Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'avenir du MSP en question
APRÈS LE DECÈS DE NAHNAH
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2003

Pour la première fois de son histoire, le parti islamiste fera face à une crise de croissance. Histoire d'un dilemme.
“Une grande perte. Pour le parti et pour le pays”, affirmait un des hauts dirigeants du MSP, deux jours avant la mort de Mahfoud Nahnah. Evidemment, le décès de son leader est une perte sèche pour la formation islamiste. Une formation qui, en fin de compte, a ressemblé aux autres, à bien d'autres en tout cas. Un mouvement bâti, construit, structuré autour d'une personne, une seule ; une personne, son initiateur, devenue par le poids des ans, par la richesse des expériences, par l'usure du temps, sa véritable incarnation. Son âme.
En treize ans, le Mouvement de la société pour la paix n'a existé qu'à travers son charismatique (principal) fondateur. Si la disparition de ce dernier n'a surpris aucun de ses proches (la maladie cancéreuse de Nahnah était connue ; depuis son retour — définitif — au pays, le 11 juin, sa mort n'était plus qu'une question de jours), la complexité du remplacement comporte beaucoup d'incertitudes. Par décence, personne au MSP n'osera, d'ici au congrès, revendiquer une quelque volonté de succéder au président-défunt. Mais, sitôt le deuil fait, les choses reprendront forcément leur cours naturel. Les responsables du parti ne voudront pas entrer dans une guerre de succession qui, à court terme déjà, risque de les disperser. “Nous ne manquons pas de cadres, ni de personnalités, et chacun a le droit d'être ambitieux. Si toutefois vous vous attendez à des déchirements ou à des batailles internes, vous faites fausse route. Seul le congrès décidera de la nature des changements, voire des responsabilités elles-mêmes.” L'homme qui s'exprimait ainsi est Abdelmadjid Menasra, porte-parole du MSP, ancien ministre de l'Industrie. Il nous affirmait, quatre jours avant la mort de Mahfoud Nahnah, que les analyses parues dans la presse à propos des “prétendues appétits de succession” étaient de simples affabulations.
Comment donc le MSP évoluera-t-il maintenant que son président n'est plus ? Qui, parmi ses dirigeants les plus en vue, pourrait prendre les choses en main ? Pendant son règne, Nahnah a toujours prêché la modération. Plusieurs fois, il a crié au chantage et au vol (des voix) avant de s'aligner. En 1995, lui et ses militants étaient persuadés qu'ils avaient gagné l'élection présidentielle et qu'ils ont été privés de la victoire finale (au profit du candidat du système, Liamine Zeroual). En 1997, il avait revendiqué plus des 58 sièges qui lui ont été attribués à l'APN lors des élections législatives remportées — grâce à la fraude — par le RND. En 1999, il avait été déclaré hors course (à la présidence) faute d'attestation communale de moudjahid. D'abord menaçant, Nahnah “revenait à de meilleurs sentiments” par la suite. Cela est sans doute à l'origine du grand hommage que le système lui a rendu vendredi à El-Alia. Cette ligne de modéré, il l'a imposée à ses frères du parti. Et des hommes à la dent dure, à l'image de Abderrazak Mokri, seraient peut-être tentés de renfrogner la mine. Mokri et un groupe avec lui s'étaient opposés farouchement à leur leader quant au soutien de la candidature de Abdelaziz Bouteflika, il y a quatre ans. Mais à l'intérieur, le député de M'sila, ancien président du groupe parlementaire à l'APN, a besoin de parrainage. Les vieux loups comme Sayeh, Aziez, Hadj Hammou, Megharia (un des deux vice-présidents), Soltani et Ghoul souhaiteraient honorer la mémoire de Nahnah en préservant sa ligne.
Ce seront, en définitive, deux volontés qui devraient s'affronter lors du prochain congrès, lequel se tiendrait fin septembre ou début octobre. D'une part, la volonté de marcher sur les pas du leader (“Nous n'excluons pas la possibilité de soutenir une candidature externe lors de la prochaine élection présidentielle”, soutient Menasra), d'autre part, la volonté d'imprimer au MSP une démarche purement islamiste et d'opposition.
Si le deuxième choix l'emporte, ce parti tournerait une page de son histoire. L'ère Nahnah ne serait alors que vague souvenir et lointain passé. Dur le dilemme, surtout lorsqu'il est islamiste !
L. B.
Mohamed Megharia assure l'intérim
Le vice-président Mohamed Megharia assurera l'intérim à la présidence du MSP jusqu'au prochain congrès, dont la date n'a pas été arrêtée. Megharia a prononcé, vendredi au cimetière d'El-Alia, l'oraison funèbre au moment de l'inhumation de Mahfoud Nahnah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.