Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





28 Algériens se suicident chaque mois
davantage de fonctionnaires et de mineurs autant de chômeurs et de femmes
Publié dans Liberté le 31 - 07 - 2010

Le phénomène du suicide connaît une évolution inquiétante dans la société algérienne et semble toucher surtout la catégorie la plus fragile des jeunes âgés de 18 à 30 ans, généralement sans profession. En effet, 28 Algériens se suicident chaque mois dont la plupart sont des chômeurs.
Le bilan alarmant des cas de suicide durant le premier semestre de l'année en cours en est l'illustration. Les chiffres obtenus sont effrayants et les causes demeurent souvent mystérieuses ou insondables. Par contre, les méthodes de suicide sont multiples : arme à feu, pendaison, absorption de produits caustiques, immolation par le feu... Le nombre des personnes qui tentent de se suicider connaît une augmentation effrayante dans notre pays, d'autant qu'il s'agit de mineurs qui se donnent la mort à cause de conflits au sein de la famille, la maltraitance, la démission des parents et l'échec scolaire.
Parmi les 164 cas enregistrés par les unités de la GN, 154 sont majeurs, dont une grande partie constituée par la gent masculine, soit 120 cas contre 44 femmes suicidées. Les mineurs sont touchés aussi. Ils ont été 10 à avoir mis fin à leurs jours durant les premiers six mois de l'année en cours. Les tentatives de suicide, qui sont un signe de détresse, sont encore plus nombreuses que les suicides qui aboutissent. 274 tentatives de suicide ont été recensées durant la même période. L'étude de la gendarmerie fait ressortir que “les femmes ont été beaucoup plus nombreuses à tenter de se suicider, avec 196 tentatives contre 78 pour les hommes”.
Paradoxalement, les femmes tentent mais les hommes réussissent, selon ce rapport.
Les sociologues estiment que les femmes sont plus enclines aux tentatives de suicide qu'au suicide lui-même car “il s'agit d'appels au secours qu'elles lancent plutôt qu'une réelle envie de mourir”. 149 tentatives ont été recensées parmi les personnes âgées entre 18 et 30 ans tandis que 61 étaient âgées entre 30 et 45 ans, 17 tentatives parmi les âgées de plus de 45 ans ainsi que 47 mineurs âgés de moins de 18 ans. Pour ce qui est des raisons menant au suicide, l'étude effectuée par la GN montre que le phénomène touche particulièrement les couches défavorisées. Si les troubles psychiques sont généralement la cause directe du suicide avec 38 cas, le rapport enregistre cependant 26 cas de suicide à cause des dépressions nerveuses et 22 autres à cause des problèmes familiaux, 3 cas à cause du désespoir et 3 autres liés aux problèmes sociaux. Alors que dans 72 cas, les causes restent toujours mystérieuses.
S'agissant des tentatives, les troubles psychiques restent en effet les principales causes de suicide avec 38 tentatives et 7 autres dues au désespoir, 126 tentatives ont pour cause les problèmes sociaux, 31 à cause des problèmes familiaux, 22 à cause des dépressions nerveuses.
L'échec scolaire est derrière 5 tentatives de suicide, généralement chez des mineurs, 2 à cause de problèmes financiers, et 43 pour diverses raisons inconnues d'autant que, dans la plupart des cas, les familles des suicidés préfèrent le mutisme que révéler les vraies causes.
Les chômeurs en tête de liste des suicidés
Les statistiques font état de la prévalence du suicide chez la tranche d'âge comprise entre 18 et 30 ans avec 67 cas. Suivie des personnes dont l'âge varie entre 30 et 45 ans avec 56 cas, et 31 autres cas ont été enregistrés pour les personnes de plus de 45 ans et 10 cas pour les mineurs. Ainsi, selon l'étude, les chômeurs sont souvent les premiers sur la liste des suicidés. Les chômeurs arrivent en tête du classement du nombre de suicidés avec 100 cas et 206 tentatives de suicide durant les 6 mois. Concernant les professions des suicidés, l'étude relève que parmi les suicidés, il y a 21 fonctionnaires et 9 agriculteurs ainsi que 5 commerçants alors que 29 autres ont des professions diverses.
Concernant les tentatives en elles-mêmes, les fonctionnaires viennent toujours après les chômeurs avec 29 cas, suivis de 5 étudiants ainsi que 2 fellahs. Un commerçant aussi a tenté de mettre fin à ses jours à cause d'un problème financier. 31 tentatives ont été enregistrées pour des raisons non déterminées.
Les gens qui se suicident souffrent de manque de confiance en eux-mêmes ou ont des difficultés de contact et de communication au sein de leur milieu familial. Ils sont aussi fragiles et agissent par violence sur leur propre personne, selon l'analyse du rapport.
La Kabylie reste la plus touchée par le suicide
La répartition géographique des suicides fait apparaître que la Kabylie demeure la région la plus touchée par ce phénomène social. 29 cas ont été enregistrés dans la wilaya de Tizi Ouzou durant ce premier semestre, suivie de Béjaïa avec 13 cas, Bouira et Alger avec 12 suicides, talonnées avec 8 cas par les wilayas de Mascara et de Souk Ahras, 6 cas à Oran suivies de 5 cas dans les wilayas de Médéa et Jijel avec 4 cas dans la wilaya de Tlemcen.
Pour les tentatives, le classement de la GN confirme la première place pour la wilaya de Tiaret avec 38 tentatives, suivie de Mascara avec 21 tentatives, Oum El-Bouaghi et Béjaïa avec 19 cas, Bouira et Bordj Bou-Arréridj avec 12 cas et à des degrés moindres Sétif, Tébessa, Skikda, Souk-Ahras.
Les sociologues affirment qu'en Algérie, ce sont “environ 10 000 personnes qui tentent de mettre fin à leurs jours chaque année, pour la plupart des jeunes, dont un millier réussissent leur coup”.
Les spécialistes ont estimé que les principales causes du suicide sont, dans la majorité des cas, impossibles à connaître du fait que ce geste désespéré a toujours été considéré par la société comme étant “un tabou”.
Récemment, un nouveau mode de suicide s'est installé dans notre société, des jeunes et des fois même en famille qui tentent de mettre fin à leur vie en s'immolant par le feu en s'aspergeant d'essence à cause des expulsions de leur domicile ou parce qu'ils sont exclus des listes des bénéficiaires de logements. Ce rapport reste alarmant d'autant qu'il ne concerne que les statistiques de la Gendarmerie nationale. Du côté des services de police, on a recensé 6 cas de suicide et 81 tentatives chez les mineurs âgés de 10 à 16 ans dont 61 filles, et ce, durant seulement les quatre premiers mois de 2010. Ces enfants ont choisi la mort en se jetant du haut de leur immeuble ou par pendaison alors qu'à leur âge, les enfants s'intéressent à la Play Station, aux dessins animés et même au foot !
Ces mêmes services ont enregistré 247 tentatives de suicide durant les premiers quatre mois de l'année en cours. Dans ce contexte, la gendarmerie appelle à multiplier les campagnes de sensibilisation et l'élaboration d'une stratégie avec tous les services de sécurité et les institutions concernées afin de lutter efficacement et attaquer ce fléau à ses racines, à savoir la prévention et favoriser le dialogue au sein de la famille. Des cellules de prévention contre la délinquance juvénile de la GN sont mobilisées dans ce cadre, conclut l'étude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.