Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    LA VIE... ET LE RESTE    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Un géant qui voit grand    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un site enchanteur en péril
Massif forestier de l'Edough
Publié dans Liberté le 14 - 10 - 2008

Le couvert végétal des monts de l'Edough d'Annaba fait l'objet, depuis plusieurs années, d'un massacre systématique et continu, notamment au niveau de certains versants. Cette dégradation inexorable a eu un effet néfaste sur les cités situées à la lisière de l'Edough, où l'on registre à chaque pluie des tonnes de boue qui se déversent dans les rues.
Si l'on s'en tient uniquement à l'histoire de la région, la chaîne de l'Edough d'Annaba disposait d'une immense richesse naturelle de la faune et de la flore. Le lion et la panthère ont vécu dans les forêts des monts de l'Edough avant de disparaître. Des récits d'époque rapportent que des chasseurs de fauves ont fait légion dans ces gigantesques monts, à l'image d'un certain Georges Portelli qui écuma les forêts de l'oued Soudan et de l'Edough où les panthères pullulaient encore (…). “Il n'était pas rare à ce moment-là de trouver un beau morceau de panthère que l'on dégustait avec délice presque, alors que ce n'était qu'une chair âpre et coriace, dont la seule odeur de fauve aurait dû écarter n'importe que gourmet”, poursuit le narrateur.
Bien avant le déclenchement de la lutte armée de libération, en novembre 1954, l'Edough constituait le principal refuge des hommes qui n'admettaient pas la présence coloniale en Algérie. Trente ans après l'Indépendance, ce sont les islamistes armés qui investissement les lieux plus d'une décennie durant, avant que les djounoud de l'Armée nationale populaire les en déloge, en 2006 avec un lourd bilan macabre.
L'Edough avait été, au même titre que les monts de Beni Salah, Djurdjura, des Aurès et du massif de Collo, la cible d'une agression écologique pratiquée par le corps expéditionnaire français dans le cadre de la politique de la terre brûlée. Mais, c'est précisément depuis les années 1990, autrement dit, l'occupation de cette chaîne par les intégristes armés, qu'un sévère coup fut porté à la faune et la flore. Depuis, l'Edough a perdu son couvert végétal et voit ses flancs, notamment surplombant la ville de Annaba et sa périphérie, s'appauvrir et se décharner au fil des ans. Les jardins potagers qui fleurissaient autrefois sur ses flancs ont laissé place à des espaces de terre dont l'état actuel est des plus propices à l'érosion sous toutes ses formes.
Cette absence de verdure ceinturant l'Edough entraîne inexorablement la disparition du microclimat de la région de Annaba.
Le couvert végétal qui assurait la fixation des terres a disparu de nos jours. Les eaux des pluies font leur œuvre, déversant des tonnes de boue qui viennent inonder les quartiers de la ville particulièrement ceux de l'Elisa, de l'Orangerie et de la plaine Ouest. Et c'est pratiquement impossible de fixer l'ampleur des dégâts qu'occasionnent les pluies qui râpent le sol et polissent les flancs de l'Edough.
Pour l'heure, la pluie est plus que souhaitée, et il ne s'agit pas ici de traiter de l'absence ou de l'abondance des pluies mais beaucoup plus de réhabiliter les flancs de l'Edough avec une culture maraîchère. Il ne suffit pas d'attendre le printemps pour produire des fraises. Pourtant la floriculture ouvre un large espace à son développement et partant constitue une source pour de multiples emplois. Beaucoup d'experts à Annaba estiment qu'un des créneaux de l'emploi des jeunes peut être orienté vers la renaissance du couvert végétal de l'Edough afin qu'il puisse être fonctionnel au plan de son exploitation et rentable au plan de sa production, toutes cultures confondues.
Aussi, la splendeur de l'Edough ne peut en aucun cas être rétablie à travers la masse de béton qui envahie tel un métastase des flancs réputés pour leur verdure.
B. BADIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.