Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pouvoir d'achat en chute libre
En attendant la timide augmentation du SNMG
Publié dans Liberté le 07 - 09 - 2009

En dix ans, le SNMG a doublé en passant de 6 000 à 12 000 DA. Il devra, au moins, atteindre 15 000 DA dès la prochaine tripartite. En dépit de cette augmentation, le pouvoir d'achat des Algériens reste l'un des plus faibles des pays arabes. Pourtant, nous avons l'un des meilleurs PNB (Produit national brut) du monde arabe et nos finances vont bien, comme le montre la loi de finances 2009 qui prévoit, pour cette année, un taux de croissance de 4,1% (6,6% hors hydrocarbures). Les salaires ont certes augmenté mais l'inflation qui a dérapé fortement, ces dernières années, a entraîné l'érosion du niveau de vie.
Les plus touchés par cette inflation restent les petits salariés, dont les dépenses incompressibles (en termes de pourcentage des dépenses sur le salaire) ont été multipliées par quatre entre 1979 et 2008 (ces dernières sont passées du quart à près de 100 % du salaire entre ces deux périodes). Ainsi, le loyer, l'électricité ou encore le gaz ne représentaient, il y a 30 ans, que 25 % du budget des salariés à revenus moyens, ces mêmes dépenses représentent presque 100 % du salaire aujourd'hui.
Les loyers, qui varient entre
20 000 et 40 000 DA à Alger, dépassent les salaires de beaucoup de fonctionnaires. Sous pression, les ménages à revenus faibles disposent d'une marge de manœuvre très étroite. Le pouvoir d'achat des ménages à revenus modestes (moins de 30 000 DA par mois) n'a cessé de régresser aux cours des trente dernières années. Au début des années 1980, un enseignant gagnait 4 000 dinars par mois. À cette époque, le kilo de sucre coûtait 2 DA.
Depuis, le prix du sucre est multiplié par 30. Si on devait multiplier les salaires par le même coefficient, l'enseignant devrait toucher
120 000 DA aujourd'hui, soit quatre fois plus que son salaire actuel. Au début des années 80, l'Algérien moyen dépensait 800 DA par mois pour l'alimentation d'une famille moyenne composée de six éléments, soit moins du cinquième de son salaire. En 2009, le budget de l'alimentation pour la même famille dépasse la moitié du salaire (elle constitue près de 60% des dépenses ordinaires). Le SNMG à 12 000 DA suffit à peine à s'acquitter des factures d'électricité, de gaz et d'eau, et autres dépenses urgentes et souvent incompressibles. Les prix ont été multipliés par dix entre 1990 et 2006. À titre d'exemple, la pomme de terre était vendue à 7 DA le kilogramme en 1996, elle a atteint un prix moyen de 50 DA en 2007. Le kilogramme de viande était cédé à 200 DA en 1996 pour grimper à 750 DA en 2007. Il avoisine les 1 000 DA ces derniers jours. Résultat : une famille moyenne a besoin d'un budget de 30 000 DA pour subvenir aux besoins essentiels. Cette tendance à la baisse du pouvoir d'achat a été accentuée, à partir de 2007, par la flambée des prix des produits de large consommation. En comparant une journée de travail entre 2000 et 2008, des économistes estiment que désormais les salariés peuvent s'offrir moins de produits malgré une légère hausse de leurs revenus. L'inflation a rongé leur revenu mensuel, contraignant les ménages à réduire leur train de vie chaque mois. Selon toutes les variantes de dépenses, le budget vital mensuel d'une famille algérienne de 7 personnes se situerait autour de
24 791 DA. En clair, la majorité des familles algériennes vit donc sous le seuil vital du fait que 25 000 DA demeurent un haut salaire. D'ailleurs, une enquête, réalisée par la cellule de réflexion du Syndicat national du personnel de l'administration publique (Snapap) sur la vie socioprofessionnelle des travailleurs de la Fonction publique, a relevé que pas moins de 76,71% déclarent être obligés de recourir à chaque fin de mois à l'endettement pour satisfaire les besoins de leur progéniture. S'endetter pour subvenir à ses besoins, il s'agit là bel et bien d'une tendance qui se renforce durant ce mois du Ramadhan, lequel coïncide cette année encore avec la rentrée scolaire et son train de dépenses.
Un mois de Ramadhan qui, à travers l'opération de distribution du couffin à 1 200 000 familles, nous renseigne sur l'ampleur de la tragédie de tant d'Algériens qui ne mangent pas à leur faim et qui n'ont pas la possibilité de pourvoir aux besoins de leurs familles. Sur la base d'une famille moyenne de cinq personnes, cela représente six millions de pauvres en Algérie, ou de démunis, selon le langage officiel. Quel que soit le terme usité, ce chiffre est énorme dans un pays où le produit intérieur brut par habitant est passé de 1 496 dollars en 1995, à 2 000 dollars en 2000, et à 3 250 dollars en 2006.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.