Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mémoires torturées de Arezki Abboute
SORTIE D'UN LIVRE SUR LE PRINTEMPS BERBÈRE
Publié dans L'Expression le 03 - 05 - 2009

«Quand la vérité est remplacée par le silence, le silence est mensonge», dixit Ivgeni Ivtouchenko
Les vingt-quatre détenus du Printemps berbère de 1980 sont en train de sortir de leur réserve à tour de rôle. Après le livre de Mokrane Chemim, Arezki Abboute vient de publier, à compte d'auteur, un autre livre qui s'intitule tout simplement Avril 80: un des 24 détenus témoigne. Il s'agit d'un récit extrêmement émouvant et vivant. Une sorte de flash-back dans le tourbillon des moments difficiles ayant succédé à l'arrestation de l'auteur qui était l'un des 24 détenus du Printemps berbère. L'auteur, né en 1952 à Cheurfa (Azazga), est actuellement chef de service des activités culturelles et scientifiques à l'université de Tizi Ouzou. Avant cela, il fut syndicaliste et animateur du Mouvement culturel berbère dans les années quatre-vingt. Il a été aussi membre du comité directeur de la première Ligue algérienne des droits de l'homme, créée en 1985 et présidée par Me Ali Yahia Abdennour. Il est aussi coordinateur de groupe Amnesty International Algérie et secrétaire général de la Fédération des associations amazighes présidée par l'universitaire Malika Ahmed Zaïd. Actuellement, Arezki Abboute est coordinateur de la Maison des droits de l'homme et du citoyen de Tizi Ouzou. C'est donc un homme au parcours riche qui vient d'apporter sa pierre à l'édifice de l'écriture de l'histoire contemporaine de l'Algérie dans l'un de ses aspects les plus importants, à savoir le combat pour la reconnaissance de l'identité amazighe. Arezki Abboute, connu pour sa discrétion, est enfin sorti de son mutisme, lui qui avait tant de choses à dire sur l'événement qui a le plus ébranlé toute sa génération. Un événement célébré actuellement chaque année et dont beaucoup exigent la reconnaissance par l'Etat comme journée nationale pour la liberté d'expression. Le livre de Arezki Abboute nous place dans l'ambiance lugubre de la prison à une époque où il n'était pas encore question d'assurer un minimum pour les prisonniers surtout lorsqu'ils sont des prisonniers politiques auxquels il est reproché leur manque de patriotisme et une volonté de porter atteinte à la sûreté de l'Etat, sans omettre le chef d'accusation le plus redoutable, celui de servir des intérêts étrangers. Si de nombreux acteurs du Printemps berbère ont fini par détourner ce fleuve au profit de carrières personnelles leur ayant permis de glaner fortune et gloire, de nombreux militants anonymes, beaucoup plus courageux, sont oubliés ou carrément salis par ceux qui veulent que l'Histoire ne retienne que leurs noms. Dans ce livre, Arezki Abboute parle de ces militants de l'ombre qui ont souffert le martyre et récolté l'ingratitude. En écrivant ce témoignage, Arezki Abboute fait sienne cette citation du poète russe Ivgeni Ivtouchenko: «Quand la vérité est remplacée par le silence, le silence est mensonge.» Le récit s'ouvre sur l'attente de l'arrestation de l'auteur qui raconte, sans complexe aucun, la peur légitime qui précède cet événement: «Contrairement aux matinées précédentes où je me levais en forme et souvent de bonne humeur, celle de ce 29 mars 1980, je me sentais fatigué et déprimé et la nuit blanche que je venais de passer à cause de mon arrestation que je sentais imminente, n'avait fait qu'accentuer ma déprime. Toute la nuit, je m'étais retourné dans mon lit à la recherche de la solution: aller au travail et prendre le risque de me faire arrêter ou me mettre au vert en espérant que les choses finiraient par rentrer dans l'ordre?.» Dans le deuxième chapitre, l'auteur relate avec précision les circonstances de l'arrestation, puis le supplice de l'interrogatoire suivi de la rencontre avec le procureur avant d'aboutir aux conditions de détention dans une cellule de 4 mètres carrés.
Le livre de Arezki Abboute intéressera certes, au premier rang, les hommes de sa génération, particulièrement tous les militants de la cause berbère durant les années du parti unique. Mais les moins de quarante ans devraient aussi lire cet ouvrage. En le lisant, ils penseront certainement qu'il s'agit d'une fiction ou pis d'une science-fiction car maintenant que la langue berbère est reconnue au plus haut niveau de l'Etat algérien, il est difficile d'imaginer que tamazight est passé par là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.