Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La finesse d'un parler très kasbadji
INTERVIEW DE RACHID KHALI
Publié dans L'Expression le 20 - 01 - 2008

A travers l'entretien qu'il nous a accordé, Rachid Khali a entrepris ce qu'il juge indispensable à la sauvegarde de notre patrimoine ancestral à travers son oeuvre Echebka.
L'Expression: Une petite présentation pour ceux qui ne vous connaissent pas encore!
Rachid Khali: De mon vrai nom Rachid Kraïmèche, je suis né en 1966 à La Casbah. Un quartier de la Basse Alger. J'ai débuté ma carrière artistique en 1971 à l'école de musique andalouse, que j'ai quittée en 1986. En me frottant aux grands noms du milieu artistique, j'ai réussi à peaufiner mes différents talents grâce à mes capacités d'assimilation et à mes dons multiples. J'ai participé à de nombreux concerts à l'échelle nationale et internationale. Ma première prestation fut en 1983 à Paris. Ensuite, l'Allemagne, le Portugal, les Etats-Unis, l'Italie, la Russie...
Pourquoi avoir choisi le chaâbi plutôt que d'autres styles musicaux?
Je n'ai pas choisi un style de musique particulier, il s'est imposé naturellement. Le chaâbi est un style qui correspond parfaitement à ce que je ressens en tant que chanteur. Le chaâbi me permet de m'exprimer très librement, c'est une question de feeling.
Votre nouvel album est intitulé Echebka. Qu'est-ce qui vous inspire?
Rahi m'chabka (rires) En vérité, c'est une chanson en hommage au grand maître hadj El Hachemi Guerrouabi. Cet album est composé de sept titres, de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel, avec un mode musical lié à une sorte de nostalgie et de tristesse, mais associé à un ensemble d'expressions plus complexes qui varient considérablement selon la couleur, l'ambiance ou l'état d'esprit.
Quel est le secret de votre succès?
En vérité, je suis agréablement surpris par ce succès auprès du public. D'ailleurs, j'ai occupé la première place durant des semaines au Hit Parade de la radio El Bahdja, ainsi que pendant la tournée qui entre dans le cadre de «Alger, capitale de la culture arabe», que j'ai effectuée à travers les villes de l'ouest du pays. C'est très encourageant dans la mesure où cela va m'aider dans le futur.
Qu'est-ce qui fait aujourd'hui votre originalité artistique?
Je suis assuré en plus de ma voix rock, une très belle interprétation, en imitant le grand maître, le défunt Hadj El Hachemi Guerrouabi. Souvent, dans mes chansons, je raconte des histoires, en chantant, bien sûr, et en élaborant des scénarios tragicomiques.
Pouvez-vous nous parler de vos influences musicales?
Mes influences sont très variées, mais mes premiers amours sont les chansons des deux maîtres, hadj El Hachemi Guerrouabi et hadj M'hamed El Anka.
Quel regard portez-vous sur le fait d'être un artiste en Algérie?
Je considère qu'être artiste en Algérie requiert beaucoup de travail et de persévérance, plus particulièrement chez nous où le domaine n'est pas structuré.
L'artiste algérien se doit d'être ingénieux, imaginatif et faire preuve d'initiatives pour exister.
La satisfaction n'en est que plus grande, lorsque le public est conquis. J'ajouterai qu'il est important pour moi d'être reconnu par le public.
Avez-vous rencontré des obstacles durant cette nouvelle aventure?
C'est évident, comme tout artiste algérien.
Nous sommes impliqués dans un processus de fabrication de...puisque l'artiste, qui devrait être épaulé par un manager ou une agence, est livré à son propre sort. La suite, tout monde la connaît.
En ce qui me concerne, je ne tends pas les bras pour me plaindre. Car la dignité humaine ne se marchande pas.
Je ne suis pas du genre à se laisser marcher sur les pieds.
Que recommandez-vous aux jeunes comme produits musicaux, importants pour vous?
Notre pays regorge de rythmes traditionnels variés et les artistes y trouvent intérêt en valorisant ces airs musicaux.
Un dernier mot.
Je veux, à cette occasion, saluer à mon tour tous ceux qui oeuvrent au quotidien à la sauvegarde de notre héritage culturel et à la promotion de l'art et des artistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.