réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les hôpitaux débordés
ANARCHIE DANS LES TRANSFERTS DE MALADES
Publié dans L'Expression le 28 - 12 - 2008

Lorsqu'on parle d'accès aux soins, il me semble que l'on ne peut naturellement pas s'empêcher de mettre l'hôpital au coeur du sujet.
Du CHU au plus modeste établissement de santé de proximité, l'hôpital se décline en une multitude de structures qui, tout en quadrillant le pays, définissent également une hiérarchisation des besoins médicaux. Malgré les instructions et les recommandations du ministère de la Santé, qui tente de mettre en place un système de santé et qui propose, en fait, aux patients d'emprunter un chemin particulièrement bien balisé, un parcours médical qui, lorsque tout se passe bien, permet aux malades de bénéficier d'une prise en charge efficace et à l'hôpital de gérer au mieux l'épineux problème des admissions.
Si dans les textes tout semble parfaitement clair, la réalité du terrain est malheureusement bien différente, notamment en ce qui concerne Alger.
Après plusieurs mois d'un délicat travail de rapprochement et d'écoute attentive, je peux dire que la situation est extrêmement tendue, notamment pour les gestionnaires d'hôpitaux qui sont trop souvent «mis devant le fait accompli».
Entre les malades qui «débarquent» de leur propre initiative dans un service spécialisé, ou ceux qui arrivent avec une simple «recommandation faite sur une ordonnance» d'un médecin en raison d'un aiguillage hasardeux, tout le monde a certainement pu constater que les grands hôpitaux de la capitale sont plongés dans un chaos indescriptible.
Sans doute en raison de son image, au demeurant fausse, comme ayant l'unique centre médical d'excellence du pays, la capitale n'arrive plus à absorber le flot de patients.
Inévitablement refoulés ou insatisfaits, certains de ces malades «désorientés» frappent alors à la porte de tous les services des hôpitaux de la capitale et finissent par avoir le sentiment, voire la conviction, qu'ils ont été victimes d'une profonde injustice médicale. S'il est difficile de faire admettre à une personne qui souffre qu'elle a emprunté le mauvais parcours ou qu'elle a sauté une étape du processus de prise en charge médicale, je pense qu'il est en revanche possible de prévenir ce désordre quasi organisé en agissant en amont.
Un travail de prévention qui passerait d'abord par un état des lieux des réelles capacités de gestion des hôpitaux de tout le pays. Ce petit audit nous montrerait certainement le large fossé qui peut séparer la théorie de la pratique mais nous révélerait également une multitude d'habitudes néfastes qui parasitent le processus de prise en charge des patients.
Parmi ces habitudes néfastes et aux conséquences parfois fâcheuses, on peut parler de la facilité avec laquelle certains spécialistes en médecine se laissent guider par le choix de leurs patients, qui exigent expressément une prise en charge dans un hôpital de la capitale et nulle part ailleurs. Cette pratique assez répandue, constitue évidemment une violation des instructions ministérielles qui imposent un minimum de rigueur et de bon sens dans l'orientation des patients.
(Obligation faite à toute structure de santé publique qui évacue, de faire accompagner le malade dans une ambulance par un technicien du corps médical et d'effectuer une réservation d'un lit d'hospitalisation dans la structure d'accueil). Au-delà de ces médecins trop «conciliants», il me semble indispensable de focaliser notre attention sur le manque d'information. Cela peut sembler très étonnant, mais certains spécialistes ne disposent pas d'une carte sanitaire à jour.
En effet, notre commission a plus d'une fois observé des habitants de grandes et importantes wilayas du pays, être dirigés vers les CHU d'Alger pour une simple auscultation, des examens ou des interventions chirurgicales des plus banales, par exemple hernie discale ou une petite chirurgie de l'oeil. Ce genre de cas laisse clairement supposer que beaucoup de médecins ignorent tout des progrès des structures de santé de leur région. Ils évacuent sur Alger des patients qui auraient très bien pu être pris en charge dans leur région d'origine.
L'une des réponses les plus pertinentes aux problèmes dont souffrent les hôpitaux de la capitale serait en fait de donner aux instructions ministérielles, déjà en vigueur, le moyen d'être enfin appliquées. Sans trop réfléchir, on peut par exemple penser que la simple mise en place d'un réseau télématique, qui existe selon les responsables du ministère de la Santé, depuis déjà plusieurs années sans être opérationnel, permettrait aisément aux médecins spécialistes et aux structures de santé qui «alimentent» les services spécialisés de connaître en temps réel les disponibilités d'accueil de ceux-ci.
Le dossier médical pouvant être transmis à distance, le patient serait évacué en ayant la certitude d'être correctement pris en charge et les hôpitaux s'éviteraient un désordre qui nuit depuis trop longtemps à la qualité des soins et à la quiétude des professionnels du secteur de la santé.
(*) Président de la Commission nationale de la santé et des droits du malade


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.