L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au rythme d'une atmosphère morose
Veillées ramadhanesques à Sidi Bel-Abbès
Publié dans Liberté le 31 - 08 - 2009

En dépit de tous les efforts consentis par les instances culturelles locales, les soirées de Ramadhan sont marquées par une morosité et une insipidité indescriptibles et l'animation culturelle n'a pas encore atteint son rythme de croisière à Sidi Bel-Abbès et ce, après plus d'une semaine de carême.
En effet, pour dérider les citoyens et ambiancer l'atmosphère nocturne de ce mois de jeûne, la direction des affaires religieuses, la commission des affaires culturelles de l'APC, le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbès et l'association culturelle El Andaloussia n'ont pas lésiné sur les moyens pour concocter distinctement des programmes.
Et ce ne sont pas les associations culturelles ni les groupes musicaux qui manquent dans la région de la Mekerra, qui ne peut qu'être fière d'abriter quatre festivals annuels. Ainsi, chaque soir, à partir de 22 heures, la circulation devient un véritable casse-tête, provoquant ainsi une cacophonie de klaxons rageurs, au milieu de gens qui affluent de toutes parts vers le centre-ville et les places publiques, ainsi que les cafétérias. Aux environs de minuit, tout s'estompe rapidement pour laisser la ville replonger dans la morosité. Dans cette morosité inhabituelle, outre les mosquées qui gagnent énormément de fidèles et qui ne désemplissent pas pendant les prières nocturnes, les deux sites culturels retenus, le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbès et le Théâtre de verdure, se caractérisent chaque soir par une affluence timide et malgré des menus pleins.
Pour les connaisseurs, cet état de fait s'explique par une démobilisation générale qui caractérise actuellement la population irritée par la cherté de la vie et l'angoisse de l'approche de la rentrée scolaire et de l'Aïd El Fitr.
Cette défection du public est sûrement due à la programmation quotidienne de pièces théâtrales au lieu de deux ou trois par semaine. Pour ce qui est des jeunes, les Belabbésiens sont plus adeptes de chansons atonales et dansantes, il aurait fallu prévoir aussi des concerts à travers les principales artères de la ville. “Les gens préfèrent vaquer à leurs affaires personnelles que d'aller dans une salle de spectacle”, déclare un citoyen. Pour les jeunes et les familles en quête de loisirs et de distractions, le programme des veillées artistiques a débuté à partir de la troisième soirée du Ramadhan pour les représentations théâtrales avec la pièce la Poudre d'intelligence de Azzedine Abbar, suivie chaque soir par une pièce, notamment le Projet de l'association Monastir d'Oran, Falso de Azzedine Abbar, Noun de Hmida Ayachi, et Ulysse de la coopérative Eddik, dirigée par Kada Bensmicha. Quant à la commission de la culture de l'APC, elle n'a jusqu'à présent organisé qu'une seule soirée artistique sur les huit prévues jusqu'au 17 septembre prochain. Cette unique soirée a été organisée mercredi dernier au Théâtre de verdure avec un concert animé par l'association culturelle de la musique andalouse Redouane-Bensari, et l'association culturelle de musique moderne.
Par ailleurs, l'association culturelle El Andaloussia a concocté un programme dans le cadre des
6es Andaloussiate Ramadhan 2009. Les soirées ont été entamées jeudi dernier avec les jeunes de l'école de l'association culturelle El Andaloussia, qui ont interprété des chants et de la musique andalous, créant ainsi une ambiance familiale et conviviale. Puis l'assistance a eu droit à un cocktail de haouzi, aroubi et mdih par M'Rah Zaki qui a ébahi un public, privé depuis plus d'une dizaine d'années des nuits Andaloussiate Ramadhan.
Au lendemain de la soirée, c'était au tour du talentueux chanteur Nasreddine Chaouli, venu d'Alger, de se produire devant le public de Sidi Bel-Abbès.
La soirée de samedi dernier a été assurée par Nagham El Andaloussia de Sidi Bel-Abbès et le chanteur Allal Amine qui se sont succédé sur la scène du Théâtre de verdure pour égayer cette veillée familiale. Le public a été gratifié de sublimes morceaux.
A. BOUSMAHA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.