La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Filière du lait: nécessité d'améliorer la collecte du lait frais    L'ambassadeur palestinien salue les positions constantes des dirigeants et du peuple algériens    Sahara occidental: le Front Polisario ne prendra pas part aux tables rondes    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    Handicapés: appel à l'élaboration d'une étude sur le handicap en Algérie    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    La présence de la France au Sahel est l'une des raisons de son impopularité en Afrique    Accord pour l'activation de la commission mixte entre les secteurs de l'Agriculture et les micro-entreprises    Le jeu des alliances a bien commencé    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Elections locales: les résultats du RND, "honorables"    L'importance de la continuité des services liés au VIH soulignée    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Médiation internationale pour l'accélération de la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Transparence fiscale: l'Algérie devient le 32e pays signataire de la Déclaration de Yaoundé    JSK-Royal Leopards reporté sine die    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    La presse de l'Est du pays met l'accent sur les résultats préliminaires des élections locales    Les partis contraints aux alliances    «On s'emploiera à la révision de la loi sur l'information»    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Communiqué du gouvernement    Lancement officiel de la campagne labours-semailles    Semaine du court métrage    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    L'Etat fait appel au privé    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    Chutes de neige et routes bloquées au sud de la wilaya    Raccordement aux réseaux de distribution d'électricité et de gaz    "Les clubs pro ne doivent avoir aucun centime de dette fiscale et parafiscale"    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    Le 8e Festival du Melhoun en décembre à Mostaganem    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le temps des tractations    Les indépendants exigent une enquête    Messi, le ballon dort    Vers la révision des textes juridiques    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zoom sur le cinéma arabe d'aujourd'hui
22ES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES DE CARTHAGE
Publié dans L'Expression le 30 - 10 - 2008

Trois films arabes, trois sensibilités de réalisateurs, trois regards sur leurs sociétés, que nous avons été voir pour vous.
Mardi dernier, le public tunisois continuait à affluer en masse vers les différentes salles de cinéma choisies pour abriter les journées cinématographiques de Carthage, dans sa 22e session.
Le public vient nombreux et c'est là un des signes forts des JCC. De leur vigueur et leur popularité Trois films arabes, trois sensibilités, trois regards sur leurs sociétés que nous avons été voir. Tous concourent pour le Tanit d'or dans la catégorie long métrage.
Le premier est un film jordanien. Il s'intitule Captain Abu Raed du réalisateur Amin Matalqua. Une histoire attendrissante, celle d'un vieux, contant des histoires d'avion et d'aventures à des enfants.
Abou Raed est un gardien solitaire à l'aéroport international d'Amman. Instruit, il possède 2000 livres dans sa bibliothèque. Mais il est toujours là et ne part nulle part, à la différence de Nour, pilote qui deviendra son amie.
Le vieux solitaire trouve un jour une casquette et, depuis, les enfants du quartier imaginent qu'il est un grand pilote de ligne. Ne voulant pas les décevoir, il se mettra à leur narrer des histoires jusqu'à ce qu'il se fasse prendre par Mourad, un petit garçon malmené par son père et à qui Abou Raed viendra en aide. Ce film tendre transpose dans la Jordanie contemporaine une fable universelle sur fond d'amitié, d'inspiration et d'héroïsme. Un bon rôle de composition pour ce vieil acteur plein de charisme. Autre bluette au relent fantastique est ce film égyptien d'Ibrahim El Batout. Ein Shams se passe dans un quartier tout aussi défavorisé. C'était il y a fort longtemps, dit ce chauffeur, narrateur dans le film, une des capitales de l'Egypte pharaonique et un endroit sacré marqué par la visite de Jésus et de la Vierge Marie.
Une certaine sérénité et nonchalance émanent de ce long métrage. Shams est aussi une fillette de 11 ans vive, mais malade. A travers le regard triste de la fille se jouent le conte et la magie du quotidien. Une mosaïque d'images est déclinée, de sons aussi, et de chants notamment, ces complaintes kurdes en guise d'introduction au film.
Un des personnages est un médecin sans frontières et est parti un jour soigner les malades en Irak.
Aïn Shmes c'est également ce millionnaire ou ce chômeur, ces fêtes de mariage traditionnel à l'égyptienne...Réalisme, cocasserie, peinture sociale. Poésie et naïveté dessinent le portait de cette Egypte décalée. Rien à voir avec celle complètement stéréotypée des feuilletons télé. On en sort presque rasséréné.
Enfin, le dernier film clôturant notre périple cinématographique en soirée est Leila's Birthday du Palestinien Rashid Masharawi. Une coproduction palestino-tuniso-hollandaise. D'où l'importance de cette projection aux JCC, a-t-on souligné. Cette dernière fut, en effet, très émouvante et marquée par la présence des comédiens dont l'acteur principal du film, le Palestinien Mohamed Bakri et la chanteuse tunisienne Latifa Aârfaoui qui mettra l'accent sur l'anniversaire de toute la Palestine à travers ce film.
L'histoire de Leila's Birhday se déroule en une seule journée. Abou Leïla est un juge mais conduit le taxi de son beau-frère, en attendant, problème de chômage en Palestine oblige!
Abou Leïla fera face, durant toute la journée, à différentes mésaventures et tracasseries. Mais il n'a qu'une seule chose en tête, acheter un gâteau et un cadeau pour sa fille. Ce père de famille aspire à élever tranquillement avec sa femme, sa fille et vivre en paix, dans l'ordre et l'harmonie. Mais la vie n'est pas si simple en Palestine. C'est ce que ce film tend à nous faire comprendre.
Le chaos, les bombes, la misère sociale ne sont pas loin. Malgré son côté fleur bleue, ce film est une belle plaidoirie pour la paix en Palestine. Tourné de façon simple et intelligente. D'où les forts applaudissements qui ont ponctué la projection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.