Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Covid-19 : Plusieurs mesures pour garder la situation sous contrôle    Des communes de la circonscription administrative de Birtouta interdisent la vente des moutons dans les lieux publics    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    9 juillet 1962    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    54 infractions à la législation forestière enregistrées    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    La méditerranée, une spécificité dans le changement climatique    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les ârchs ne peuvent remettre en cause le scrutin»
CONFERENCE DE PRESSE DE ZERHOUNI
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2002

Contrairement aux législatives, le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales est apparu souriant.
Il a déclaré hier lors d'une conférence de presse à l'hôtel El-Aurassi que les résultats des élections locales sont «positifs», et corroborent les résultats des précédentes législatives, à l'exception des wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa. Il a expliqué que les tenants du boycott dans les wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa ont eu recours «à la violence, empêchant ainsi les citoyens de certaines communes d'accomplir leur devoir électoral.»
M.Zerhouni a déclaré que cette violence concerne notamment «31 des 67 communes de la wilaya de Tizi Ouzou et 21 des 62 communes de la wilaya de Béjaïa», affirmant que le sort de ces communes «sera tranché par les commissions de wilaya, composées de magistrats, dans les 48 heures». Le ministre a précisé, par ailleurs, que conformément à la loi, le vote sera validé même si la commune n'a enregistré qu'un seul votant. Le ministre a indiqué, que cette violence en Kabylie a engendré 310 blessés dans les rangs des agents de police.
M.Zerhouni a ajouté que des bureaux de vote ont été saccagés, une mairie a été incendiée et des menaces ont été proférées contre les électeurs en Kabylie et dans quelques communes de Bouira, Boumerdès et Sétif.
S'agissant des résultats chiffrés, c'est le FLN, comme attendu, qui a remporté les élections locales en s'imposant dans 668 communes sur 1541 et s'est offert une majorité dans 43 wilayas sur 48 aux élections pour les Assemblées populaires de wilaya. Selon les résultats annoncés par le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, le parti de Benflis a obtenu 4878 sièges sur 13.981 aux APC et 798 sur 1960 aux APW, soit 668 communes et 43 APW. Le Rassemblement démocratique national (RND) vient en deuxième position avec 2 827 sièges aux APC dont il dirigera 171. Le Front des forces socialistes, le FFS, conduira 65 APC et détiendra 684 sièges aux Assemblées populaires communales. Il s'est adjugé 83 sièges aux APW, avec une majorité à Tizi Ouzou et à Béjaïa. Ce résultat sera probablement revu à la hausse une fois les résultats en Kabylie validés. On retiendra la percée des indépendants qui ont réussi à prendre 77 communes, alors que le mouvement El-Islah en présidera 39. Le Front national de Moussa Touati a prouvé que sa victoire des législatives n'était pas due au hasard, puisqu'il en obtient plus de 26, alors que le MSP de Mahfoud Nahnah n'a obtenu que 19 APC. S'agissant du taux de participation, le ministre de l'Intérieur s'est félicité du chiffre de 50,11 %, indiquant que ce taux aurait pu être plus élevé s'il n'y avait pas eu de troubles en Kabylie, le ministre a précisé que ce taux ne tient pas compte des wilayas de Béjaïa et de Tizi Ouzou où les opérations de décompte se poursuivent toujours.
Interrogé sur les cas de fraude enregistrés dans quelques wilayas, le ministre s'est contenté de déclarer que l'administration ne s'est mêlée ni de près ni de loin aux résultats des élections. Interrogé enfin, sur le règlement définitif de la crise en Kabylie, le ministre a déclaré que l'Etat «dialoguera avec les représentants légitimes de la population et des personnalités respectables dans la région de Kabylie». Affirmant que les ârchs sont à la fois responsables devant leur conscience et devant la loi de toutes les victimes tombées depuis avril 2001, avant d'ajouter que ce ne seront pas ces individus qui ne sont délégués par personne, qui peuvent remettre en cause la crédibilité et la transparence du scrutin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.