Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



5,2 milliards de dinars de préjudice
ARCELORMITTAL ANNABA
Publié dans L'Expression le 12 - 05 - 2009

Aïssa Menadi s'est interrogé sur le silence entourant cette affaire et l'absence de saisine de la justice, malgré l'inculpation et la condamnation des dirigeants de GSW.
Lors d'un point de presse animé hier, au siège de l'USMA Annaba, le secrétaire général du syndicat d'entreprise d'Arcelor-Mittal, Aïssa Menadi, avait annoncé l'existence d'un déficit de 5,2 milliards de dinars dont a été victime le complexe sidérurgique. Aussi, Aïssa Menadi s'est-il interrogé sur le silence qui s'était instauré autour de cette affaire et l'absence de saisine de la justice, malgré l'inculpation et la condamnation des dirigeants de l'entreprise indienne GSW, sous-traitant et partenaire d'ArcelorMittal. Accusant directement son rival, Aïssa Menadi dira que son silence a été monnayé par la famille des responsables indiens actuellement en prison. Ce conflit syndical, éventé à partir de dénonciation et de manipulation des travailleurs, va sans aucun doute plonger le complexe sidérurgique d'El Hadjar dans une sorte d'instabilité sans péril. S'adressant aux journalistes présents, Aïssa Menadi a mis en garde contre toute forme de manipulation pouvant entraîner le complexe dans une dérive aux conséquences graves. «Nous travaillons comme on a toujours travaillé pour la stabilité. Le complexe est le plus gros pourvoyeur d'emplois dans la région et toute manipulation n'est pas bénéfique aux travailleurs», dira Menadi, en rappelant que les perturbations du fait d'intérêts personnels concoctés en dehors de l'usine, sont le fait d'un groupe d'individus qui veulent à partir du complexe sidérurgique d'El Hadjar, saborder le projet de Bellara, actuellement en discussion avec les représentants de l'Etat, en vue d'un important investissement qui sera à l'origine de la création de pas moins de 3000 emplois. «Nous devons et nous sommes condamnés à maintenir une stabilité constante au sein de l'usine, mais une stabilité payante», soulignera Aïssa Menadi en prévision des prochaines négociations de juillet prochain. Revenant sur la dénonciation des 5,20 milliards de centimes, Aïssa Menadi, dans sa conférence de presse, l'a liée au grand scandale qui a éclaboussé l'usine et permis l'arrestation des 3 dirigeants de la société indienne GSW et de 4 Algériens dont l'homme le plus riche de Annaba. Une affaire qui, selon Aïssa Menadi, n'a pas pris toute sa dimension pour en connaître sa véritable ampleur. Pour Aïssa Menadi, la condamnation des seuls accusés ne suffit pas. Il ne s'explique pas non plus, pourquoi l'entreprise indienne GSW, dont les principaux dirigeants sont en prison, continue à exercer au sein du complexe sidérurgique. Une interrogation qui en dit long sur les dessous de ce scandale de la ferraille qui avait fait grand bruit, mais qui a été noyé dans un jugement qui n'a pas livré tous ses secrets. Concernant l'aspect syndical, le secrétaire général dira que la mise en place du syndicat d'entreprise se fera conformément aux dispositions contenues dans le règlement intérieur et les statuts de l'Ugta. A cet effet, Sidi Saïd et les membres du secrétariat national seront présents demain à Annaba pour mettre un terme à ce conflit. Un conflit qui a été largement médiatisé et qui a pris une ampleur au point que la rue s'en est saisie pour devenir une préoccupation majeure. Dans une résolution faite par les adversaires de Aïssa Menadi, il est fait mention d'un recours à une démonstration de force au cas où la Centrale syndicale ne se plierait pas à leurs exigences. «Nous sollicitons la Centrale syndicale de l'Ugta pour procéder au renouvellement du syndicat d'entreprise à travers la tenue d'élections démocratiques au sein même de l'entreprise ArcelorMittal», est-il écrit dans le document signé par Smaïn Kouadri. Le communiqué fait état d'un ras-le-bol exprimé par ses pairs lors d'une assemblée tenue le 10 mai dernier et perturbée par les fidèles de Aïssa Menadi. En somme, une lutte syndicale qui semble enfoncer le complexe dans une bataille de leadership. Aujourd'hui, on veut étaler un linge sale en public surtout que Aïssa Menadi promet des révélations de taille à partir de demain. Que va-t-il donc révéler de si important?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.