Tlemcen piégé à domicile    Ancien joueur de l'EN, du CRB et du PSG    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    Le Condor L3 Smart, un concentré d'autonomie, de design et de performance    Réception du tronçon traversant Tissemsilt à la fin 1er du semestre 2019    «Escalade» des attaques de colons contre les Palestiniens    Gaïd Salah entame une visite officielle aux Emirats Arabes Unis    Préparatifs de l'élection présidentielle    Ooredoo organise un dîner en l'honneur des médias nationaux    Ali Badaoui, contrôleur général de sûreté de wilaya    Faire du Sersou un havre de paix    Un policier en civil mortellement poignardé    «Nathan le sage» présentée à Alger    Une vingtaine d'artistes y exposent    Exposition de Djamel Bouttaba    Sahara occidental : La responsabilité historique et juridique de l'Espagne reste entière    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Abdelmalek Sellal poursuit sa tournée des "organisations de masse" :    Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat    Importation : Tendance haussière de la facture des produits alimentaires    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Coupe du monde de sabre féminin (juniors) : Atteindre le tableau des 32, objectif des Algériennes à domicile    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    Airbus arrête les frais avec l'A380 : Les raisons d'un tragique destin    L'or atteint son plus haut niveau    Oran : Quelques 14 800 logements sociaux seront distribués en 2019    Benghabrit ordonne un changement radical des contenus !    10 morts et 23 blessésen 48 heures    Abdel a disparu !    La colére demilliers de Candidats à l'immigration    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohia, l'anniversaire
DES JOURNEES THEATRALES LUI SONT DEDIEES À TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2009

Il a traduit des chefs-d'oeuvre de théâtre vers le kabyle. Ce qui fait de lui une référence dans le domaine. Mohia, de son vrai nom Mohand Ouyahia, est au théâtre d'expression amgzighe ce que Matoub Lounès est à la chanson. Depuis jeudi dernier, la Maison de la culture Mouloud-Mammeri est ornée de portraits de Mohia.
L'activité est organisée sous l'égide du ministère de la Culture par la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou en collaboration avec le théâtre régional Malek-Bouguermouh de Béjaïa. Les quatrièmes journées théâtrales sont une manière originales de réhabiliter Mohia qui a, durant toute sa vie, évolué en solo, sans soutien médiatique ni officiel malgré l'importance de son apport à la culture et au théâtre algérien.
Et comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, cette manifestation est à saluer et à perpétuer. Le visiteur des stands Maison de la culture de Tizi Ouzou pourraient avoir une multitude d'informations sur la vie et l'oeuvre de Mohia grâce à une exposition de documents et de photographies. La première journée a été l'occasion de présenter pour la première fois dans la ville des Genêts la pièce de théâtre Le Foen de Mouloud Mammeri.
Cette production est produite par le Théâtre régional de Béjaïa et mise en scène par Djamel Abdelli. Hier, c'était au tour d'une autre pièce, adaptée par Mohia et mise en scène par Samy Allam. Celle-ci est aussi le produit du Théâtre régional de Béjaïa et s'intitule Urgagh muthagh.
Le programme de ces journées qui connaissent une affluence particulière malgré le mauvais temps se poursuivra jusqu'au 7 décembre. Parmi les autres productions qui seront présentées, on pourrait citer Sin nni de Mohia, présentée par le Théâtre régional de Béjaïa et mise en scène par Latrèche Mouhoub. Un recueillement sur la tombe de Mohia au village d'Ath Rbah, près de Tassaft Ouguemoun est programmé pour la dernière journée.
En plus de sa vocation irrévocable pour le théâtre, Mohia a écrit des textes pour plusieurs chanteurs et chanteuses. D'ailleurs, c'est en tant que parolier qu'il fit ses premiers pas dans le domaine culturel. Ses textes ont été interprétés par le groupe lmazighen lmoula, Ali Ideflawen, Malika Domrane, Slimane Chabi, Takfarinas, Djurdjura. Toutefois, un nombre important de ses poèmes est resté inédit à ce jour. Dans une présentation de son oeuvre, distribuée à l'occanion de ces journées théâtrales, il est noté que les nouvelles et les contes n'ont pas été négligés dans son oeuvre.
Les contes constituent le véritable gisement de la culture berbère. Ils ont été fortement travaillés par Mohia Tamacahut n Iqananen (Histoire des nains), Tamacahuts Yeghyal (histoire des ânes), Asmi inkhedem le théâtre (quand on jouait au théâtre) et bien d'autres. Mohia collabora à vulgariser, à travers des publications militantes (revues et bulletins) les aspects de la culture kabyle.
Ses débuts dans la traduction théatrale remontent à ses années de lycée à Tizi Ouzou. Au lycée Amirouche, il anima avec un groupe de lycéens, une troupe de théâtre qui subissait l'ostracisme de l'administration qui y voyait une véritable menace. Le groupe de lycéens se retrouve plus tard à l'université d'Alger et constitue le cercle des étudiants de Ben Aknoun.
Le déclic eut lieu avec la pièce de théâtre de Kateb Yacine, Mohamed prends ta valise. Celle-ci révolutionna les esprits.
Mohia traduisit Morts sans sépulture de Jean-Paul Sartre, puis avec Mohand Loukad, ils traduisirent une autre pièce du même auteur. En 1974. Il adapta L'Exception et la règle de Brecht. Cette adaptation a été.publiée aux éditions Tala.
Dans la préface, Mohia insistait sur la nécessité de produire en tamazight. Mohia traduit par la suite une autre pièce de Brecht: La décision. Le Ressuscité de l'écrivain chinois Lu Xun, La Jarre de l'italien Pirandello, Tartuffe de Molière et Ubu Roi d'Alfred Jarry, sont également adaptées au début des années quatre-vingts. Mohia poursuit son chemin en s'attaquant à Médecin malgré lui de Molière et En attendant Godot de Samuel Beckett sous les titres de Am Win yestragunun rebbi et si Lehlu.
Mohia est allé à la découverte des pièces originiales et même de celles écrites par des auteurs inconnus, comme la farce de maître Patelin composée par un inconnu au XIIIe siècle, Les Fourberies de Scapin, Le Malade imaginaire de Molière et Knoçk de Jules Romain.
Puis, Mohia s'intéressa aux autres cultures, notamment grecque et chinoise, en se penchant sur la pièce Entre les émigrés de Mrozeck, entre autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.