Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centre de détention Lucas, un témoin de la souffrance d'un peuple
TRANSFORME IL Y A QUELQUES ANNEES EN MUSEE À BATNA
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2010

“Nous étions des dizaines encaqués comme des harengs dans les box… Il y avait même des femmes incarcérées dans le box du bâtiment du milieu…”
Le centre de détention administrative opérationnel de 1957 à 1962 et connu sous le nom de la ferme Lucas, ou encore “domaine Saint-François”, situé à 25 kilomètres de la ville de Batna, dans la commune de Djerma, transformé en musée ne fait toujours pas l'objet d'une promotion à même de lui permettre de jouer son rôle, celui d'une mémoire collective blessée par une nuit coloniale de 132 ans.
La porte est rarement franchie par d'autres visiteurs que des officiels en tournée protocolaire dans les lieux plus qu'en une visite guidée à travers un pan entier de notre histoire.
Il faut dire aussi que les Algériens ne sont pas friands des lieux à la réputation sinistre. En effet, malgré sa transformation en musée, cette grande ferme composant un logis (RC + 1) avec pigeonniers et des dépendances formant une cour arborée et fermée, n'est malheureusement pas arrivée à se débarrasser de sa sinistre réputation, à savoir celle d'un centre de détention administrative, utilisé durant la guerre de Libération, comme camp d'internement ou pire, un camp d'extermination.
Les souffrances, les tortures et les âmes des personnes exécutées froidement planent encore sur les lieux et la ferme semble les raconter à celui qui sait écouter.
Selon les témoignages des internés encore vivants “plus de 700 internés, suspects pour leurs engagements politiques ou leur appartenance à la Révolution” ont souffert le martyre dans ce site.
Plusieurs ont payé de leur vie. “Nous étions des dizaines encaqués comme des harengs dans les box… Il y avait même des femmes incarcérées dans le box du bâtiment du milieu…”, nous racontent des anciens internés de la ferme Lucas. “Je vois encore cet enfant, Mohamed Déchache, actuellement installé à Constantine, qui n'avait pas bouclé ses quatorze ans à l'époque, caché dans une valise métallique, que les Français dissimulaient à l'inspection de la Croix-Rouge”.
Tous les témoignages des rares survivants imputent les tortures et les liquidations physiques aux éléments du Dispositif opérationnel de protection (DOP). “Il ne passe pas un jour sans que les éléments du DOP amènent des innocents à Dar El Karmoud (maison des tuiles) pour les exécuter froidement et les jeter dans le puits”, racontent encore nos interlocuteurs. Pour eux, la ferme Lucas reste un lieu de mémoire nationale des victimes des persécutions racistes et des crimes contre l'humanité commis par l'armée française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.