Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La finesse d'un parler très kasbadji
INTERVIEW DE RACHID KHALI
Publié dans L'Expression le 20 - 01 - 2008

A travers l'entretien qu'il nous a accordé, Rachid Khali a entrepris ce qu'il juge indispensable à la sauvegarde de notre patrimoine ancestral à travers son oeuvre Echebka.
L'Expression: Une petite présentation pour ceux qui ne vous connaissent pas encore!
Rachid Khali: De mon vrai nom Rachid Kraïmèche, je suis né en 1966 à La Casbah. Un quartier de la Basse Alger. J'ai débuté ma carrière artistique en 1971 à l'école de musique andalouse, que j'ai quittée en 1986. En me frottant aux grands noms du milieu artistique, j'ai réussi à peaufiner mes différents talents grâce à mes capacités d'assimilation et à mes dons multiples. J'ai participé à de nombreux concerts à l'échelle nationale et internationale. Ma première prestation fut en 1983 à Paris. Ensuite, l'Allemagne, le Portugal, les Etats-Unis, l'Italie, la Russie...
Pourquoi avoir choisi le chaâbi plutôt que d'autres styles musicaux?
Je n'ai pas choisi un style de musique particulier, il s'est imposé naturellement. Le chaâbi est un style qui correspond parfaitement à ce que je ressens en tant que chanteur. Le chaâbi me permet de m'exprimer très librement, c'est une question de feeling.
Votre nouvel album est intitulé Echebka. Qu'est-ce qui vous inspire?
Rahi m'chabka (rires) En vérité, c'est une chanson en hommage au grand maître hadj El Hachemi Guerrouabi. Cet album est composé de sept titres, de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel, avec un mode musical lié à une sorte de nostalgie et de tristesse, mais associé à un ensemble d'expressions plus complexes qui varient considérablement selon la couleur, l'ambiance ou l'état d'esprit.
Quel est le secret de votre succès?
En vérité, je suis agréablement surpris par ce succès auprès du public. D'ailleurs, j'ai occupé la première place durant des semaines au Hit Parade de la radio El Bahdja, ainsi que pendant la tournée qui entre dans le cadre de «Alger, capitale de la culture arabe», que j'ai effectuée à travers les villes de l'ouest du pays. C'est très encourageant dans la mesure où cela va m'aider dans le futur.
Qu'est-ce qui fait aujourd'hui votre originalité artistique?
Je suis assuré en plus de ma voix rock, une très belle interprétation, en imitant le grand maître, le défunt Hadj El Hachemi Guerrouabi. Souvent, dans mes chansons, je raconte des histoires, en chantant, bien sûr, et en élaborant des scénarios tragicomiques.
Pouvez-vous nous parler de vos influences musicales?
Mes influences sont très variées, mais mes premiers amours sont les chansons des deux maîtres, hadj El Hachemi Guerrouabi et hadj M'hamed El Anka.
Quel regard portez-vous sur le fait d'être un artiste en Algérie?
Je considère qu'être artiste en Algérie requiert beaucoup de travail et de persévérance, plus particulièrement chez nous où le domaine n'est pas structuré.
L'artiste algérien se doit d'être ingénieux, imaginatif et faire preuve d'initiatives pour exister.
La satisfaction n'en est que plus grande, lorsque le public est conquis. J'ajouterai qu'il est important pour moi d'être reconnu par le public.
Avez-vous rencontré des obstacles durant cette nouvelle aventure?
C'est évident, comme tout artiste algérien.
Nous sommes impliqués dans un processus de fabrication de...puisque l'artiste, qui devrait être épaulé par un manager ou une agence, est livré à son propre sort. La suite, tout monde la connaît.
En ce qui me concerne, je ne tends pas les bras pour me plaindre. Car la dignité humaine ne se marchande pas.
Je ne suis pas du genre à se laisser marcher sur les pieds.
Que recommandez-vous aux jeunes comme produits musicaux, importants pour vous?
Notre pays regorge de rythmes traditionnels variés et les artistes y trouvent intérêt en valorisant ces airs musicaux.
Un dernier mot.
Je veux, à cette occasion, saluer à mon tour tous ceux qui oeuvrent au quotidien à la sauvegarde de notre héritage culturel et à la promotion de l'art et des artistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.