Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enrico Macias, cet enfant de mon pays
La chronique de Abdelhakim Meziani
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2010

Vie privée, vie publique, que produit et anime Mireille Dumas pour France 3, a reçu un invité qui nous intéresse plus particulièrement. Même s'il fait partie de ceux qui ont rallié, depuis le début des années 1960, les thèses de la caste coloniale et s'est présenté sur les plateaux de la chaîne publique française en qualité de pied-noir. Alors qu'il a toujours revendiqué à cor et à cri son algérianité et sa culture d'origine. En lui posant la sempiternelle question autour de son retour sabordé dans son pays d'origine, Mireille Dumas n'a pas été sans arracher à son invité de marque rires et larmes, bonheurs et passages à vide. Enrico Macias, puisque c'est de lui qu'il s'agit, répondit à sa manière tout en imputant, sans agressivité cette fois-ci, la non-concrétisation de son projet à quelques contingences politiciennes. Pas un mot sur M. Abdelaziz Bouteflika à qui certains esprits chagrins allant vite en besogne reprochaient durement de s'être rétracté. Comme l'histoire rattrape vite son monde, nombreux sont ceux qui considèrent, aujourd'hui, à l'aune des tragiques événements de Gaza, que le refus des autorités algériennes d'autoriser la venue du chanteur français était des plus judicieux. Et la confession religieuse du quidam n'y est pour rien en ce que des milliers de juifs algériens, ceux-là mêmes qui avaient refusé d'être au diapason des phantasmes des rédacteurs du décret Crémieux, vivent toujours dans leur pays d'origine et contribuent chaque jour davantage à la transformation de leur société. Les raisons de la colère sont intimement liées à la nature même d'un personnage qui prend ses désirs pour de la réalité. Enrico Macias avait annoncé, en effet, que son retour à Constantine allait lui donner l'opportunité historique d'en découdre avec les assassins présumés de son beau-père, le grand chantre du malouf, cheikh Raymond Leiris exécuté par balles à Constantine par le FLN. Et c'est la goutte qui fit déborder le vase et non l'intolérance religieuse de certains milieux, comme sournoisement rapporté par certains titres locaux qui, par ignorance, ne savaient pas alors que Raymond Leiris a été à l'origine de l'arrestation et de l'exécution de militants constantinois. Demander des comptes à des martyrs de la Révolution nationale est la pire des insultes qu'aucun patriote digne de ce nom ne pouvait accepter. À plus forte raison lorsqu'il a affaire à un récidiviste qui ne fait pas mystère de son indéfectible soutien à un Etat terroriste qui impose un véritable acte génocidaire au peuple héroïque de Gaza. À un moment, pourtant, où les habituels alliés du sionisme adoptent un profil bas, offusqués qu'ils sont, sans doute, par l'ampleur des massacres qui dépassent, et de loin, ceux perpétrés par la horde nazie contre la communauté juive. À Mireille Dumas il avouera, la mort dans l'âme, qu'il est désormais pour la paix entre les peuples, tous les peuples… Nous sommes bien loin des attitudes belliqueuses de cet enfant de mon pays qui lui ont valu d'être récompensé par David Bitton, le grand commandeur de Migdal en France, pour services rendus au Magav, la branche de combat de la police israélienne, et à Tsahal. Cérémonie à l'occasion de laquelle il déclara d'ailleurs qu'il faut aider les soldats israéliens parce que ce sont eux qui garantissent... non seulement l'Etat d'Israël, les frontières de l'Etat d'Israël, mais aussi toutes les frontières du peuple juif dans le monde. C'est toujours lui qui réagira avec véhémence aux propos de maître Gisèle Halimi qui lui faisait remarquer que c'est bien le Mossad qui avait apporté son aide à la répression coloniale dans le Constantinois... Et c'est toujours à lui de rétorquer à la remarque pourfendeuse que “tout ce que fait le Mossad et tout ce que fait Israël, c'est pour les Juifs du monde entier...” Avant d'être coupé ainsi par l'ancienne avocate juive du FLN : “Dites plutôt ‘les juifs d'Israël'...” Vouées aux gémonies qu'elles sont par tous les peuples épris de liberté et de justice, les forces du mal sioniste seront défaites tôt ou tard, comme le fut Raymond Leiris alors supplétif du Mossad en Algérie, avec tout le respect de mélomane que j'ai pour son art, et comme le sera cet agent par trop zélé de la branche de combat de la police israélienne, bien qu'il soit l'enfant de mon pays.
A. M.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.