153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Approfondir le processus démocratique
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2011

“C'est le début de la marche vers la démocratie ?” me questionna un ami occidental ce matin du 12 février, avec beaucoup d'excitation et de curiosité dans la voix. “Non, notre marche a débuté un certain 5 Octobre 1988, dans un contexte politique mondial qui a provoqué la chute du mur de Berlin et la dislocation de toutes les dictatures de l'Europe de l'Est”, ai-je répondu.
En effet, oublier aujourd'hui, dans ce contexte caractérisé par une grande fièvre politique et médiatique qui s'est emparée des pays arabes, essentiellement en Tunisie et en Egypte, ce que nous avons vécu depuis 1988, c'est prendre le risque de remettre en cause 22 années de lutte politique plurielles et multiformes et d'effacer d'un seul coup une expérience riche et fondatrice.
Ainsi, nous n'avons pas à suivre, d'une manière irrationnelle et opportuniste, des mouvements qui sont en retard de plusieurs décennies par rapport à notre vécu politique.
Nous devons, impérativement combattre ce sentiment dévorant d'être à la marge d'un moment qui marquera l'histoire du monde arabo-musulman. Non, ce sont les autres qui nous rattrapent, qui sont sur nos traces… Ainsi, vouloir mobiliser la population derrière le slogan devenu à la mode : “Chute du régime”, c'est faire preuve d'un manque de vigilance et d'un aventurisme criant.
Ce slogan imprécis est une porte ouverte sur toutes les impasses, et au bout du compte, sur l'implication directe de l'armée dans la gestion de l'Etat et la mise entre parenthèses d'une expérience démocratique, certes imparfaite, mais qui reste la seule voie possible vers la démocratie.
Au lieu de slogans approximatifs et vagues, nous devons mettre à profit cet éveil de l'intérêt public pour la cause politique, ce contexte régional et international favorable au changement, pour approfondir d'une manière concrète notre expérience démocratique : pluralisme politique, pluralisme médiatique, séparation des pouvoirs, égalité entre les hommes et les femmes, entre les langues nationales, entre les régions du pays, limitation des mandats électifs, mise en place des mécanismes transparents de gestion des richesses nationales, relance de l'économie, etc.
La responsabilité veut que nous devrions nous efforcer, en ces moments cruciaux, à garder la tête froide et penser à emprunter les meilleures voies et les moins coûteuses pour accéder à une vie démocratique et digne.
À cet effet, l'ouverture d'un large débat national sur toutes les questions qui engagent l'avenir de la population et de l'Etat, et qui touche aux libertés, à toutes les libertés, peut provoquer la rupture avec l'impensé et l'improvisation.
B. T.
(*) Militant de la démocratie et écrivain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.