Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si Nedjma sortait de son silence…
LA PIÈCE “L'ETOILE ET LA COMÈTE” EN HOMMAGE À KATEB YACINE
Publié dans Liberté le 31 - 05 - 2009

Et si Nedjma, la muse de Kateb Yacine, se mettait à parler, que dirait-elle ? Jusque-là, c'est lui qui a parlé et elle a écouté. À présent, elle a des choses à dire, mais lui ne peut répondre d'outre-tombe. Ce sera donc aux jeunes de justifier l'œuvre katébienne à Nedjma/Zoulikha.
La compagnie théâtrale El Gosto, qui existe depuis 2005 et qui tend à revaloriser le répertoire théâtral arabe, tout en travaillant dans le sens de la mémoire, présentera, mardi et mercredi prochains, la pièce L'Etoile et la Comète, au palais de la culture Moufdi-Zakaria.
En fait, L'Etoile et la Comète est un hommage posthume à la plume incisive et poétique de Kateb Yacine, disparu voilà 20 ans déjà. C'est au cours d'un point de presse, animé hier matin par le metteur en scène de la pièce, Ziani Chérif Ayad, que le projet de L'Etoile et la Comète a été révélé. En effet, après une brève présentation de la compagnie El Gosto et de ses ambitions, M. Ayad a présenté L'Etoile et la Comète, une pièce sur Kateb Yacine.
Elle tend à définir son écriture, son univers et ses deux vies littéraires : la première se situe dans la période d'avant l'Indépendance où Kateb Yacine écrivait en français et utilisait cette langue comme “butin de guerre” ; la seconde, c'est au cours de la période post-Indépendance, où l'auteur s'est intéressé à la langue populaire et à la valorisation du patrimoine oral, notamment à travers le théâtre. Ecrite par Arezki Mellal, ce dernier a imaginé Zoulikha, la cousine tant aimée par Kateb Yacine — et qui est devenue Nedjma dans son œuvre — sortant de son silence et contestant son image dans sa littérature.
Dans L'Etoile et la Comète, Zoulikha ne se reconnaît plus en Nedjma. “Elle ne se reconnaît plus dans le symbole d'un pays, d'une identité 20 ans après sa mort, et va lui poser de vraies questions”, explique M. Ayad. Mais comme Kateb Yacine ne peut être ressuscité, des jeunes Algériens, représentant l'actuelle génération, tenteront de répondre et d'expliquer le rapport de Kateb Yacine à l'écriture et à l'histoire. Lui, qui a toujours considéré que la révolution se faisait par le peuple et que la poésie était à l'intérieur de la société. Ziani Chérif Ayad a également insisté sur la subtilité poétique et métaphorique de Kateb Yacine, qui a inventé sa propre langue au théâtre. Qui dit langue, dit univers ; et c'est ce qui caractérise l'œuvre littéraire — et théâtrale — de Kateb Yacine, “que peu de gens connaissent”. Selon M. Ayad : “Kateb Yacine a dit un jour : "Je suis né le 8 mai 1945"”, car il a connu la conscience politique en prenant part aux manifestations du 8 Mai, et il y a eu l'amour impossible pour Zoulikha, sa cousine, devenue Nedjma dans son œuvre. Ces deux évènements dans sa vie d'homme ont influencé à jamais l'écrivain. L'Etoile et la Comète tend à rapprocher les spectateurs de l'homme et de l'auteur universel.
Présenté en France dans les deux langues (français et arabe dialectal) en mars dernier, la pièce dure une heure dix minutes et a demandé près d'une année à Arezki Mellal pour son élaboration. Relayé par Ziani Chérif Ayad, les répétitions ont pris deux mois.
Rendez-vous donc est pris pour mardi et mercredi ; un sacré challenge pour cinq comédiens, notamment Tounès, Fattoum Habib, Tarik Bouarara, Malika Guemat et Mohamed Bouallag, car l'âme de Kateb Yacine ne sera pas bien loin…
Sara Kharfi
- Représentation de l'Etoile et la Comète, de Ziani Chérif Ayad, mardi 2 juin et mercredi 3 juin 2009, à 19h, au palais de la culture Moufdi-Zakaria


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.