2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Compagnon de lutte du colonel Amirouche
DJOUDI ATTOUMI
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2009

Il a rejoint les maquis au lendemain du Congrès de la Soummam en 1956, pour être affecté ou PC de la Wilaya III auprès d'Amirouche. Il occupa plusieurs postes de responsabilité au sein de l'ALN et du FLN jusqu'à la fin de la guerre, le 19 mars 1962.
Témoin privilégié de la guerre de Libération nationale, Djoudi Attoumi est né en 1938 à Aït Ouaghlis, dans la wilaya de Béjaïa.
Au lendemain du Congrès de la Soummam en 1956, il rejoint les maquis. Commence alors une longue histoire jalonnée de sacrifices pour l'indépendance de l'Algérie. Durant son parcours de combattant, il fut le secrétaire particulier du colonel Amirouche Aït Hamouda. Ainsi, il accompagna pendant des années «Le Lion du Djurdjura» tombé, en compagnie du colonel Si El Haouas, au champ d'honneur le 28 mars 1959.
La mort du «Loup de l'Akfadou» ne fit que renforcer la conviction de M.Attoumi de continuer la lutte pour l'indépendance de l'Algérie. En avril 1962, il devient membre de la commission locale du cessez-le-feu.
Pour veiller à l'application des Accords d'Evian, cette commission fut composée avec la parité entre officiers de l'ALN et ceux de l'armée française. Les lendemains des épopées étant difficiles, parfois sanglants.
La crise de l'été 1962 éclata entre frères. En effet, les compagnons de lutte contre le colonialisme retournèrent leurs armes contre eux. Pour éviter de participer à ce conflit fratricide, M.Attoumi fut démobilisé, à sa demande, le 5 août de la même année.
Licencié en droit et diplômé de l'Ecole nationale de la santé de Rennes (France), il exerça les fonctions de directeur des hôpitaux pendant plusieurs années. Mis en retraite en 1986, il est élu président de l'Assemblée populaire de la wilaya de Béjaïa.
Un mandat qu'il assume jusqu'en 1990. Mémoire vivante de la Révolution, il est l'auteur de plusieurs ouvrages.
La plume féconde et le verbe serein, il a publié: Le colonel Amirouche «Entre légende et Histoire», tome 1, Avoir 20 ans dans les maquis ou «Journal de guerre d'un combattant de l'ALN en Wilaya III 1956-1962». Son attachement à Amirouche l'a amené à publier un deuxième ouvrage sur lui.
Le livre est intitulé Le colonel Amirouche «A la croisée des chemins», tome 2. Réservé et modeste, M.Djoudi Attoumi porte un regard plein d'humanisme sur l'histoire nationale récente.
Viscéralement attaché à l'unité nationale, il évite les retours déchirants sur un passé marqué d'une violence extrême.
L'écriture chez M.Attoumi a pour objectif de transmettre aux générations postindépendance, l'histoire de l'un des plus grands mouvements de décolonisation du XXe siècle, celui opéré par le peuple algérien.
Sur ce plan, l'ancien compagnon du colonel Amirouche préconise une démarche objective, dénuée de haine. Intitulé Chronique des années de guerre en Wilaya III, son dernier ouvrage est un témoignage de ce qu'il a vécu en Kabylie de 1956 à l'Indépendance.
Ce livre porte un nouvel éclairage sur l'histoire de la guerre de Libération nationale.
Un éclairage qui invite à appréhender le passé avec sérénité et dans le seul but de promouvoir la culture de la paix. Pour M.Djoudi Attoumi, «les guerres sont des bêtises».
Une citation à méditer...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.