Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



El Gueddafi ne contrôle plus la Libye
AU DOUZIÈME JOUR DE LA REVOLTE
Publié dans L'Expression le 27 - 02 - 2011

Vendredi soir, le «guide» libyen (pour combien de temps encore?) a armé ses partisans pour porter la guerre totale contre son peuple. Des mercenaires avaient pris hier pour cible des habitants de Tripoli.
On se bat ici, on manifeste là, la Libye vit depuis mercredi un véritable chaos d'où il est difficile de dire la marche des choses. Une certitude toutefois: la détermination du peuple libyen à déboulonner El Gueddafi est sans faille quoique le nombre de victimes ne cesse de s'allonger où tout chiffre donné est à prendre avec beaucoup de précaution.
Selon les sources, «officielles» ou non gouvernementales (ONG), il y aurait, depuis le début des événements, entre 300 (chiffre donné par le ministère libyen de l'Intérieur) et plus de 1000 (ONG) morts en Libye alors que les blessés se compteraient par milliers. Après la généralisation de la révolte à toutes les régions de la Libye, le pouvoir d'El Gueddafi ne contrôlerait plus que la capitale Tripoli et des villes de sa périphérie.
De fait, le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, affirmait hier qu'il «semble que El Gueddafi ne contrôle plus la situation en Libye». Le «guide» libyen (pour combien de temps encore?) semble cependant aux abois qui vient d'armer et d'ordonner à ses partisans d'attaquer les manifestants. Un dirigeant prêt à commettre un génocide contre son peuple pour conserver le pouvoir, a-t-il encore quelque légitimité à diriger son peuple? Certes, non! Et El Gueddafi a bel et bien franchi le Rubicon en fomentant la guerre civile contre le peuple libyen en affirmant vendredi.
«Nous allons nous battre et nous les vaincrons.» et de menacer: «S'il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d'armes pour armer tout le peuple». Armer le «peuple» (Quel peuple?) de fait ses partisans et des mercenaires africains, contre «son» peuple, voilà qui donne une idée du personnage, prêt à aller très loin dans l'ignominie contre la Libye et les Libyens. Ce même bouffon prêt à assassiner son peuple n'a pas peur d'affirmer uniment que le peuple libyen «aime El Gueddafi».
Ce peuple qui «aime El Gueddafi» a libéré vendredi la troisième ville du pays Musratha, (150 km à l'est de Tripoli) de l'emprise du tyran alors que la vie s'organisait dans les villes et régions libérées par la réactivation des services publics, rétablir l'ordre, tentant, avec le peu de moyens dont dispose la population, de soigner les blessés comme de pourvoir à la fourniture des produits de première nécessité. D'où les appels à l'aide internationale. Justement, au plan international et diplomatique, l'on s'active pour tenter de trouver une issue à la situation qui prévaut en Libye. Ainsi, tous les regards se tournaient hier vers le Conseil de sécurité de l'ONU qui se réunissait en urgence afin de statuer sur une résolution parrainée par de nombreux pays. Cependant, ce sont les Occidentaux qui donnent le «la» et sont derrière un projet de résolution qui prévoit des sanctions, qui avertissent que «les attaques étendues et systématiques qui ont lieu actuellement en Libye contre la population civile peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité». De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a affirmé vendredi soir que «la violence doit cesser».
Dans son sillage, l'ambassadeur démissionnaire libyen, Mohamed Shalgham, dans un cri du coeur a supplié: «S'il vous plaît, Nations unies, sauvez la Libye!» L'urgence aujourd'hui est donc d'arrêter la main du «fou» de Tripoli, décidé à faire un carnage de son peuple qui le rejette et ne veut plus de lui. Comme le dit l'ambassadeur Shalgham, le temps n'est plus aux indécisions, il faut d'abord sauver le peuple libyen.
El Gueddafi ne perd rien pour attendre car il aura toujours à répondre des crimes et massacres commis contre son peuple, contre la Libye.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.