Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



El Gueddafi: «J'y suis, j'y reste»
AU HUITIÈME JOUR DE LA REVOLTE
Publié dans L'Expression le 23 - 02 - 2011

Du jamais-vu! Des avions de chasse et des hélicoptères ont bombardé les manifestants et les casernes de Tripoli, la capitale libyenne. Est-ce une attaque ennemie? Non! C'est le despote libyen qui règle ses comptes avec son peuple.
Dès dimanche soir, le fils aîné de Mouamar El Gueddafi, Seif el-Islam El Gueddafi, annonçait la «couleur» en affirmant, dans une allocution télévisée, que le peuple devait choisir soit de construire une «nouvelle Libye» (sous-entendu avec le clan des Gueddaf Eddam, la tribu des Gueddafi), soit de plonger le pays dans la «guerre civile». C'était clair, la clan Gueddafi ne cédera rien, quitte à commettre un génocide, ce que les soldats qui lui sont fidèles et des mercenaires africains se sont empressés de mettre à exécution.
Dans cet optique, le colonel El Gueddafi, dans un discours retransmis par le télévision d'Etat, a indiqué hier qu'il se «battra jusqu'à la mort» appelant ses partisans à manifester derrière l'armée et la police, promettant la «peine de mort» aux manifestants armés. Aucune nuance, le «guide» libyen ne se remet pas en cause, c'est son peuple qu'il remet en question. El Gueddafi met ainsi en pratique, à une échelle nationale, la loi du talion, voulant se venger de son peuple qui le rejette après 42 années de dictature et de pouvoir sans partage. De fait, ne s'en tenant pas à cette déclaration de guerre à son peuple, El Gueddafi est revenu hier, dans un discours direct à la télévision, sur ce qu'il disait plus tôt, affublant les manifestants du qualificatif de «rebelles» et leur promettant de connaître une riposte «similaire à Tien anmen (en Chine) et Fallouja (en Irak)». Deux lieux restés tristement célèbres dans la mémoire internationale après le massacre par l'armée chinoise d'étudiants sur la place Tien anmen à Pékin, en 1989, et le carnage de Fellouja par l'armée d'invasion américaine en 2004.
Dans la nuit de dimanche, peu après la menace de «guerre civile» de Seif el-Islam El Gueddafi, il y eut des scènes d'horreur dans la capitale libyenne, Tripoli qui avait rejoint, dans la journée de dimanche, le mouvement de révolte, parti le 15 février de Benghazi dont l'aéroport a été bombardé, dans la nuit de lundi, selon le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit. Du jamais-vu! Des avions de chasse et des hélicoptères ont bombardé les manifestants et les casernes de Tripoli, la capitale libyenne. Est-ce une attaque ennemie? Non! C'est le despote libyen qui règle ses comptes avec son peuple. Ces bombardements barbares ont été confirmés par Seif el-Islam El Gueddafi qui semble avoir pris les choses en main, indiquant, lundi, que «les forces armées ont bombardé des dépôts d'armes situés dans des zones loin des concentrations urbaines», cité par l'agence officielle Jana. Or, on a dénombré, peu après ces bombardements dans la périphérie des casernes attaquées, plus d'une centaine de corps brûlés. Les mêmes scènes de chaos se sont produites à Zaouia, ville à 60 km à l'ouest de Tripoli, proche de la frontière tunisienne. De fait entre lundi et hier, plusieurs villes sont tombées entre les mains des manifestants, notamment la grande métropole de l'Est, Benghazi, où une certaine accalmie a été observée hier après la cessation des combats. Il n'en reste pas moins que l'usage d'armements lourds pour mater le peuple, voilà qui, outre d'être choquant, dépasse l'entendement. C'est ahurissant de voir des avions bombarder une manifestation populaire. Il n'y a pas d'exemples similaires où un despote tue les enfants de son peuple pour garder le pouvoir. Il s'agissait bien de garder le pouvoir, comme le suggérait lundi soir, Seif el-Islam El Gueddafi, qui expliquait, à juste raison, que la Libye n'est pas la Tunisie, ni l'Egypte. Et pour cause! Le pouvoir en Libye est essentiellement fondé sur les tribus et les alliances tribales. Aussi, le clan El Gueddafi était-il prêt à susciter la fitna entre les tribus, laquelle pouvait déboucher sur la guerre civile, comme en a menacé le peuple, le fils aîné d'El Gueddafi. Depuis, le début des manifestations et surtout après la sauvage répression de séides du «guide», le nombre des victimes n'a cessé de s'alourdir, dépassant, selon les ONG, les 500 morts.
En fait, dans un pays fermé où les médias étrangers sont interdits, il est très difficile d'établir un bilan fiable. Le nombre de victimes doit, vraisemblablement, dépasser le millier de morts, tant les combats ont été intenses et violents à Benghazi, Al Bayda, Zaouia, Derna et Tripoli, où on dénombrait hier une soixantaine de morts qui s'ajoutent au macabre bilan de ces derniers jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.