Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Les partis contraints aux alliances    La presse de l'Est du pays met l'accent sur les résultats préliminaires des élections locales    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Semaine du court métrage    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    Quatre projets de loi en préparation    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La caméra pour dénoncer la violence
L'AFRIQUE DU SUD DEVOILE SON IMAGE AUX JCC
Publié dans L'Expression le 30 - 10 - 2010

Fidèle à sa réputation, l'Afrique du Sud nous a été dévoilée dans sa vérité faite de cruauté et de tensions.
Le public tunisois continue, depuis le 23 octobre derniers à affluer massivement vers les différentes salles de cinéma abritant la 23e édition des JCC. Tunis ça vit, ça bouillonne et ça voit des films. Enfin, surtout durant cette période de l'année, nous a-t-on fait savoir. Le programme tracé pour cette année est encore plus riche. Le spectateur a l'embarras du choix, entre films yougoslave, coréen, mexicain et bien entendu les films en compétition entre documentaires, courts et longs métrages.
Dans cette dernière catégorie, les Tunisois ont fait connaissance la semaine dernière avec deux puissants films narrant le quotidien du pays ayant abrité cette année la Coupe du Monde de foot. L'Afrique du Sud, fidèle à sa réputation, a été dévoilée à nous dans sa vérité faite de violence et de tensions.
Le premier film intitulé State of violence est du réalisateur Khalo Matabane. Bobedi, devient P-DG d'une grande société minière à Johannesburg. Après avoir fêté l'événement avec sa femme, Joy et ses amis, sa femme et lui sont victimes d'une attaque violente et Joy est assassiné. C'est la descente aux enfers. Bebedi perd pied et retourne aux origines du malheur de l'époque, où il était surnommé la terreur. Ce film part du constat que cette violence qui régente l'Afrique du Sud est une résultante des exactions menées contre l'apartheid comme stigmates et traumatisme ancré dans la société. La société sud-africaine paie encore le lourd tribut de son passage à guérison et ses profondes plaies psychologiques. En effet, ce P-DG respecté, redevient ce sale gosse à qui on a fait un jour passer un test en brûlant un innocent pour entrer dans la communauté. La vengeance semble la seule alternative. Un cercle vicieux sans fin. Cette phrase éloquente de sa mère à qui il rendra visite après avoir renoué avec sa famille, est à méditer: «Tu n'as fait que tuer ton frère!» lâches t-elle avec cynisme. Une phrase qui semble s'adresser à tout le peuple sud-africain qui s'entredéchire. Shirley Adams de Olivier Harmanus, est un autre film de veine dramatique mettant en scène une mère courage obligée de s'occuper de son fils handicapé après avoir reçu une balle dans le dos. Shirley a été abandonnée par son mari et est contrainte de venir seule en aide à son fils qui n'a de cesse de tenter de se suicider.
Ce film puissant raconte la violence encore une fois, dans ce pays, sans la montrer mais en la suggérant. Celle-ci est présente tout de même en filigrane, déclinée sous les traits de cette femme placide qui se soumet à ce funeste destin avec abnégation. Ce film triste, mais fort cinématographiquement parlant, a été réalisé faut- il le noter par un jeune réalisateur d'à peine 25 ans à l'aide d'une simple mini- caméra vidéo. Les plans du film suggèrent l'intimité. La caméra de ce jeune réalisateur reste pudique, elle nous fait pénétrer malgré nous dans un monde où la générosité est plus que nécessaire pour exister. Un film puissant. Pas étonnant que la comédienne Denis Newman qui campe Shirley obtienne le Prix de la meilleure interprétation féminine. Croisons les doigts!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.