Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les ârchs ne peuvent remettre en cause le scrutin»
CONFERENCE DE PRESSE DE ZERHOUNI
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2002

Contrairement aux législatives, le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales est apparu souriant.
Il a déclaré hier lors d'une conférence de presse à l'hôtel El-Aurassi que les résultats des élections locales sont «positifs», et corroborent les résultats des précédentes législatives, à l'exception des wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa. Il a expliqué que les tenants du boycott dans les wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa ont eu recours «à la violence, empêchant ainsi les citoyens de certaines communes d'accomplir leur devoir électoral.»
M.Zerhouni a déclaré que cette violence concerne notamment «31 des 67 communes de la wilaya de Tizi Ouzou et 21 des 62 communes de la wilaya de Béjaïa», affirmant que le sort de ces communes «sera tranché par les commissions de wilaya, composées de magistrats, dans les 48 heures». Le ministre a précisé, par ailleurs, que conformément à la loi, le vote sera validé même si la commune n'a enregistré qu'un seul votant. Le ministre a indiqué, que cette violence en Kabylie a engendré 310 blessés dans les rangs des agents de police.
M.Zerhouni a ajouté que des bureaux de vote ont été saccagés, une mairie a été incendiée et des menaces ont été proférées contre les électeurs en Kabylie et dans quelques communes de Bouira, Boumerdès et Sétif.
S'agissant des résultats chiffrés, c'est le FLN, comme attendu, qui a remporté les élections locales en s'imposant dans 668 communes sur 1541 et s'est offert une majorité dans 43 wilayas sur 48 aux élections pour les Assemblées populaires de wilaya. Selon les résultats annoncés par le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, le parti de Benflis a obtenu 4878 sièges sur 13.981 aux APC et 798 sur 1960 aux APW, soit 668 communes et 43 APW. Le Rassemblement démocratique national (RND) vient en deuxième position avec 2 827 sièges aux APC dont il dirigera 171. Le Front des forces socialistes, le FFS, conduira 65 APC et détiendra 684 sièges aux Assemblées populaires communales. Il s'est adjugé 83 sièges aux APW, avec une majorité à Tizi Ouzou et à Béjaïa. Ce résultat sera probablement revu à la hausse une fois les résultats en Kabylie validés. On retiendra la percée des indépendants qui ont réussi à prendre 77 communes, alors que le mouvement El-Islah en présidera 39. Le Front national de Moussa Touati a prouvé que sa victoire des législatives n'était pas due au hasard, puisqu'il en obtient plus de 26, alors que le MSP de Mahfoud Nahnah n'a obtenu que 19 APC. S'agissant du taux de participation, le ministre de l'Intérieur s'est félicité du chiffre de 50,11 %, indiquant que ce taux aurait pu être plus élevé s'il n'y avait pas eu de troubles en Kabylie, le ministre a précisé que ce taux ne tient pas compte des wilayas de Béjaïa et de Tizi Ouzou où les opérations de décompte se poursuivent toujours.
Interrogé sur les cas de fraude enregistrés dans quelques wilayas, le ministre s'est contenté de déclarer que l'administration ne s'est mêlée ni de près ni de loin aux résultats des élections. Interrogé enfin, sur le règlement définitif de la crise en Kabylie, le ministre a déclaré que l'Etat «dialoguera avec les représentants légitimes de la population et des personnalités respectables dans la région de Kabylie». Affirmant que les ârchs sont à la fois responsables devant leur conscience et devant la loi de toutes les victimes tombées depuis avril 2001, avant d'ajouter que ce ne seront pas ces individus qui ne sont délégués par personne, qui peuvent remettre en cause la crédibilité et la transparence du scrutin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.