation eut lieu en 1983 à Paris, ensuite, en Allemagne, au Portugal, aux Etats-Unis, en Italie, et en Russie...Ses oeuvres transposent souvent celles de son maître de toujours. Porteur de l'idée de réincarnation et de renaissance, dans les soirées, comme il le faisait dans ses concerts avec d'autres compositeurs. Chabka est une chanson en hommage à son idole Hadj El Hachemi Guerrouabi.
Cet album est composé de sept titres, avec de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel, avec un mode musical lié à une sorte de nostalgie et de tristesse, mais associé à un ensemble d'expressions plus complexes qui varient considérablement selon la couleur, l'ambiance ou l'état d'esprit. En soutenant ces artistes qui émergent, cela permet à cette nouvelle génération d'accéder à des scènes prestigieuses. Une opportunité de plus pour aller à la rencontre de leur public et faire rayonner leur talent. A propos de ce patrimoine culturel de grande renommée, qui a sa place, ses figures illustres et son public, comme tous les artistes de sa trempe, Rachid Khali nous explique qu'«il n'y a pas lieu de le faire revivre mais plutôt le faire apprécier, encore et toujours, aux fidèles et à ceux qui ne le connaissent pas. C'est très important et c'est formidable quand on y arrive; certains artistes l'ont fait avec mérite». Souhaitant, avant tout, «attirer l'attention de nos jeunes sur cet héritage qui peut être écouté comme tout autre genre musical et qu'ils s'y intéressent de très près». D'ailleurs, il n'est pas resté les bras croisés: «Les choses sérieuses commencent», disait-il.
Ajoutant que «c'est pas facile d'assumer une telle responsabilité». Pour preuve, il prépare une surprise pour ses fans.
Un répertoire finement équilibré, un régal de chants populaires qui sont un surproduit algérien.
Un très beau récital en perspective et une occasion, encore une fois, de renouer avec un patrimoine musical à la richesse et à la saveur irrésistibles. A ne pas rater absolument.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.