JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers la source de la gloire
Biyouna guide une brochette de comédiennes
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2011

Un prix d'interprétation à une prestation collective de femmes, guidées par la matriarche Biyouna qui a campé brillamment le rôle de “vieux fusil”, dans le film la Source des femmes du Franco-Roumain, Radu Mihaileanu.
Cannes 2011 s'apprête à baisser rideau et annoncer les heureux lauréats dans les diverses sections. Retour sur les moments marquant et les prétentions des uns et des autres. Cette édition aura été celle de toutes les incertitudes. L'événement le plus spectaculaire et inattendu reste la déclaration par les organisateurs du réalisateur danois, Lars Van Trier, comme “persona non grata” au festival. Cela est survenu suite à ses propos humoristiques tenus lors de la conférence de presse, autour de son film Melancholia, en compétition officielle pour la Palme d'or.
En effet, il a déclaré avoir de la “sympathie pour Hitler” et qu'Israël “fait chier”. Les plates excuses qui en ont suivies n'ont pas suffi puisque le conseil d'administration a décidé de le déclarer “persona non grata”. De leur côté, les très attendus films iraniens, introduits à la dernière minute, n'ont pas fait grande sensation.
Abstraction faite du contexte politique pesant qui impose à chacun sympathie et solidarité avec les cinéastes iraniens, Ceci n'est pas un film de Jafar Panahi et Au revoir de Mohammad Rasoulof ont laissé les journalistes mitigés au point où Jafar Panahi n'a été applaudi que timidement. Parmi les autres événements qui ont fait parler d'eux, figurent les révolutions égyptienne et tunisienne. La polémique autour de la présence de l'Egypte est allée grandissant avant de s'essouffler.
Certes, cette présence à Cannes a donné de la visibilité à l'Egypte, mais il est très difficile de savoir si cela aura des retombées sur le cinéma égyptien puisque beaucoup ont relevé le manque d'organisation qui va sûrement desservir la rentabilité de cette présence.
A contrario, les Tunisiens, semble-t-il, ont mieux géré les choses : les projections combinées avec des rencontres, des débats, la Légion d'honneur pour Nourrir Bouzid et la présence dans divers stands, a fait dire à plus d'un que cette présence a permis de lancer de nombreux projets. S'agissant des prétentions des uns et des autres, parmi les favoris qui reviennent dans la bouche des festivaliers figurent Nanni Moretti avec Habemus papam, Aki Kaurismäk avec Havre et les frères Dardenne avec le Gamin au vélo. Terence Malick qui a été hué lors de la projection de presse de son film mystique The tree of life et le banni Lars Van Trier avec son film catastrophe Melancholia gardent toutes leurs chances. Dans le registre du prix d'interprétation masculine, deux noms reviennent sans cesse : il s'agit de Michel Piccoli dans Habemus papam et Sean Penn dans This Must Be the Place est de Paolo Sorrentino. En revanche, la nouvelle découverte des Dardenne à savoir Thomas Doret qui joue le rôle du gamin rejeté par son père risque de leur faire de l'ombre. Concernant le prix d'interprétation féminine, Cécile de France avec son jeu sobre et touchant va rivaliser avec un prix décerné à toutes les femmes, toutes belles et combatives guidées par la matriarche Biyouna, du film la Source des femmes même si ce dernier, très hué par la presse, manque de souffle et parsemé de clichés. Ainsi sous le commandement de Biyouna, les actrices du film marchent vers le prix d'interprétation féminine et du coup risque de sauver le film du naufrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.