Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Le gouvernement Diab démissionne    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Deux nouvelles recrues    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «Tigre de la Soummam» ressuscité
HOMMAGE AU COLONEL ABDERRAHMANE MIRA
Publié dans L'Expression le 09 - 11 - 2009

L'opération «Jumelles» a nécessité le déploiement de 70.000 soldats français, presque autant que l'Otan en Afghanistan avec 74.000 hommes.
Un hommage a été rendu hier au centre de presse d'El Moudjahid au colonel Abderrahmane Mira à l'occasion de la commémoration du 50e anniversaire de la mort du «Tigre de la Soummam».
La cérémonie a eu lieu en présence des élèves des lycées Abderrahmane-Mira de Bab El Oued et de Bouira. Elle a été présidée par le général-major Hocine Ben Maâlem, en présence du général Hachemi Hadjeres, de l'ancien ministre des Moudjahidine, Salah Goudjil ainsi que de Mme Zoubida Amirat et les deux fils du chahid. Né en 1922 à Bounda en Kabylie, le colonel Mira est tombé au champ d'honneur le 6 novembre 1959 près du col de Chellata (Akbou). Connu sous le grade de Commandant Mira ou le «Tigre de la Soummam», il est décoré de la «Médaille du martyr» en 1984 et d'«Al Athir» en 2004.. Chef de la Wilaya VI historique (Sahara) en 1957, il remplaça le colonel Ali Mellah. A l'appel de Krim Belkacem, il occupe le poste d'inspecteur militaire aux frontières en Tunisie (1957/1959) et devient chef de la Wilaya III historique (Kabylie) en 1959, en remplacement du colonel Amirouche.
Le 10 novembre 1986, l'Etat algérien rectifie son grade et le nomme colonel. Sa dépouille mortelle avait été transportée, «d'abord à dos d'âne,» témoigne un de ses compagnons présent hier à la cérémonie commémorative.
Transporté ensuite en hélicoptère, son corps a été exposé dans son village natal Taghalat. Traversant une période de misère, Mira émigre en France juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s'installe en Lorraine avant de se rendre à Paris au début des années 50 où il achète un fonds de commerce. Auparavant, en 1947, il adhère au Mtld (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). Son commerce sert alors de point de ralliement aux militants et aux vendeurs de l'organe de presse du parti L'Algérie libre. En décembre 1954, il contacte successivement Krim Belkacem, Chikhi Amar et Mellah Ali. C'est lui qui implante alors l'ALN-FLN dans les Vallées de la Soummam et du Sahel (M'chedallah, Bouira).
Il se distingue par une grande combativité sur les deux versants du Djurdjura. Le 15 mars 1956, il obtient la médaille de la Résistance pour avoir réussi la première jonction entre les troupes des zones III, IV et V, devenues wilayas après le congrès de la Soummam. Ces premières assises de 20 jours se déroulent à partir du 20 août 1956 au village d'Ifri à Ouzellaguène, dans la zone commandée par Mira qui assuma la sécurité du Congrès. C'est sous son commandement, que Abane Ramdane, Larbi Ben M'Hidi, Krim Belkacem, Amar Ouamrane, Mohammedi Saïd, et Si M'hamed ont été acheminés à bon port à Ifri. En janvier 1957, il est élevé au grade de Commandant et devient représentant de la Wilaya VI au Conseil national de la Révolution (Cnra). De retour en Kabylie à la mi-mai 1957, il est appelé par Krim Belkacem en Tunisie où il est nommé Contrôleur militaire aux frontières. En route pour la Tunisie, le colonel Amirouche laisse l'intérim au Commandant Mohand Oulhadj. Apprenant la nouvelle de l'arrivée inopinée de Mira, le colonel Amirouche le désigne à la tête de la Wilaya III.
Dès son arrivée, il condamne publiquement l'usage de la torture et procède à l'élargissement d'une soixantaine de maquisards injustement poursuivis suite à une campagne de désinformation et de manipulation des services secrets de l'armée française dénommée la «bleuite». A partir du 22 juillet 1959, le Commandant Mira et la Wilaya III auront à affronter la plus grande opération militaire française jamais lancée en Algérie, l'opération «Jumelles». 70.000 hommes sont déployés en Kabylie, soit autant que les forces déployées aujourd'hui (74.000) par l'Otan en Afghanistan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.