Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Le bouclier juridique    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les sociétés algériennes toujours en retard
SOLUTIONS D'ENTREPRISE
Publié dans L'Expression le 29 - 06 - 2010

S'approprier des technologies de l'information et de la communication est plus que nécessaire pour assurer la croissance économique, affirment des experts.
Des experts spécialisés dans le conseil aux entreprises ont relevé la nécessité de s'approprier des technologies de l'information et de la communication afin d'assurer la croissance économique du pays. C'est ce qui ressort d'une rencontre-débat organisée, hier à Alger, par le Bureau algérien du Cabinet international Ernt & Young. Spécialisé dans le conseil aux entreprises, cet organisme a réuni les directeurs des systèmes d'information (DSI) de son club, les responsables informatique d'entreprises ainsi que les administrations algériennes et étrangères installées en Algérie. A cet effet, il a été indiqué, qu'Ernst and Young «a lancé son club DSI Algérie dans la seule et unique idée de fédérer les expériences au sein des entreprises». Par ailleurs, il a été précisé que ce club indépendant se veut un espace d'échange d'expériences et de partage de l'information sur l'actualité autour des systèmes d'information. Animée par M.Michel Richard, consultant de «Ernst and Young» et ayant pour thème «la conduite de l'implantation d'un ERP avec succès», cette rencontre a été l'occasion pour les participants d'aborder la problématique d'un ERP, en anglais «Entreprise Resources Planing», appelée aussi Progiciels de gestion intégrés (PGI), sous tous ses angles et de partager les expériences et les réflexions. A savoir, que les ERP sont des applications dont le but est de coordonner l'ensemble des activités d'une entreprise autour d'un même système d'information. Plus qu'un simple logiciel, un ERP est un véritable projet, demandant une intégration totale d'un outil logiciel au sein d'une organisation et d'une structure spécifique. En effet, sa mise en place dans l'entreprise entraîne des modifications importantes des habitudes d'une grande partie des employés.
Plus explicite, M.Richard dira à ce sujet que «le ERP est un système d'information intégré qui embarque plusieurs fonctionnalités en cohérence totale. Il permet de gérer le back-office d'une entreprise. Historiquement, il y avait plusieurs logiciels comme l'achat, la vente, la comptabilité, la gestion DRH, la gestion des stocks... Il fallait faire des liens entre ces différents logiciels. Aujourd'hui, il y a moyen avec un ERP de tout gérer avec un seul logiciel». Selon le conférencier, le premier des avantages du ERP, c'est d'avoir le même langage. Les interfaces, ce qu'on appelle les référentiels comme les clients, les fournisseurs, les articles...sont uniques et sont partagés. Il y a aussi le fait de travailler en temps réel. «Vous faites une entrée en stock, dans la seconde qui suit, l'écriture comptable est passée. Vos indicateurs de gestion se calculent en temps réel. Vous n'avez pas besoin d'attendre la fin du mois pour savoir si vous avez gagné ou perdu de l'argent», poursuit-il. En revanche, il y a un petit défaut «mais qui a été une qualité parce que les ERP existent depuis 20 ans, c'est que ça responsabilise un certain nombre de fonctions», affirme-t-il. Et d'enchaîner: «Si quelqu'un qui fait une entrée en stock, se trompe en rajoutant un ou deux zéros à la quantité entrée, le système l'accepte, et à la fin du mois, lorsqu'on fait une centralisation comptable, l'on se rend compte que le résultat comptable est complètement aberrant.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.