Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune homme de 28 ans meurt suite à ses blessures à Sidi Khettab    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les entichés de la musique aux anges !
L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE NATIONAL EN CONCERT À BATNA
Publié dans Liberté le 31 - 01 - 2009

Musique, danses et chants, tous étaient au rendez-vous à la maison de la culture Mohamed-Laïd-Al-Khalifa de Batna, jeudi dernier à 19h. Ce somptueux spectacle artistique était l'œuvre de l'Orchestre symphonique national, de la chorale polyphonique et du ballet Espoir. Les spectateurs ont goûté non seulement à cette musique du terroir, héritage de nos lointains ancêtres, mais aussi à la musique universelle. Batna a vibré aux sons de l'art !
Au brouhaha des instruments que l'on accorde, toute la salle archicomble se tait, retient son souffle, tout devient ordonné, précis, harmonieux. Un fantastique voyage dans le grand univers de la musique s'annonce.
De son podium, le chef d'orchestre, le maestro Rachid Saouli, par des gestes de la main et de sa baguette, envoie la musique.
Des musiciens, aux gestes faciles, mais combien répétés, s'attaquent à la farandole de Georges Bizet. Ô combien sublime ! Délassant ! Magnifique ! Aux premières sonorités, la salle perd pied. Complètement envahie, elle nage dans l'abstraction sonore. Des cordes, des bois, des cuivres et des percussions qui savent s'écouter, comme dans un dialogue, ces instruments n'ont pas joué tous en même temps et ont réussi à créer de sublimes sonorités dans les oreilles et à donner un grand plaisir au cœur. À peine le morceau de musique joué, la salle en connaisseur ne prive pas l'orchestre de ses applaudissements nourris.
La première escale consommée, les entichés de la musique et des danses folkloriques embarquent tout de suite pour un autre voyage chez les hommes Bleus du Hoggar. Accompagnés aux sons d'une musique suavement jouée par l'orchestre, cinq danseuses et cinq danseurs habillés en Terguis exécutent une danse tindi, euphorique, aux gestes acrobatiques et expressifs. Très vite, une complicité est née entre les danseurs et les spectateurs. Le tableau Hoggar tindi d'Abdelwaheb Salim nous a plongés tous profondément dans les racines. C'est la transe ! Pour tempérer l'atmosphère, le maestro et la cinquantaine de musiciens sous ses ordres transportent outre-mer leur public trop nombreux cette nuit et le gratifient de l'œuvre musicale intitulée Danses hongroises n°1 de Johannes Brahms.
Les instruments et spécialement les violons, en l'absence du piano, donnent libre cours aux do et si qui emplissent la salle. Tout le public est transporté par le son des 51 musiciens dans les rêves. Les exécutants ont joué en parfaite harmonie. Un véritable moment de plaisir et une véritable séance anti-stress.
Des applaudissements plus nourris que les premiers en guise de remerciements pour le plaisir et l'ambiance procurée cette nuit. Toute de suite, le morceau de musique est suivi par le chant patriotique Alayki Mini Salam, chanté par la chorale polyphonique et joué par l'orchestre. Le tableau chaoui a aussi tenu en haleine les spectateurs. Dès l'apparition des dix danseurs vêtus à la manière chaouie : chèche, burnous et m'lahaf, le public les a longuement ovationnés.
À chaque mouvement corporel, les spectateurs admirent et acclament. Un constat de taille, les gens des Aurès continuent encore à admirer les danses traditionnelles de la région. En revanche, notons que le pas de danse était plutôt de Boussaâda que des Aurès.
De plus, le port du malh'fa dans une danse Souja – où le danseur glisse le pas – n'est pas adéquat. Dans ce genre de danse, c'est la gandoura qui devrait être portée. La malh'fa est beaucoup plus portée dans la danse du ventre. Pour le respect de l'identité des Aurès, nous espérons qu'une étude s'impose. L'essentiel, cette nuit, le public s'est bien délecté aux sons de la musique, des chants et des danses.
En solidarité avec le peuple de Gaza, la chanteuse Faïza Amel, vêtue en noir, a chanté la chanson des frères Rahbani Ya Zahrat El-Madaene (Ya Qodsou). Séquence émotion où certains passages ont été repris en chœur par le public. Ensuite la chorale a chanté une chanson de Cherif Khaddam, ainsi que le tube d'El-Hadj M'Hammed El-Anka Hamdoulilah mabqach istiêmar fi bladna. À la fin de ce cocktail, l'Orchestre symphonique national a été ovationné par le public. Batna s'est déridée même si ce n'était que pendant deux heures.
B. Boumaïla


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.