PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au rythme d'une atmosphère morose
Veillées ramadhanesques à Sidi Bel-Abbès
Publié dans Liberté le 31 - 08 - 2009

En dépit de tous les efforts consentis par les instances culturelles locales, les soirées de Ramadhan sont marquées par une morosité et une insipidité indescriptibles et l'animation culturelle n'a pas encore atteint son rythme de croisière à Sidi Bel-Abbès et ce, après plus d'une semaine de carême.
En effet, pour dérider les citoyens et ambiancer l'atmosphère nocturne de ce mois de jeûne, la direction des affaires religieuses, la commission des affaires culturelles de l'APC, le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbès et l'association culturelle El Andaloussia n'ont pas lésiné sur les moyens pour concocter distinctement des programmes.
Et ce ne sont pas les associations culturelles ni les groupes musicaux qui manquent dans la région de la Mekerra, qui ne peut qu'être fière d'abriter quatre festivals annuels. Ainsi, chaque soir, à partir de 22 heures, la circulation devient un véritable casse-tête, provoquant ainsi une cacophonie de klaxons rageurs, au milieu de gens qui affluent de toutes parts vers le centre-ville et les places publiques, ainsi que les cafétérias. Aux environs de minuit, tout s'estompe rapidement pour laisser la ville replonger dans la morosité. Dans cette morosité inhabituelle, outre les mosquées qui gagnent énormément de fidèles et qui ne désemplissent pas pendant les prières nocturnes, les deux sites culturels retenus, le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbès et le Théâtre de verdure, se caractérisent chaque soir par une affluence timide et malgré des menus pleins.
Pour les connaisseurs, cet état de fait s'explique par une démobilisation générale qui caractérise actuellement la population irritée par la cherté de la vie et l'angoisse de l'approche de la rentrée scolaire et de l'Aïd El Fitr.
Cette défection du public est sûrement due à la programmation quotidienne de pièces théâtrales au lieu de deux ou trois par semaine. Pour ce qui est des jeunes, les Belabbésiens sont plus adeptes de chansons atonales et dansantes, il aurait fallu prévoir aussi des concerts à travers les principales artères de la ville. “Les gens préfèrent vaquer à leurs affaires personnelles que d'aller dans une salle de spectacle”, déclare un citoyen. Pour les jeunes et les familles en quête de loisirs et de distractions, le programme des veillées artistiques a débuté à partir de la troisième soirée du Ramadhan pour les représentations théâtrales avec la pièce la Poudre d'intelligence de Azzedine Abbar, suivie chaque soir par une pièce, notamment le Projet de l'association Monastir d'Oran, Falso de Azzedine Abbar, Noun de Hmida Ayachi, et Ulysse de la coopérative Eddik, dirigée par Kada Bensmicha. Quant à la commission de la culture de l'APC, elle n'a jusqu'à présent organisé qu'une seule soirée artistique sur les huit prévues jusqu'au 17 septembre prochain. Cette unique soirée a été organisée mercredi dernier au Théâtre de verdure avec un concert animé par l'association culturelle de la musique andalouse Redouane-Bensari, et l'association culturelle de musique moderne.
Par ailleurs, l'association culturelle El Andaloussia a concocté un programme dans le cadre des
6es Andaloussiate Ramadhan 2009. Les soirées ont été entamées jeudi dernier avec les jeunes de l'école de l'association culturelle El Andaloussia, qui ont interprété des chants et de la musique andalous, créant ainsi une ambiance familiale et conviviale. Puis l'assistance a eu droit à un cocktail de haouzi, aroubi et mdih par M'Rah Zaki qui a ébahi un public, privé depuis plus d'une dizaine d'années des nuits Andaloussiate Ramadhan.
Au lendemain de la soirée, c'était au tour du talentueux chanteur Nasreddine Chaouli, venu d'Alger, de se produire devant le public de Sidi Bel-Abbès.
La soirée de samedi dernier a été assurée par Nagham El Andaloussia de Sidi Bel-Abbès et le chanteur Allal Amine qui se sont succédé sur la scène du Théâtre de verdure pour égayer cette veillée familiale. Le public a été gratifié de sublimes morceaux.
A. BOUSMAHA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.