Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monuments historiques cherchent protection
Annaba
Publié dans Liberté le 21 - 06 - 2010

Restitués par voie de justice par la direction des Domaines, il y a plus de deux décennies déjà, les fortins d'Annaba, implantés sur le littoral annabi et classés pourtant monuments universels, sont toujours squattés.
Détentrice d'une décision de justice dans ce cadre, la direction des Domaines n'a pu déloger les occupants. Si pour celui de la Caroube, qui est squatté depuis des années par une dizaine de familles, une solution définitive a été trouvée, puisque les occupants seraient sur le point d'être relogés dans des logements sociaux décents, ce n'est malheureusement pas le cas pour le second, distant de quelque trois kilomètres environ sur la route du site de Ras El-Hamra, objet toujours d'une main basse de la part des individus dignes de piranhas.
Ce monument a été affecté à la direction de la culture et des arts pour la création d'un “musée de la mer”, avec la collaboration de l'association de la protection du littoral, mais en vain. Les raisons : ses indus occupants semblent avoir les reins solides, dit-on. Ce fortin, construit en 1862, du côté du golf de Belvédère et classé, au même titre que celui de la Caroube, monument historique, est devenu un lieu de prédilection pour les jeunes couples en quête de plaisir. Cette situation est, en réalité, engendrée par l'ouverture illicite, depuis un certain temps, d'un parc pour véhicules, sur un terrain domanial, aux alentours immédiats de ce monument, implanté sur les hauteurs du complexe Bouna Beach. Les jeunes arrivent, avec la complicité de ces indus occupants, à assouvir, à ciel ouvert, leurs instincts. Mieux encore, tout cela s'effectue dans un climat d'insécurité, signalent des baigneurs en ce début de la saison estivale. Par la force des choses, cet endroit est en passe de devenir en cette période un lieu infréquentable et à risques, à cause d'un certain nombre de problèmes engendrés par l'ouverture de ce parc automobile, à l'origine de la dégradation de ce patrimoine. Ainsi, livré aux aléas du temps, ce monument, qui a d'ailleurs l'allure d'un coin plutôt sordide, est actuellement dans un état, le moins qu'on puisse dire, chaotique.
D'ailleurs, l'impression de laisser-aller se dégage dès que le visiteur accède dans cet espace. Contactés, les services techniques de l'APC d'Annaba, au même titre que la direction du tourisme de la wilaya, ont affirmé, à ce propos, qu'aucune autorisation n'a été accordée à quiconque pour l'utilisation de cet espace littoral. Chacun s'interroge, aujourd'hui, sur l'attitude du laisser-aller et laisser-faire de certains responsables, notamment ceux de la direction des Domaines, surtout lorsqu'on sait que ce fortin, qui s'est transformé depuis les années 1980 en bar, a été récupéré par les pouvoirs publics depuis déjà plusieurs années. Sa protection et sa revalorisation demandent aujourd'hui plus que jamais l'intervention des pouvoirs publics pour sauver ce qui reste de cette infrastructure historique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.